compteur de gilles

Lors des fêtes folkloriques locales, le compteur de gilles (rétribué par le SNPM, le Syndicat National de la Police Masquée) relève le nombre de bonshommes empaillés qui se dandinent en grelottant avec une espèce de  panier rempli de plumes sur la tête. Si, ayant trop bu de champagne le compteur de gilles se retrouve affalé sur le bitume, il peut compter le nombre d’oranges qui filent dans les airs ou s’écrasent sur sa face rosie. Il divisera par dix douzaines pour obtenir le nombre moyen de gilles présents durant la manifestation pédestre contre l’augmentation du prix des agrumes en période préprintannière. Si le compte est bon, le compteur de gilles obtiendra son passeport pour Rio.

 

Lire aussi la recette du pâté de gille à la mode de Binche, sauce orangée de Jean-Pol Thomas:

http://74.125.77.132/search?q=cache:UXa1GZOgxvYJ:www.leoscheer.com/manuscrits/jean-pol-thomas-recettes/pdf.php+kilos+d%27orange+par+jour+gilles&hl=fr&ct=clnk&cd=5&gl=be

Joueur de do

 

Le joueur de do, s’il est limité à une note, n’en est pas moins un as de la nuance, un virtuose de l’intensité musicale, passant crescendo du pianissimo au forte ou diminuendo du mezzo forte au sotto voce. S’il possède de plus l’art du tempo, il provoquera illico presto chez l’auditeur le sentiment pérenne de la diversité cellulaire au sein de l’unité ectoplasmique. Après le passage d’un master, le joueur de do pourra ajouter le do dièse à son arc monocorde et prétendre décrocher un bon ut dans l’orchestre monophonique de sa ville.   

 

Les épluchures

Parfois, quand j’ai le coeur lourd, je m’épluche. La peau à vif, près des nerfs, à fleur de muscles, je crie comme un écorché et ça fait un bien fou. Puis, pour me rhabiller de mes copeaux de chair éparpillés dans le salon (je ne suis pas ordonné dans ces moments-là), cela prend quelques manoeuvres. On ne me reconnaît plus et ça aussi, ça soulage. Après l’opération, je peux me refaire une identité, le temps que je me lasse de mon moi de susbstitution et que ma nouvelle peau me démange à nouveau. 

Patricia Mignone expose

À  LIEGE au Placard à Balais, rue des Mineurs, 9/11, du 20 février au 21 mars.

À CHARLEROI, en marge du Festival du Film de femmes au Cinema Le Parc, 51, rue de Montigny, du 5 au 7 mars – le vernissage a lieu le 5 mars vers 19h30

À BRUXELLES – pour voir son Hans en vrai dans le cadre d’une expo d’ensemble consacrée à « HANS MON HERISSON » DES GRIMM.
Elle précisera sur son blog la date et le lieu de cette expo.

Voici la version longue pour les motivés et la version presque muette pour les paresseux et les analphabètes.

 

Ces indos sont tirées de son blog (Lumière incidente):

http://lumiereincidente.skynetblogs.be/

De nombreuses études ont été réalisées dans le but de matérialiser les rêves du poème. Peu d’entre elles, il faut le reconnaître, sont parvenues à des résultats concluants. Néanmoins certaines ont pu montrer que le poème – non lu – délivre le gros de ses rêves entre deux et cinq heures du matin si toutefois le poème n’a ingurgité aucun produit toxique tel que de l’alcool à ronfler, de la liqueur de brunes ou du vin noir de l’Ohio de l’année de naissance de Beyoncé. Durant ses moments d’intense activité onirique, on a pu recueillir du jus de mots crus (son goût ressemble à de la mûre écrasée dans une décoction de feuilles de poirier nain). Certaines images recueillies dans des vases iconographiques en forme d’aisselle ont provoqué chez une partie de l’équipe de recherche des troubles obsessionnels tout simplement cons comme l’absorption de lentilles par les sinus, le grattage compulsif du petit orteil droit ou le martèlement répété du mot « andouille » dans une conversation courante entre collègues bien élevés mais pas trop (les plus hauts relevés ont signalé une hauteur d’un mètre quatre-vingt-cinq).

Mais que représentent les images ?

Il faut distinguer le poème classique d’inspiration (hu)gogolienne du poème moderne d’inspiration Tarzan Tsariste (le frère refoulé passablement junglé du T.T munichois d’origine roumaine). Les analyses sont actuellement en cours sur le poème ouallebecquien mais elles dureront encore quelques années car un débat de purs juristes fait actuellement (o)rage au dessus de Paris afin de savoir dans quelle catégorie classer ce type de poème hybrido-comique. Donc, pour résumer les deux mille cinq cent trente-trois pages et demie du rapport, le poème d’inspiration classique a des rêves géométriques : une sphère en équilibre sur une ampoule économique, un cylindre tronqué en concurrence avec une mie de croissant de lune en peau de banane ou, plus spectaculaire en effet, un trognon de pommes tonique roulé dans une enceinte fermée de la forme d’un tuyau de poêle.

Et maintenant, le poème moderne tzarisé.

Le poème moderne tzarisé ne possède, on ne s’en étonnera guère, aucune logique. Ainsi l’analyse d’un poème de 1921 d’un auteur polonais d’inspiration tsariste a révélé une cuisse de grenouille prise entre les fers d’une machine à silence d’inspiration duchampienne en panne qui glougloutait méchamment (le bruit a pu être reproduit en laboratoire de son): une espèce de cri rauque apparenté au broiement d’une boîte de vis sous les pneus de contrefaçon d’un véhicule Peugeot 204 de 1966 patinant dans la neige du 25 février de la même année dans une rue de la banlieue grenobloise. Un poème plus récent a donné les tribulations d’une tête de mouche tourbillonnant dans le pavillon de l’oreille gauche de Yoko Ono en mal de chansons de son mari, le vilain barbu à petites lunettes rondes et premier Beatle mort (des experts ont signalé ultérieurement que ce rêve était un rêve de réminiscence, Yoko Ono ayant bien vécu une idylle fermée et filmée avec un insecte ailé*). Enfin, pour clore cet article sur une des grandes avancées de la pensée littéraro-scientifique, un poème non identifié du genre postmoderne a donné le rêve iconoclaste d’un psychanalyste linguiste fou de type cacanien pris en levrette par le mot long d’un chien lettré de la famille des lévriers à grosse lèvres. Il semblerait que ce dernier rêve soit bien sûr à prendre (dans une position à déterminimiser) au pied de la lettre. 

 

*Fly

http://www.youtube.com/watch?v=NANDNspWDJc

Cut piece:   

http://www.dailymotion.com/video/x3dsvy_yoko-ono-cut-piece_shortfilms 

Walking On Thin Ice:

http://www.youtube.com/watch?v=x1DHm7p1sm4

Soirée-rencontre à la Maison de la Poésie d’Amay

Ce vendredi soir à 20 heures, la Maison de la Poésie d’Amay présente:

POÈMES DU SEL ET DE LA TERRE de José Le Moigne

Car il y a fusion dans les textes de José Le Moigne. Fusion dans l’île volcanique comme dans un éclair de graminées. Diversités aussi dans le chant du langage. Le temps et l’espace démultipliés. Feu sacré du poème dont l’harmonie des mots secrète

REMUE-MÉNINGES en confluence

Une aventure se termine. Remue-Méninges ne poursuivra pas sa route. Fondée il y a vingt-cinq ans par Antonello Palumbo, qui rêvait, pour Charleroi, d’une Maison des artistes, cette revue s’arrête. L’heure est donc aux bilans. Et ceux-ci sont riches, que dressent Salvatore Gucciardo, Pierre Schroven et Eric Allard.

Pour plus de renseignements voir:

http://www.maisondelapoesie.com/index.php?page=soiree-rencontre—vendredi-20-fevrier-2009-a-20-heures

 

 

 

compteur de… (fin de la 1ère série)

 

1.5. compteur de bouchons

Lors des fêtes grandioses, les bouchons sautent dans tous les sens sans que personne n’en tienne le décompte, tout le monde ne pensant, et c’est loyal en la circonstance, qu’à festoyer. L’intérimaire qui exercera cette fonction doit avoir l’œil vif et mobile car il devra embrasser du regard des envols dispersés aux quatre coins cardinaux, et c’est peu dire. Une erreur d’un bouchon peut être fatale à son avancement dans la profession. Une erreur de deux le rétrograderait automatiquement au rang d’ouvreur de bouteilles… de Schweppes.
 

1.6. compteur de Souchons

En période de sortie d’un album du chanteur full sentimental, compter le nombre des apparitions souchonesques vous sortira de la torpeur engendrée par le battage médiatique. Le comptage de Souchons (qui, soit dit en passant, prolifère dans le règne animal : on a dernièrement identifié un ours qui se réclamait de ce patronyme*) ne rapporte rien mais il est un moyen commode de chanter le temps.

 

 * pour les ignares en matière souchonesque, un des fils chanteurs d’Alain, a pris le pseudo d’Ours.  

 

Deux liens pour me faire pardonner ce crime de lèse-majesté :

♫  Rive gauche :

http://www.youtube.com/watch?v=AhYRIbGVNl0

♫  Putain ça penche :

http://www.youtube.com/watch?v=EGuf84uN2MI&feature=channel