Patricia Mignone expose

À  LIEGE au Placard à Balais, rue des Mineurs, 9/11, du 20 février au 21 mars.

À CHARLEROI, en marge du Festival du Film de femmes au Cinema Le Parc, 51, rue de Montigny, du 5 au 7 mars – le vernissage a lieu le 5 mars vers 19h30

À BRUXELLES – pour voir son Hans en vrai dans le cadre d’une expo d’ensemble consacrée à « HANS MON HERISSON » DES GRIMM.
Elle précisera sur son blog la date et le lieu de cette expo.

Voici la version longue pour les motivés et la version presque muette pour les paresseux et les analphabètes.

 

Ces indos sont tirées de son blog (Lumière incidente):

http://lumiereincidente.skynetblogs.be/

De nombreuses études ont été réalisées dans le but de matérialiser les rêves du poème. Peu d’entre elles, il faut le reconnaître, sont parvenues à des résultats concluants. Néanmoins certaines ont pu montrer que le poème – non lu – délivre le gros de ses rêves entre deux et cinq heures du matin si toutefois le poème n’a ingurgité aucun produit toxique tel que de l’alcool à ronfler, de la liqueur de brunes ou du vin noir de l’Ohio de l’année de naissance de Beyoncé. Durant ses moments d’intense activité onirique, on a pu recueillir du jus de mots crus (son goût ressemble à de la mûre écrasée dans une décoction de feuilles de poirier nain). Certaines images recueillies dans des vases iconographiques en forme d’aisselle ont provoqué chez une partie de l’équipe de recherche des troubles obsessionnels tout simplement cons comme l’absorption de lentilles par les sinus, le grattage compulsif du petit orteil droit ou le martèlement répété du mot « andouille » dans une conversation courante entre collègues bien élevés mais pas trop (les plus hauts relevés ont signalé une hauteur d’un mètre quatre-vingt-cinq).

Mais que représentent les images ?

Il faut distinguer le poème classique d’inspiration (hu)gogolienne du poème moderne d’inspiration Tarzan Tsariste (le frère refoulé passablement junglé du T.T munichois d’origine roumaine). Les analyses sont actuellement en cours sur le poème ouallebecquien mais elles dureront encore quelques années car un débat de purs juristes fait actuellement (o)rage au dessus de Paris afin de savoir dans quelle catégorie classer ce type de poème hybrido-comique. Donc, pour résumer les deux mille cinq cent trente-trois pages et demie du rapport, le poème d’inspiration classique a des rêves géométriques : une sphère en équilibre sur une ampoule économique, un cylindre tronqué en concurrence avec une mie de croissant de lune en peau de banane ou, plus spectaculaire en effet, un trognon de pommes tonique roulé dans une enceinte fermée de la forme d’un tuyau de poêle.

Et maintenant, le poème moderne tzarisé.

Le poème moderne tzarisé ne possède, on ne s’en étonnera guère, aucune logique. Ainsi l’analyse d’un poème de 1921 d’un auteur polonais d’inspiration tsariste a révélé une cuisse de grenouille prise entre les fers d’une machine à silence d’inspiration duchampienne en panne qui glougloutait méchamment (le bruit a pu être reproduit en laboratoire de son): une espèce de cri rauque apparenté au broiement d’une boîte de vis sous les pneus de contrefaçon d’un véhicule Peugeot 204 de 1966 patinant dans la neige du 25 février de la même année dans une rue de la banlieue grenobloise. Un poème plus récent a donné les tribulations d’une tête de mouche tourbillonnant dans le pavillon de l’oreille gauche de Yoko Ono en mal de chansons de son mari, le vilain barbu à petites lunettes rondes et premier Beatle mort (des experts ont signalé ultérieurement que ce rêve était un rêve de réminiscence, Yoko Ono ayant bien vécu une idylle fermée et filmée avec un insecte ailé*). Enfin, pour clore cet article sur une des grandes avancées de la pensée littéraro-scientifique, un poème non identifié du genre postmoderne a donné le rêve iconoclaste d’un psychanalyste linguiste fou de type cacanien pris en levrette par le mot long d’un chien lettré de la famille des lévriers à grosse lèvres. Il semblerait que ce dernier rêve soit bien sûr à prendre (dans une position à déterminimiser) au pied de la lettre. 

 

*Fly

http://www.youtube.com/watch?v=NANDNspWDJc

Cut piece:   

http://www.dailymotion.com/video/x3dsvy_yoko-ono-cut-piece_shortfilms 

Walking On Thin Ice:

http://www.youtube.com/watch?v=x1DHm7p1sm4

Soirée-rencontre à la Maison de la Poésie d’Amay

Ce vendredi soir à 20 heures, la Maison de la Poésie d’Amay présente:

POÈMES DU SEL ET DE LA TERRE de José Le Moigne

Car il y a fusion dans les textes de José Le Moigne. Fusion dans l’île volcanique comme dans un éclair de graminées. Diversités aussi dans le chant du langage. Le temps et l’espace démultipliés. Feu sacré du poème dont l’harmonie des mots secrète

REMUE-MÉNINGES en confluence

Une aventure se termine. Remue-Méninges ne poursuivra pas sa route. Fondée il y a vingt-cinq ans par Antonello Palumbo, qui rêvait, pour Charleroi, d’une Maison des artistes, cette revue s’arrête. L’heure est donc aux bilans. Et ceux-ci sont riches, que dressent Salvatore Gucciardo, Pierre Schroven et Eric Allard.

Pour plus de renseignements voir:

http://www.maisondelapoesie.com/index.php?page=soiree-rencontre—vendredi-20-fevrier-2009-a-20-heures

 

 

 

compteur de… (fin de la 1ère série)

 

1.5. compteur de bouchons

Lors des fêtes grandioses, les bouchons sautent dans tous les sens sans que personne n’en tienne le décompte, tout le monde ne pensant, et c’est loyal en la circonstance, qu’à festoyer. L’intérimaire qui exercera cette fonction doit avoir l’œil vif et mobile car il devra embrasser du regard des envols dispersés aux quatre coins cardinaux, et c’est peu dire. Une erreur d’un bouchon peut être fatale à son avancement dans la profession. Une erreur de deux le rétrograderait automatiquement au rang d’ouvreur de bouteilles… de Schweppes.
 

1.6. compteur de Souchons

En période de sortie d’un album du chanteur full sentimental, compter le nombre des apparitions souchonesques vous sortira de la torpeur engendrée par le battage médiatique. Le comptage de Souchons (qui, soit dit en passant, prolifère dans le règne animal : on a dernièrement identifié un ours qui se réclamait de ce patronyme*) ne rapporte rien mais il est un moyen commode de chanter le temps.

 

 * pour les ignares en matière souchonesque, un des fils chanteurs d’Alain, a pris le pseudo d’Ours.  

 

Deux liens pour me faire pardonner ce crime de lèse-majesté :

♫  Rive gauche :

http://www.youtube.com/watch?v=AhYRIbGVNl0

♫  Putain ça penche :

http://www.youtube.com/watch?v=EGuf84uN2MI&feature=channel

 

Compteur de… (suite)

1.3. compteur de houblon

Le compteur de houblon compte les bières qui passent d’un côté du comptoir à l’autre. Le barman lui met un pot chaque fois qu’il en a recensé mille. Quand le compteur de houblon atteint le nombre de 36 000, il est alors nécessaire d’opérer à son remplacement, la marge d’erreur devenant trop importante.

 

1.4. compteur de Ah bon

Le compteur de Ah bon est particulièrement utile lors des concentrations de naïfs exposés à des assauts de savoir à sens unique de la part de messieurs et mesdames je-sais-tout. Le compteur de Ah bon permettra, dans un premier temps, de prendre la mesure de l’ignorance du naïf, ensuite de relativiser la vraisemblance des connaissances ou nouvelles volontiers sensationnelles dont il a été victime en les confrontant aux faits impudemment rapportés.

  

Attention, le compteur de Ah bon se différencie du compteur de « a bon » proclamés dans un français approximatif par des personnes concluant de la sorte que l’existence leur est favorable. L’aboniste fait précéder son expression favorite de son prénom ou de celle d’une personne de ses connaissances dont il pense qu’elle partage son optimisme en toute chose.

Ainsi on pourra entendre, aux plus hauts sommets de la monarchie ou de la république, des « Albert a bon », « Elio a bon » ou encore « Nicolas a bon », « Carla a bon »…

 

(à suivre)

 

Compteur de…

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family: »Bradley Hand ITC »; panose-1:3 7 4 2 5 3 2 3 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:script; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}p {mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

« On peut tout compter à condition d’y mettre les formes »

Pythalès

« On ne finit jamais de compter »

mon banquier

Pour les arithméticiens invertis, les comptables licenciés d’une boîte retorse, ceux ne qui ne pensent qu’en chiffres, voici des nouveaux métiers susceptibles de combler leurs attentes.

 

1.1. Compteur de moutons

De nombreuses personnes, quoique insomniaques, en ont ras la laine de compter chaque nuit blanche les moutons : ils paieraient cher pour trouver quelqu’un qui se chargerait de les compter à leur place tandis qu’ils vaqueraient à leurs idées noires en toute tranquillité.

 

1.2. Compteur de boutons

Les adolescents éprouvent les pires réticences à compter leurs boutons d’acné (quoique certains s’en délectent). Le compteur de boutons, muni de son boulier (éventuellement du bouclier, fort utile en la circonstance) dénombre les éruptions cutanées et les renseigne sur un graphique. A l’aide d’un portable de poche et de son logiciel Excel, il peut chaque matin et chaque soir livrer
l’évolution, graphique à l’appui, de la maladie juvénile à l’intention de l’ado boutonneux. 

 

Attention, pour certaines peaux érythémateuses, le compteur de boutons devra posséder les lois de probabilités et des connaissances dans le domaine du calcul et intégral et de la Théorie du chaos.   

 

Signalons que le compteur de bubons est une spécialité de ce nouveau métier.

 

(à suivre)

Un cercle littéraire

Il tomba amoureux des livres d’une écrivaine puis de l’écrivaine et, joie sans pareille, son amour fut rendu au centuple. L’écrivaine qui avait trouvé son bonheur et ne pouvait produire que dans l’adversité cessa bientôt d’écrire. Ne pouvant plus la lire, son amour pour elle diminua avant de s’éteindre: il la quitta et elle récrit. Leur flamme reprit, ils s’aimèrent à nouveau et à nouveau elle cessa toute activité littéraire. Finalement il rompit pour de bon et se contenta d’un seul vice: la lecture fervente d’une oeuvre immense et admirable.  

Chasseur de fakirs

Le fakir est en voie d’extinction. Il est temps de retrouver les derniers spécimens afin de les confiner dans des réserves protégées, de les héberger dans des environnements délétères à souhait : pièce au sol clouté, lit de verre brisé, canapé de braises. Le fakir est un exemple pour nos sociétés de citoyens plaintifs, se lamentant sans cesse sur la baisse de pouvoir d’achat, la montée du prix de l’essence, leurs conditions de travail ou la non ponctualité des transports en commun, ou encore sur la pourtant judicieuse iniquité salariale. Et pestant, par le biais des syndicats maudits, à l’annonce de la moindre réforme, des salutaires plans de rigueur, des saines délocalisations…

Il est temps de revaloriser le statut du fakir, de rallumer sa flamme, de le monter en épingle sur un tapis d’aiguilles rouges. Signalez les fakirs qui hibernent, se cachent comme des chiens malades pour mourir faute de n’être plus considérés à leur juste valeur. Offrez-leur de quoi (couteaux, clous, lames, pilons) souffrir dans la  paix et la joie pour les récompenser de leur exemplaire abnégation.

Les mots doux

Un jour, tous mes mots doux se sont couverts d’épines et ont piqué mes amoureuses aux bras et aux jambes. Elle ne voulurent plus me voir car je portais, comme elles disaient, ma maladie sur mon visage et c’était vilain comme un potiron d’Halloween. Forcément, je me mis à écrire des mots piquants. Mais j’eus beau attendre, mes mots piquants demeurèrent tels quels et mes amoureuses ne voulurent plus en recevoir car, disaient-elles encore leur boîte aux lettres et les mains de leur facteur étaient toutes griffées.

À  la longue, j’ai cessé d’écrire, je me suis contenté d’aller au milieu de mes amoureuses avec mon visage d’avant les mots de toutes sortes mais avec des lettres électriques qui leur ont fait dressé les cheveux de la tête.