Earth Hour: économies de bouts de chandelle?

Comme certains internautes le préconisent, allumons symboliquement toutes nos lampes entre 19 h 30 et 20 h 30, faisons une lumière du feu de Dieu. Et bon passage à l’heure d’été, cette autre…fantaisie.

Dimanche, 14h. Point positif, l’attention portée

sur un plan international au dérèglement climatique et aux remèdes à apporter (vite).

Observation: les exclamations de ravissement lancées lors de l’extinction de l’éclairage des grands bâtiments ou monuments. Jadis, on s’exclamait volontiers devant l’éclairement des lieux, les levées de lumière. Serions-nous déjà en route vers une esthétique de l’extinction (des feux, de l’humanité)?


 

 

4 commentaires sur “Earth Hour: économies de bouts de chandelle?

  1. Moi aussi, j’ai allumé mes lampes proches des fenêtres, même lontemps après ce couvre-feu symbolique. Parce qu’ ils utiliseront les données d’éclairement et de consommation de courant d’une autre heure si celles de leur moment ne leur conviennent pas.

    J’aime

  2. Retrouvons le « noir quart d’heure » de nos grands-parents, lorsqu’il n’y avait dans la maison qu’une ampoule de 25 W. On se rencontrait à la lueur des flammes du feu de bois, c’était l’heure des contes, de la fraternité. Cette actyion symbolique dépasse l’actualité, elle rejoint la tradition, mais qui sait ? il faut avoir 70 ans passés pour cela !

    J’aime

  3. Marcel emploie le langage de la raison. Certes, on est tous nostalqique de cette époque ou, du moins, de ce qui se nouait naturellement autour de la bougie.

    Mais ce sont ces nouveaux modes de vie imposés de façon abrupte et moralisatrice (à tous les niveaux de la société ; ces recommandations ont en quelque sorte remplacé les préceptes enseignés aux cours de religion) soudainement par nos politiques qui, pendant plus de trente ans, n’ont pas tenu compte des avertissements des scientifiques avisés et des écolos fondateurs et non (encore) politisés qui posent question. Même si, il faut le reconnaître, les partis écolos ont fait avancer des choses…

    Un jour (on pourra lire « Le Nouvel ordre écologique » de Luc Ferry), si l’on n’y prend garde, on mettra en prison des gens (si on ne les exécute pas sur place!) qui n’ont pas mis leurs « plastiques » dans le bon sac ou le bon container. Ou jeté par mégarde leur canette en dehors de la poubelle publique même si toute leur vie ils ont fait preuve de mesure. Ou laissé éventrer leur sac poubelle pendant la nuit par des chiens errants (en 1990, la Ville de Charleroi, avec intervention de la police pour identifier le propriétaire du sac retors, à la pointe dans ce secteur, m’a fait payer 7 000 FB pour un tel « méfait » ; on sait depuis dans quelle(s) bourse(s) allait l’argent ainsi « collecté ».
    Ou celui qui « allume » trois lampes au lieu de deux même si, toute sa vie, il a fait preuve de mesure en allumant trois lampes au lieu de douze ou vingt-quatre…

    J’aime

Les commentaires sont fermés.