Les yeux dans les livres

J’ai perdu mes yeux dans la bibliothèque. Ils ont roulé sur le sol et rebondi, vraisemblablement dans un livre ouvert qui, sous le coup de la surprise, a dû se refermer. Mais lequel? J’ai tâté pendant des heures avant de me faire une raison et de me remettre à lire, en braille, d’autres livres. Un jour, j’ai senti comme des jaunes d’oeuf sous mes phalanges et j’ai su que c’étaient eux. Ils s’étaient invités au coeur d’un roman délectable. J’ai fait semblant de rien, j’ai ramassé mes vieux yeux que j’ai glissés entre les pages d’un livre insignifiant, et j’ai continué à faire couler entre mes doigts tous les mots invisibles dans un bruit de joyeuse dégringolade. Comme une pluie de mots balayée d’un regard.

4 commentaires sur “Les yeux dans les livres

  1. Voir le recueil de récits « Les yeux de la tête » de Jeanine Moulin, chez Le Cherche Midi Editeur, 1988.

    « Deux yeux sous le front, deux yeux sur le crâne, Edmond était né comme ça.  »

    J'aime

  2. Merci neko. Quand on lit, on voit seulement à travers les mots…

    Marcel, si tu nous proposais quelques textes de Jeanine Moulin pour le blog…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.