Les plaisirs des sens

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Depuis qu’il avait fait l’amour, il ne regardait plus les femmes de la même manière. Leur seule vue lui prodiguait un trouble extrême. Alors il se mit des œillères mais même leur voix le mettait en pâmoison. Quel supplice ! Il se boucha les oreilles mais il les sentait à dix mètres à la ronde. Il se boucha le nez et la bouche. Tout se passa bien jusqu’au jour où une patiente du centre où il avait été interné le toucha et ce fut à nouveau les anciennes souffrances, les vieux démons. Quand, très tard, sur son lit d’agonie, on enleva tout ce qui obstruait ses sens, il ne supporta pas l’afflux de sensations données par l’infirmière qui lui administrait les derniers soins et il mourut dans un spasme de plaisir intense.

Publicités

2 commentaires sur “Les plaisirs des sens

Les commentaires sont fermés.