AWESOME BLOGGER

Marcel m’a décerné l’Awesome blogger il y a quelques jours et je n’ai toujours pas trouvé où le mettre parmi mes nombreux autres prix: l’Oscar de la mauvaise conscience, le César du caméléonisme et la Palme de la platitude (entre autres).

 

Voici les lauréats


FRAGMENTS AVANT LA NUIT de Marcel Peltier

L’incessante recherche de la pépite poétique par un poète inlassable

http://fragments-avant-la-nuit.skynetblogs.be/

 

COURT TOUJOURS d’Éric Dejaeger

Le spécialiste du texte court mais pas seulement par un spécialiste de Brautigan (qu’il a traduit), Sternberg, Céline… L’éditeur (avec Paul Guiot) de la plus grande revue de poche (Microbe + Minicrobe).

http://courttoujours.hautetfort.com/

 

LE DÉMOTOIR de co errante

Un titre de blog excellent par une démonteuse des faux-semblants, que le rien des choses fascine.

http://ledemotoir.blogspot.com/

 

CHICHINPUI de nekojita

Le haïku au fil des jours, qui exploite toutes les richesses du genre, qu’elle connaît de l’intérieur. Une singulière photographe aussi.

http://chichinpuipui.canalblog.com/

 

ART ET LITTERATURE de Françoise Chatelain

Des billets érudits et enthousiastes, des découvertes littéraires par une spécialiste de la littérature belge (entre autres).

http://artetlitterature.blogspot.com/

 

Le SITE de Salvatore Gucciardo

Peintre et poète des espaces galactiques, des carcans et grandeurs de l’Homme.

http://www.salvatoregucciardo.com/

 

Un  nouveau blog, celui de LOUIS St-JO

peintre, auteur de bd, éditeur, musicien…

http://louisstjo.hautetfort.com/

 

Et, last but not least,

GENS HEUREUX de Daniel Charneux

Le blog de Daniel, romancier, poète et haïjin, animateur d’atelier d’écriture et spéicialiste de Perec.

http://www.gensheureux.be/site/

A signaler que son précédent roman, Nuage et eau, vient de recevoir deux prix et le dernier, Maman Jeanne, est sélectionné pour le Rossel des lycéens.

 

—————————————————————————————————-

Mes 7 vérités (et combien de mensonges ?)

1/ Je n’étais pas le 9 novembre 89 à Berlin ; d’ailleurs où étais-je et quelle importance?

2/ Mes promenades de santé se font dans des allées de livres. Et, de plus en plus, dans un zigzag de pages web.

3/ Je connais toujours mes tables de multiplication (de 1 à 11); plus loin, faut pas pousser quand même. 

4/ J’ai (toujours) deux pieds, deux jambes, deux garçons, deux mains mais une seule parole (du moins, j’essaie).

5/ J’ai moins de regrets que de feuilles mortes dans mon jardin. Mais ai-je eu plus de joies ?

6/ J’ai dansé le twist à la grande époque du twist (non, il n’y a pas de vidéo !). Depuis, cette séquence obligée (le ronchonnement de Chubby Checker et autres Johnny Halliday nasillard) des animations de mariage m’horripile.  

7/ J’ai écrit mon nom sur ton front au cas où tu perdrais mon amour. 

 

 

Publicités

Les textes à tête et les textes à queue

Quand on y réfléchit, on voit qu’il y a les textes à tête et les textes à queue. Les textes à queue sortent des tripes, ils donnent à ceux qui les écrivent et ceux que les lisent la trique ou des larmes. Les textes à queue, c’est physique. Les textes à tête dissèquent, coupent en tranches ou en lamelles  les chairs d’une matière morte. Les textes à tête, c’est morbide. Il reste les textes sans queue ni tête, qu’on ne sait par quel bout prendre et qui vous filent entre les doigts. Ce ne sont pas forcément les meilleurs. Ni les moins bons d’ailleurs.

 

Deux yeux

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Je me suis acheté deux yeux. Deux belles billes un peu molles. Ils m’accompagnent partout. Ils restent immobiles là où on les pose, sur un bord de bureau, sur un appui de fenêtre, sur le téléviseur… Leur regard toujours bienveillant m’est un réconfort de chaque instant. Même la nuit, sur ma table de chevet, ils restent ouverts (je n’ai pas pris l’option paupières), comme veillant sur mon sommeil. Fort de ce bel achat, je me suis mis à en offrir une paire à tous mes amis, qui désormais ne les quitte plus. Quand on se rencontre, nous plaçons tous nos yeux au même endroit, ils commencent par s’adresser des regards en coin puis on ne peut plus les séparer. Pendant ce temps-là au moins, nous pouvons nous amuser, faire les fous, déconner à pleins tubes car quelque chose me dit que, derrière ces yeux-là, il y a peut-être une entité chargée de nous observer, de relever nos mauvaises actions, de pointer nos défaillances, et Dieu sait à quelles fins. Ne riez pas, mes intuitions ne me trompent jamais.