Les beaux côtés

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

C’était un triangle pas ordinaire, un triangle à quatre coins. Dont on se moquait depuis qu’il était tout petit. Depuis qu’on avait deviné qu’il ne grandirait pas comme les autres de son espèce. Combien de « pauvre triangle » a-t-il entendu sur son parcours ! Combien de marques d’apitoiement ! Quand ce n’était pas des insultes. Vous l’avez-vu, si c’est pas malheureux de s’afficher ainsi, quelle honte pour sa famille ! Il se fermait aux autres, il ne sortait plus. Si bien qu’on le perdit de vue, qu’on oublia sa particularité et même d’où il provenait. Le jour où, atteint d’une maladie incurable des formes, il fut admis à l’hôpital, l’infirmière de service s’extasia sur ses beaux côtés, sur la façon de les tenir parallèles 2 à 2 et encore bien égaux pour son âge. Depuis qu’il repose au cimetière des carrés, il fait pour certains figure de modèle.

Publicités

TES CRÈMES

Tu étais la crème

dans mon café

le ciel bleu

sur mon nuage

la petite neige

sur l’écran gelé

de mes idées noires

 

Tu as filé

avec mon café

sans nuage

et ma télé vapeurs

brûlante de tes images

Je ne saurai jamais

où tu es allée

et c’est tant mieux

 

Quand j’aurai revendu

toutes tes crèmes de beauté

à une star du porno soft

ou à un curé un peu snob

j’aurai assez de blé

pour tenir

avec tes crèmes solaires

à l’abri des u. v.

jusqu’à la mort de la planète

en me rappelant à jamais

l’été de mes lèvres nues

dans la glace fondue

de tes parties crémeuses


 

LE RIRE

Quatre philosophes débattaient du rire. Le premier argua que le rire était la manifestation d’une tristesse refoulée, le deuxième déclara que le rire était un existentialisme, le troisième défendit l’idée d’un rire-idée que nos rires-objets tentaient d’approcher et le quatrième partit d’un grand rire sur lequel il ne put rien dire. Et moins il parvenait à le qualifier, plus il riait. Le rire finit par l’emporter à l’extérieur du cercle de philosophie duquel ses pairs jugèrent bon par ailleurs de l’exclure.