LA GRANDE PELURE

C’était une grande pelure. Si grande qu’elle faisait le tour de la terre et que des millions d’hommes et de femmes dormaient dessous, s’aimaient, se protégeaient du froid et des catastrophes. Mais il fallut l’enrouler, la grande pelure, la jeter aux ordures, et des millions d’hommes et de femmes durent pour survivre trouver autre chose à éplucher.

C’est en bouffant des fruits et légumes qu’on fait des pelures. C’est en se défaisant de tout ce qui les entoure que les choses avancent.

4 commentaires sur “LA GRANDE PELURE

  1. C’était un essai de double morale.:-)
    Entendu cette chouette citation de L. Durell: « Un véritable poète n’a pas d’autre choix que de protéger sa sensibilité des ingérences et diversions du monde des idées. »

    J’aime

Les commentaires sont fermés.