Nouveaux métiers: TRANSPORTEUR DE LUMIÈRE

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}p {mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

La lumière est souvent concentrée en quelques rares points du paysage ou du cosmos, c’est un des défauts de notre univers. Et les autres endroits en sont privés. Leurs cris noirs font tache dans le spectre sonore. De sorte que lorsqu’on stationne en ces zones obscures et qu’on veut ouvrir un livre, regarder de près un beau visage, faire la lumière sur un point de pensée, on doit faire des kilomètres. Le transporteur de lumière , aussi appelé égaliseur de lumière, rétablit l’équilibre entre tous ces lieux, de façon qu’un sain éclat diffuse partout de manière égale sans  faire de jaloux. Ainsi celui qui veut lire un livre, décrypter une belle face ou voir plus clair en soi puisse le faire sans se déplacer. Le transporteur de lumière accepte les pourboires en candelas ou, à défaut, en pièces de soleil. En bref, l’égaliseur de lumière repasse derrière le faiseur de lumière, une espèce de fonctionnaire du ciel qui ne brille pas par son énergie. Celui qui exerce la profession ne doit pas forcément être large d’épaules ou inscrit à un club de musculation. Il est même à souhaiter qu’il soit léger comme l’air mais ce n’est pas encore une condition demandée par l’employeur.        

Publicités

9 commentaires sur “Nouveaux métiers: TRANSPORTEUR DE LUMIÈRE

  1. Merci pour vos commentaires.
    Éric (sans le petit h alors), je n’avais pas pensé à Bernard Tirtiaux mais peut-être inconsciemment… comme j’ai lu et aimé « Le passeur de lumière ».

    J'aime

  2. les passeurs de lumière…enfin, pas ceux qui s’imaginent l’être, comme les gourous en tous genres….j’ame bien ton blog, il est varié, et lumineux à sa façon. Mercdi Eric

    J'aime

Les commentaires sont fermés.