Jacques Bertin / Trois Bouquets

Trois bouquets de fleurs auprès du lit parmi les livres
La paix qui s’installe ici à cause de toi
Le premier bouquet pour l’enfant que nous ne ferons pas
Le second pour le chant des hommes dont nous sommes séparés
Le troisième parce que tu m’aimes, des oeillets

Trois bouquets de fleurs auprès du lit parmi les livres
Un jour nous cesserons de fuir ô mon enfant
Un jour nous nous retrouverons, je te dirai : tu as vieilli
Sur une berge triste dans le limon tu es belle et transie
Compagnons, recouvrez notre amour de vos voix humaines
Manteau des révoltes, manteau de laine, celle que j’aime a froid

http://velen.chez-alice.fr/bertin/index1.htm

Les mots ronds

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Les mots ronds font tourner les textes. Sans eux, pas de littérature en marche. Mais s’il suffisait d’en truffer ses textes, tout le monde serait académicien et cela ne ferait pas l’affaire de l’Institut de France qui devrait agrandir inconsidérément ses lieux, détruire des cloisons, en abîmant les oreilles déjà bien altérées des Immortels. Non, les mots ronds sont indétectables, ils ne possèdent aucun signe particulier. Un même mot peut-être plat comme une raie dans un texte A et rond comme une perle dans un texte B. Cela dépend du contexte. Des livres pointus ont été écrits sur le sujet sans, il faut bien le dire, avoir fait avancer la pratique d’un tour. Seulement certains auteurs les sentent qui les font glisser sous leur plume ou leur clavier, et certains lecteurs. Les textes filent sur les roulements à billes des mots ronds et tous les mots sont à fête. Il y en a même qui, pour arroser le bon (dé)roulement, boivent plutôt deux fois qu’une et finissent ronds comme des queues de pelle. Dans le caniveau des Lettres.

 

Dernière pelletée / Claire Mathy (Memory Press, 2010)

Secrets de famille

Le narrateur du roman est un fossoyeur qui s’apprête à passer le relais à son remplaçant. Au gré de la vie d’un cimetière, sur une période de six mois, il entreprend de lui raconter une histoire singulière, celle de Dame Pétronille et de sa famille.
Il se fera aider par trois Grâces, en fait les voix de trois sœurs de la Dame, une femme ordinaire, élevée dans le respect des valeurs catholiques, qui sera la victime d’une canaille de mari, seulement préoccupé de ses plaisirs et ne pensant à ses proches qu’en fonction de ses intérêts. C’est au portrait d’un salopard ordinaire que le lecteur est convié. Et au récit de l’existence d’une famille nombreuse. Les différents intervenants ne lui laisseront pas la parole, ils sont un peu comme les membres d’une cour réglant le compte d’un criminel. La parole des uns et des autres est salvatrice, elle permet de laver l’affront d’une vie, et cette méchanceté ordinaire contre laquelle la justice ne peut rien. Reste les mots, l’agencement d’un récit pour rendre compte de l’inexplicable, tenter de trouver un sens à l’insensé, se délivrer du poids d’un réel trop lourd.

Le lieu fictif choisi (le cimetière), le dispositif romanesque fonctionne très bien et relance sans cesse l’attention du lecteur. Et, par un effet de paradoxe, ce n’est pas la morbidité qui ressort de cette histoire narrée au plus près des tombes et des corps en décomposition mais un sentiment vivifiant. Comme si la mémoire demandait la proximité des corps morts pour se mettre en branle, se curer de tous les souvenirs malsains et faire place nette à une vie neuve, tournée vers l’avenir.

Un premier roman d’une auteure qui sait soigner ses phrases et la composition de son roman. À découvrir.

E.A.

http://www.memory-press.be/index.php/site/ouvrages/59/derniere_pelletee

decoration

 


Le POD du printemps

Un POD tout 9 vient d’être mis en « consultation gratuite »:

http://www.calameo.com/read/000023214297a097f02f8


A sommaire:

Pieter Cornelisz Van Dyck,Valérie Solanas ,Clément Marot, Claude Chappuys,Heliette de Vivonne, Stéphane Mallarmé , Jan Saenredam, Lucien Wasselin Paul Verlaine, Eloïse,  Joanna Newsom, Li Quingzao, Zhu Shuzhen , Lijon Eknilang , Stanley Fish, B Cendrars, LF Celine, André Theuriet , le Gradus,  Jean Christophe Belleveaux et Robert Desnos