Dernière pelletée / Claire Mathy (Memory Press, 2010)

Secrets de famille

Le narrateur du roman est un fossoyeur qui s’apprête à passer le relais à son remplaçant. Au gré de la vie d’un cimetière, sur une période de six mois, il entreprend de lui raconter une histoire singulière, celle de Dame Pétronille et de sa famille.
Il se fera aider par trois Grâces, en fait les voix de trois sœurs de la Dame, une femme ordinaire, élevée dans le respect des valeurs catholiques, qui sera la victime d’une canaille de mari, seulement préoccupé de ses plaisirs et ne pensant à ses proches qu’en fonction de ses intérêts. C’est au portrait d’un salopard ordinaire que le lecteur est convié. Et au récit de l’existence d’une famille nombreuse. Les différents intervenants ne lui laisseront pas la parole, ils sont un peu comme les membres d’une cour réglant le compte d’un criminel. La parole des uns et des autres est salvatrice, elle permet de laver l’affront d’une vie, et cette méchanceté ordinaire contre laquelle la justice ne peut rien. Reste les mots, l’agencement d’un récit pour rendre compte de l’inexplicable, tenter de trouver un sens à l’insensé, se délivrer du poids d’un réel trop lourd.

Le lieu fictif choisi (le cimetière), le dispositif romanesque fonctionne très bien et relance sans cesse l’attention du lecteur. Et, par un effet de paradoxe, ce n’est pas la morbidité qui ressort de cette histoire narrée au plus près des tombes et des corps en décomposition mais un sentiment vivifiant. Comme si la mémoire demandait la proximité des corps morts pour se mettre en branle, se curer de tous les souvenirs malsains et faire place nette à une vie neuve, tournée vers l’avenir.

Un premier roman d’une auteure qui sait soigner ses phrases et la composition de son roman. À découvrir.

E.A.

http://www.memory-press.be/index.php/site/ouvrages/59/derniere_pelletee

decoration

 


Publicités

Un commentaire sur “Dernière pelletée / Claire Mathy (Memory Press, 2010)

  1. On a tout à fait envie de lire un tel roman… en tout cas moi j’aime beaucoup fouiller dans les nombreux romans qui se cachent dans une « famille comme les autres »…
    Bravo pour un premier roman déjà si bien construit – à coups de pelle!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.