POIDS PLUME

Il suffisait qu’il s’éloigne d’elle pour qu’elle gonfle. Pour qu’elle ne prenne plus de poids, il ne la quittait pas d’un cheveu. Il assurait son équilibre pondéral.

Mais il dut s’éloigner pendant une semaine et, à son retour, il la reconnut à peine. Il ne savait comment la saisir et commença par la caresser ; c’était la seule façon de la faire fondre. Et il passa des jours à cette agréable tâche car sa peau était douce, douce… Elle lui fit promettre de ne plus jamais la quitter et il demeura le reste de sa vie auprès d’elle.

Elle vécut si sereine que, durant ses derniers mois, elle avait le poids d’un oiseau et, le jour de sa mort, celui d’une plume : il lui suffit alors de souffler sur elle pour qu’elle s’envole.

6 commentaires sur “POIDS PLUME

Les commentaires sont fermés.