Philippe Leuckx / Le beau livre des visages

decoration

Bookleg #67 LE BEAU LIVRE DES VISAGES de Philippe Leuckx Prix: 3,00 €

«Ouvrons le livre des visages tenus au bout des larmes
Flammes du père de feu mon père
Lorsque l’alarme sonnait au coeur
Et que pour franchir la frontière
Il lui fallait en quarante un vélopasseur
Ô vous mon père ô vous
De tous vos visages je prends la triste
Mesure
Vos rides me sont entrées toutes
Au coeur comme blessures»

http://www.maelstromreevolution.org/pages/FRA/prodotto.asp?ProdottoID=192&FamigliaID=0

Mais aussi:

Selon le fleuve et la lumière, poésie, Editions Le Coudrier, Mont-Saint-Guibert, 2010

 


Chronique de Philippe Leuckx: SUR MA MÈRE de Tahar Ben Jelloun

SUR MA MERE DE TAHAR BEN JELLOUN

 

Tahar Ben Jelloun, né à Fez en 1944, prix Goncourt, académicien Goncourt. Poète, essayiste, romancier, propose sa vision de la mère avec cet ouvrage, au titre éloquent « Sur ma mère ».

 

Un fils et sa mère. Un fils attentif au devenir de la vieille dame qui, plus qu’il ne faut, confond présent, passé, se figure être toujours à Fès, alors qu’elle vit depuis si longtemps à Tanger. La vieillesse joue de ces tours!
Avec une émotion, qui ne verse jamais dans le pathos, Tahar relate les derniers mois d’une mère, entourée, qui succombe aux excès de suspicion ménagère, se croit volée, dépouillée de ses biens, maltraitée…
L’écrivain a les mots justes pour décrire cette fatalité qui nous attend tous, cette lente descente en décrépitude, sans qu’aucun jugement moral n’assène l’exposé lyrique. Le poète voit tout, sent tout, use d’une élégance rare pour remuer les parfums du passé.
Le livre, entre roman et récit, consent à la pure beauté : quel romancier, il est vrai, ose aujourd’hui en tant de pages – nécessaires -, évoquer des matières si intimes sans tomber dans le déballage qui sévit sous tant de plumes?
Nous sommes ici dans le registre de l’exigence, de la phrase qui restitue une vie, sans les ambages de la préciosité, en une coulée sûre, partageable.
Ce sont toutes les mères et tous les fils qui sont là, dans cette fiction nourrie d’une réalité pesée, émue.
Merci, Tahar.
Ed.Gallimard, 2008.

 

Philippe Leuckx

 

decoration


 

TON NOM

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

je caresse ton nom avec ma souris

avant de lire ton mail

ton nom c’est ta peau

je le suce je le lèche je le dis

lettre après lettre

puis je l’avale le digère longtemps

ton nom passe dans mon sang

je suis ton nom je suis toi

pour la première fois je m’aime

à travers toi 

je lis ton mail

tu me dis que c’est fini

finifinifinifinifinifinifinifinifinifini

que je suis un con

un nullard élevé au rang d’un zéro

puis tu m’écris que tu m’aimes

et toi tu m’aimes encore me demandes-tu

trop tard j’écris en gommant

ton nom avec ma souris :

j’ai ton non en moi

CENT EUROS

Il avait des baisers à revendre et elle n’avait que sa peau. Mais tous les baisers ne tinrent pas sur elle, il en déborda par centaines. On ne put rien pour eux ni pour elle. Elle finit dans une ruelle, un troquet, un pauvre bistrot où elle vend sa peau pour un baiser et cent euros.

 

 

Maman Jeanne à Mons

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}p {mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Maman Jeanne, un projet éditorial, mais aussi un projet théâtral.

Le livre existe grâce à Luce Wilquin. Il était finaliste du Rossel des Jeunes 2009.

Le spectacle existera bientôt grâce à Michel Tanner et à la Fabrique de Théâtre. Lise Dineur lui prêtera sa voix dans une mise en scène de Julien Vanbreuseghem.

La ville de Mons nous propose un avant-goût de ce spectacle le jeudi 22 avril 2010 à 20 heures 30. Dans la superbe salle Saint-Georges (Grand-Place à Mons), Lise Dineur fera vivre Jeanne pour une heure de grâce.

En savoir plus sur le blog de Daniel Charneux:

http://www.gensheureux.be/site/


Poids plume

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>Il suffisait qu’il s’éloigne d’elle pour qu’elle gonfle. Alors, pour qu’elle ne prenne plus de poids, il ne la quittait pas d’un cheveu. Il assurait son équilibre pondéral. Mais il dut la quitter cinq jours et, au retour, il la reconnut à peine et ne sut pas par quelle face la prendre. Il commença par la caresser, c’était le seul moyen de la faire fondre. Et il passa des jours à cette agréable tâche car sa peau était douce douce… Elle lui fit promettre de ne plus jamais la quitter et il demeura le reste de sa vie auprès d’elle. Elle vécut si sereine que, dans ses derniers mois, elle avait le poids d’un oiseau et, le jour de sa mort, celui d’une plume : il lui suffit de souffler sur elle pour qu’elle s’envole.

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>