Les taches

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

– C’est une tache de vin ?

– Non !

– Une tache de café au lait alors ?

– Non, de datte.

– Quelle date ?

– Ma datte de naissance.

Publicités

on s’est

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

on s’est frottés

on s’est marqués

on s’est marrés

on s’est mariés

 

on s’est lavés

on était sale

on s’est jetés

on s’est fait mal

 

on s’est repris

on s’est lancés

on a été loin

on était bien

 

on s’est tournés

on s’est tordus

on s’est torchés

on s’est traités

 

on s’est trouvés

on s’est trompés

on sait qu’on s’est

perdus puis rien

Le bec dans l’aube

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Au bout d’une nuit sans nom, à avoir volé de marre en marre comme une oie noire, je me suis retrouvé le bec dans l’aube à picorer des brins de lueur matinale. Mais je n’avais pas payé toutes mes ardoises, et je vis venir à moi un patron de marre un peu renard qui ne me fit pas de quartiers. Je lui donnai mes dernières plumes et il repartit clairdelunisé. Depuis, je sors le jour en veillant à être rentré avant le couchant car si les astres me noyaient je ne pourrais plus jamais être îvre en paix.    

Chronique de Philippe Leuckx: Jean-Luc Marion philosophe sous la Coupole

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family: »Lucida Sans Unicode »; panose-1:2 11 6 2 3 5 4 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-2147476737 14699 0 0 63 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:none; mso-hyphenate:none; font-size:12.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Lucida Sans Unicode »; mso-font-kerning:.5pt; mso-fareast-language:#00FF;}@page Section1 {size:595.25pt 841.85pt; margin:2.0cm 2.0cm 2.0cm 2.0cm; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1; mso-footnote-position:beneath-text;}@page Section2 {size:595.25pt 841.85pt; margin:2.0cm 2.0cm 2.0cm 2.0cm; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section2 {page:Section2; mso-footnote-position:beneath-text;}–>

JEAN-LUC MARION PHILOSOPHE SOUS LA COUPOLE

Ce n’est pas tous les jours que la philosophie est reçue quai Conti. Il faut remonter à la réception de Michel Serres en 1990, Henri Gouhier en 1978, et avant, bien plus loin, en 1961 quand Jean Guitton fut lui-même élu, et bien avant encore, le grand Bergson, en 1914…
Ce n’est pas tous les jeudis que dieu fait qu’un évêque d’Angoulême est choisi pour présenter le récipiendaire.
La rencontre est intéressante : puisque Marion succède à Lustiger, la philosophie, la religion ont mailles à partie, enfin pour parler vite.
Marion est une fameuse pointure. Il suffit de jeter un coup d’oeil à sa biographie et à sa bibliographie pour se rendre compte qu’on a là un très grand philosophe d’aujourd’hui, reconnu partout, invité prestigieux d’universités parfois lointaines. Né en 1946, successeur d’Alquié à la Sorbonne.
L’évêque Dagens met en lumière son travail de phénoménologue de la donation. Le sujet aimant et le don sont au coeur de cette philosophie. Dieu, rappelle-t-il, est pour Marion don, pensée du don et, penser ne peut être qu’aimer pour un être qui se donne tout entier par le don. Qui ne tient ni à la puissance, ni à l’infinité. Le sujet aimant est principe suprême de connaissance.

Marion, dépassant Descartes, désigne l’essentiel besoin d’autrui pour combattre la vanité de l’ego.
En effet, reprenant la méditation cartésienne, Marion nous dit qu’on aime avant que de penser et replace la primauté de « j’aime, donc je suis ».
Dans le droit fil de l’évêque d’Hippone, Marion reprend cette sagesse heureuse de la connaissance par l’amour.
L’étant s’inquiète : « M’aime-t-on? » et de cette question métaphysique procède tout le…reste : si j’aime, je suis, si je suis, je pense, si je pense, je peux donner, si je peux donner, je hausse mon intranquille question au rang de la connaissance…

Philippe Leuckx