Coeur de rein

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Tous les organes étaient rassemblés près du cœur brisé. Qui à tenter de rapprocher les morceaux, qui à essayer de le ranimer. Mais le cœur ne répondait plus, il n’avait plus rien à fiche de quiconque. C’est qu’il ne pouvait pas se remettre, ce cœur-là, de la transplantation du rein qu’il aimait dans un autre corps.

7 commentaires sur “Coeur de rein

  1. Marcel, la transplantation de l’intestin est rare! (Je viens de vérifier;-)). Cela dit, oui, l’intestin est aussi aimable que les autres organes.

    Où va-t-on, en effet, Saravati, si le coeur n’est pas consulté!

    J’aime

  2. Rooo, le commentaire d’Éric (« Vive les rognons ! »)est pour le moins joliment décalé. 🙂
    N’empêche, fait mal au cœur, un peu, ce texte.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.