DIEU EST SPÉCIAL

Dieu a horreur du sable. D’ailleurs vous ne le rencontrerez jamais dans un désert, sauf si vous croyez aux mirages ou si vous avez peur du temps. Dieu, ce qu’il aime, c’est la brume. La grande brume solitaire des paysages désolés. Avec un nez en forme d’attrape-trompettes. Ou les étoiles qui rient sous cape à la nuit venue. Avec de grandes oreilles ouvertes sur le silence. Ou la mer, celle qui relie deux étendues de terre sans se sécher. Avec une grande bouche à avaler les cétacés. Mais Dieu n’aime pas l’eau même si on a dit qu’il a des nageoires sous ses plumes et des branchies sous sa longue barbe. Dieu, ce qu’il aime, c’est se pavaner au milieu des siècles, c’est marcher sur la crête des croyances en se moquant de son mortel public. Oui, Dieu est spécial, comme disent les spécialistes en affaires di(eu)gestives. C’est pourquoi il est parfois si difficile à avaler.

Un commentaire sur “DIEU EST SPÉCIAL

Les commentaires sont fermés.