Les reflets

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Toute la semaine je n’avais pas pu me voir en peinture et samedi soir, ça a empiré : j’ai brisé tous les miroirs, jusqu’aux vitres et carreaux qui me renvoyaient le méchant reflet. Avec les courants d’air d’octobre, j’ai attrapé la crève et dimanche matin on a dû m’admettre aux urgences. Quand on a apporté la radio de mes poumons qui attestaient de ma bronchite, j’ai détourné le regard. Quand le médecin s’est penché sur moi, je lui ai arraché les lunettes. On m’a transféré au bloc de neurologie où le lundi matin un psy sans le moindre objet réverbérant m’a reçu avec toutes les précautions d’usage.

Publicités

8 commentaires sur “Les reflets

  1. Oui, pourquoi ne pas écrire une suite? Une nouvelle fantasque, fantastique? Mais il me semble que cette fin -sans en être forcément une- donne une dimension neuve à ce texte; c’est une « chute » originale… ou plutôt une suspension… que j’aime.
    Geraldine

    J'aime

Les commentaires sont fermés.