Andy Warhol n’est pas un grand artiste / Hector Obalk

41N632BGBDL._SL500_AA300_.jpgArt ou intox?

Hector Obalk fait une entrée fracassante et contestée dans le monde de la critique d’art en signant en 1990 et l’âge de 29 ans cet essai d’un genre nouveau dans lequel, et dans la perspective d’une théorie de l’argumentation esthétique, il apporte des arguments à sa thèse : Andy Warhol n’est pas un grand artiste. A la suite de cet ouvrage, nombre de revues refusèrent ses articles parce que le titre de son ouvrage sous entendait : comme de nombreux critiques le pensent.

Comme l’explique l’auteur dans la préface à la nouvelle édition parue chez Champs Flammarion, dans les cinq premiers chapitres, il suit à la trace le parcours de Warhol qui, de publicitaire à la mode, devint, pour certains, un des artistes majeurs de la seconde moitié du XXème siècle. Il montre par le menu que Warhol a conçu ses oeuvres comme un concepteur-rédacteur d’une agence de pub. Ce n’est qu’au dernier chapitre qu’Obalk livre ses conclusions en tenant à préciser que démontrer sa thèse est toutefois impossible, les règles de l’art n’étant pas tout à fait définissables dans les termes de la logique.
Pour Obalk, et selon la définition du ready made définie par Breton à partir des réalisations de Duchamp (« un objet ordinaire élevé à la dignité d’oeuvre d’art par le simple choix de l’artiste »), Warhol n’a fait que pointer, mettre en avant, des travaux préexistants comme les boîtes de tampons à récurer Brillo (dont l’identité visuelle était le fait d’un peintre expressionniste abstrait, James Harvey, qui intenta d’ailleurs un procès à Warhol), des boîtes de soupe Campbell (dont le design préexistait depuis 1898), de nombreuses photos de presse, dont celle de Marilyn (due à Gene Korman), souvent recadrées et retouchées. Pour avoir créer par l’empilement et la répétition immodérée des images (cela ne produisant, pour Obalk, que des effets visuels) ainsi que par la technique inédite de la photosérigraphie un genre artistique nouveau ou avoir posé des questions sur l’essence de l’art (une mauvaise peinture, signale l’auteur, en provoque pareillement), Warhol n’ est pas pour autant un grand artiste car ses oeuvres (dans leur grande majorité) ne créent « aucune ambiguïté ou contradiction magnifique » : les boîtes de Campbell’s soup «ne sont que des boîtes de soupe.»
Obalk dresse un schéma remarquable de l’idéologie warholienne dans la partie la plus intéressante du livre du point de vue de l’analyse idéelle de l’oeuvre; un schéma basé sur des triangulations parmi lesquelles : Société de spectacle / Matérialisme de l’existence / Société de consommation, Paradis / Enfer /terre ou encore celui formé sur les oeuvres-clés : Marilyn/Campbell/ Disaster (les photos trash).

On trouve aussi quantité de propos de Warhol:
« Je ne veux pas être trop mêlé aux autres… Je n’aime pas toucher les choses. C’est pourquoi mon oeuvre est si loin de moi-même… Il n’y a en fait rien à comprendre dans mon travail… C’est vrai que je n’ai rien à dire… J’approuve ce que chacun fait… Ca doit être bien parce que quelqu’un a dit c’est bien… Tous les Coca sont pareils et tous les Coca sont bons… L’argent est ce que j’aime le plus au monde….. J’ai toujours été un artiste commercial… Le cinéma rend les émotions si fortes et si vraies que quand quelque chose vous arrive réellement vous ne ressentez rien… J’ai toujours pensé que la quantité était la meilleure jauge de tout… La seule manière d’écrire est de raconter ce qui arrive sans donner son opinion…Quand vous revoyez tout le temps la même image atroce ça ne vous fait plus aucun effet. »
Même si Obalk reconnaît une cohérence entre les déclarations de Warhol et la thématique de son iconologie, cela assimile son oeuvre à une construction idéelle, c’est-à-dire à une conception de concepteur -rédacteur seulement.
« Ainsi si nous avons comparé la segmentation des compétences warholiennes à celles des différents auteurs d’une création publicitaire, ce n’est pas pour tirer profit d’un dénigrement communément admis de la publicité, du commerce ou du vedettariat, relevant de la même division du travail et des mêmes structures créatives que celles de l’industrie publicitaire, jouissant alors tout naturellement des mêmes avantages – adoucissement des affres de la création, présence sécurisante d’une concept directeur, efficacité des effets de séduction… – qui sont autant de faiblesses pour une œuvre.
Et s’il est vrai que, pour cette raison seulement, la publicité n’est pas un grand art, celui dont l’œuvre peint obéit à la même atomisation des tâches qui régit la création publicitaire ne saurait être un grand artiste. »

Enfin dans un chapitre supplémentaire, Obalk expose l’argument du paradoxe en art. Il montre à travers des exemples tirés de la fortune critique de Warhol que les caractères les plus souvent relevés sont « impersonnel», « anesthésiant », « stéréotypé», « insensible », « factice »… Mais après ces premières remarques, la critique s’emploie en général à montrer que la superficialité ou l’insignifance de l’art de Warhol n’en sont pas.
« La critique ne pourrait pas non plus reprocher à Warhol ce qu’il revendiquait, ce qui serait trop bête. Alors que oui, les tableaux de chaises électriques sont tragiques, les tableaux de soupe sont mécaniques, mais, hélas, on s’y attendait. »
Obalk souligne que la critique d’art relève souvent d’un exercice dialectique, soumis à des paradoxes(tel que celui qu’il met en évidence), alors qu’elle devrait avant tout consister à ressentir les oeuvres. Il observe que la savoir-faire de l’artiste traditionnel est devenu, dans l’art contemporain, un savoir-choisir. Et fait remarquer que le jugement esthétique doit prévaloir sur l’argument critique car, pour faire court, on forme son jugement alors qu’on ne peut que recevoir un sentiment. E.A.

 

Hector Obalk, en 1990, s’explique face à Ardisson, dans Lunettes noires pour une nuit

blanche

http://www.ina.fr/ardisson/lunettes-noires-pour-nuits-blanches/video/I08167881/interview-verite-hector-obalk.fr.html

On retrouve Hector Obalk dans l’émission Grand’ Art sur Arte du 17 octobre au 28 novembre 2010 où il nous raconte à sa façon les peintres (Ingres, Titien, Lucian Freud…) et leurs oeuvres:

http://www.arte.tv/fr/Echappees-culturelles/Grand-Art/2469020.html


 

Publicités