Le bilan

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

A la fin de l’année, il faisait le compte des mots qu’il avait perdus. Ce nombre augmentait de façon exponentielle. Il se demandait quel mot resterait, l’accompagnerait jusqu’à la dernière seconde. Un vocable d’une syllabe qu’on pourrait expirer dans un souffle. Mot ? Mort ?

3 commentaires sur “Le bilan

  1. J’aime ce texte: un bilan qui me paraît tout à fait pertinent… C’est vrai qu’on perd beaucoup de mots dans sa vie dans des conversations banales, oiseuses -des mots qu’on aurait mieux fait de garder pour soi car à les dilapider, ils perdent de leur valeur…
    Sur ces réflexions, je te souhaite une très bonne année!
    Geraldine

    J’aime

  2. Le mot mort. Belle paronymie. Comme amour latin, « amor ». Donc amour à mort. Je songe aussi à « Jonas ou l’artiste au travail » de Camus, qui se termine par une hésitation entre « solidaire » et « solitaire ».

    J’aime

Les commentaires sont fermés.