René CHAR (1907-1988): poèmes & citations

Commune présence

Tu es pressé d’écrire,
Comme si tu étais en retard sur la vie.
S’il en est ainsi fais cortège à tes sources.
Hâte-toi.
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance.
Effectivement tu es en retard sur la vie,
La vie inexprimable,
La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t’unir,
Celle qui t’est refusée chaque jour par les êtres et par les choses,
Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés
Au bout de combats sans merci.
Hors d’elle, tout n’est qu’agonie soumise, fin grossière.
Si tu rencontres la mort durant ton labeur,
Reçois-là comme la nuque en sueur trouve bon le mouchoir aride,
En t’inclinant.
Si tu veux rire,
Offre ta soumission,
Jamais tes armes.
Tu as été créé pour des moments peu communs.
Modifie-toi, disparais sans regret
Au gré de la rigueur suave.
Quartier suivant quartier la liquidation du monde se poursuit
Sans interruption,
Sans égarement.

Essaime la poussière
Nul ne décèlera votre union.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Allégeance

Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe où il va dans le temps divisé. Il n’est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus; qui au juste l’aima?

Il cherche son pareil dans le voeu des regards. L’espace qu’il parcourt est ma fidélité. Il dessine l’espoir et léger l’éconduit. Il est prépondérant sans qu’il y prenne part.

Je vis au fond de lui comme une épave heureuse. A son insu, ma solitude est son trésor. Dans le grand méridien où s’inscrit son essor, ma liberté le creuse.

Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe où il va dans le temps divisé. Il n’est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus; qui au juste l’aima et l’éclaire de loin pour qu’il ne tombe pas?

 

René CHAR lisant son poème Allégeance (cliquer sur la photo):

http://www.arcane-17.com/rubrique,rene-char,1134464.html

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Si tu cries, le monde se tait: il s’éloigne avec ton propre monde.

Il faut être l’homme de la pluie et l’enfant du beau temps.

Source : Citations de René Char – Dicocitations ™citationSi tu cries, le monde se tait: il s’éloigne avec ton propre monde.

Donne toujours plus que tu ne peux reprendre. Et oublie. Telle est la voie sacrée.

Il faut être l’homme de la pluie et l’enfant du beau temps.

Avec ceux que nous aimons, nous avons cessé de parler, et ce n’est pas le silence.

Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière.

Je ris merveilleusement avec toi. Voilà la chance unique.

L’eau est lourde à un jour de la source.

L’éternité n’est guère plus longue que la vie.

L’homme est capable de faire ce qu’il est incapable d’imaginer.

Le fruit est aveugle. C’est l’arbre qui voit.

Le réel quelquefois désaltère l’espérance. C’est pourquoi contre toute attente l’espérance survit.

Ne t’attarde pas à l’ornière des résultats.

Prend-on la vie autrement que par les épines?

Le poète se reconnaît à la quantité de pages insignifiantes qu’il n’écrit pas.

Vivre, c’est s’obstiner à achever un souvenir.

Je ris merveilleusement avec toi. Voilà la chance unique.

Source : Citations de René Char – Ses 89 citations – Dicocitations ™citation

Avec ceux que nous aimons, nous avons cessé de parler, et ce n’est pas le silence.

Source : Citations de René Char – Dicocitations ™citation

Publicités

4 commentaires sur “René CHAR (1907-1988): poèmes & citations

Les commentaires sont fermés.