SI LONGUES SECONDES de Daniel Charneux & Salvatore Gucciardo

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

haiku-174x300.jpg60 haïkus

Comme l’écrit Colette Nys-Mazure dans sa préface, il est difficile voire absurde de parler des haïkus, genre fondé sur le lâcher-prise et la non intentionnalité : « Dire qu’on ne va rien dire et malgré tout tenter de mettre en lumière la puissance du mystère. »

Dans ce recueil illustré par Salvatore Gucciardo, ce sont soixante (comme le nombre de secondes, de minutes dans l’unité supérieure) haïkus qui s’offrent à voir et à lire à raison de trois par page et par dessin, réunis suivant un thème. Il y est question de vieilles et d’enfants, de soleil et de bleu, de feu et de nuage, de neige et de marée, d’arbres et d’oiseaux, d’ombre et de lumière…

Ce qui distingue les haïkus de Daniel Charneux, outre leur « perfection » (on croirait lire des haïkus d’Issa ou de Ryokan – auquel l’auteur a consacré un roman), c’est l’attention portée aux signes de vie, l’étonnement proprement joyeux d’être en vie. Mais à pointer les faits de manière si aigüe, Charneux relève le caractère éphémère de ces petites épiphanies. Rien ne dure et il n’y a rien à déplorer. Et pourtant, à la lecture de ces fragments (sans cause ni effet, isolés du temps), comme à la vue de photos un peu datées ou au souvenir des dimanches, on ne peut s’empêcher de sentir la mort au cœur de chaque micro-événement. Ainsi que l’écrit la préfacière, Daniel Charneux « essaie de maintenir ensemble les deux extrêmes, de n’être infidèle ni à la beauté ni à la misère de l’univers. »

petit feu qui meurt

tout le long de l’allumette

le bois qui se tord

 

galet solitaire

recueilli à marée basse

son poids dans ma main

 

neige       belle étrenne

dans le bois carte postale

où fond le soleil

 

A la lecture de ces instantanés, on pense volontiers à cette phrase de Léon-Paul Fargue : « L’art ne sera que là où vous saurez percevoir, et faire apercevoir, la solidarité haineuse qui lie l’être et le vivre. » Même si ici, « haineuse », est de trop.

Les dessins saisissants de Salvatore Gucciardo, à l’encre de Chine, aux motifs d’un noir profond gravent l’instant dans la durée et font chatoyer toutes les nuances de gris alentour dans une atmosphère tantôt lourde, tantôt légère, comme s’ils pointaient le tragique, sans pathos, de toute existence.

Cet ouvrage, dans lequel on aura rarement autant ressenti la communion entre un auteur et un artiste, est dû aux éditions Audace, dirigée par Pierre Bragard, dans la collection Terre d’asile « dont le but est de donner la parole à des créateurs qui ont trouvé asile chez nous ». En l’occurrence, Salvatore Gucciardo, originaire de Sicile, qui vit en Belgique depuis l’âge de 8 ans. En signalant enfin que les bénéfices générés par la vente du recueil vont à une association de lutte contre la leucémie, on aura dit l’essentiel du commentaire. Reste à chaque lecteur à embarquer pour un voyage au quotidien, yeux et sens aux aguets, en quête de ces fleurs du temps ouvertes sur un intemporel présent…   

temps figé soudain

le surplace de l’aiguille

si longues secondes

E.A.

éd. Audace, 10 €

http://enqueteparallele.wifeo.com/editions-audace.php

 

Publicités

Un commentaire sur “SI LONGUES SECONDES de Daniel Charneux & Salvatore Gucciardo

Les commentaires sont fermés.