10 irréflexions d’Éric Dejaeger

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Ne pas confondre « fut de pils » et « fils de pute ».

 

Spécial machos : grande vente aux bien en chair.

 

Qu’on m’explique : pourquoi est-il interdit de fumer dans un crématorium ?

 

Je déteste la bande à Bonne-Eau.

 

Tant qu’à néologismer…
 Au pédant « tétracapillotracteur », je préfère le moins intello « quatrotifscieur ».

 

Un film à remaker en X : Que les grosses à l’air lèvent le doigt.

 

Si un fumeur se fait incinérer, on ne peut pas récupérer ses cendres dans un cendrier.

 

Quand les bourses dégringolent, il faut faire attention à ne pas se les écraser en marchant.

 

Un truc à inventer : le soutien-bourses. À prix très élevé pour les traders !

 

Les accros au téléphone portable peuvent se faire inoculer le germe à no phone.

 

Éric Dejaeger

Publicités