Le cycle des mots

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Les mots se font eau, aube, ouverture, saillie, faille, puits, pluie. Ils retombent sur la page et la mouille. Petites rigoles des phrases qui se rejoignent dans le texte. Le lecteur aux abois boit, il se saoule de lettres, peu importe le sens pourvu qu’il hèle l’ivresse. Les merveilleux nuages de la page finissent par passer. Le livre refermé, ils peuvent, les rêves de papier, noircir à l’envi la feuille blanche de la nuit car c’est à l’ombre des faits, pliés, repliés dans la lumière cabossée, chiche, chimérique de l’étrangeté, qu’on lit le mieux.

Publicités

Un commentaire sur “Le cycle des mots

  1. ah! les « merveilleux nuages », cher Eric, Sagan que nous aimons…
    l’ombre bénéfique des mots, des pages, dont nous sommes les pages, les serviteurs
    ah! les mots qui se font « eaube », « pluits »…
    merci éric

    J'aime

Les commentaires sont fermés.