Le prix de la vie

Il collectionnait les tickets de caisse délivrés à toutes les sortes de magasins possibles depuis qu’il avait quitté le domicile parental pour vivre seul. Il y avait quarante ans. Il les accumulait à la cave et au grenier dans des caisses en carton avec l’idée d’un jour comptabiliser toutes les sommes. Certains faisaient l’objet d’un traitement de faveur : mis sous verre, ils trônaient dans son salon à la vue des visiteurs avec une légende comme dans les musées signalant l’endroit, les circonstances, la date et l’heure de leur validation. Quand un incendie ravagea son logis, et lui de même, sa dernière pensée – brûlante – fut de l’ordre du soulagement : il n’aurait de toute façon pas survécu à la disparition de tous ses chers tickets de caisse…

2 commentaires sur “Le prix de la vie

  1. Autant de petits tickets comme preuves de vie, d’identité…
    Autant de preuves que l’on n’existe que si l’on consomme, achète… Oui; c’est vraiment le prix de la vie, de nos jours, une vie qui se mesure, se compte… Si l’on n’achète rien, on n’est rien… Acheter, comme s’il fallait naître toujours et encore…
    Un texte intéressant, en cette veille de Nouvel An qui apporte un éclairage insolite et juste sur la société de consommation.
    Geraldine

    J’aime

Les commentaires sont fermés.