Les éditions GROS TEXTES ont 20 ANS!

cairns-10.jpgEn tapant sur 

http://grostextes.over-blog.com/

vous aurez des infos sur Gros Textes qui a eu 20 ans au solstice d’hiver. Ça vaut bien deux chansons. Manu Galure et Léo Ferré


L’hiver est proche de la lumière », c’est le magnifique titre de la parution du solstice d’hiver 2011 et dernier ouvrage de l’année, écrit par Denise Destin.


Et puis nous passons en 2012.

« Depuis le début de l’année est paru le numéro 10 de la revue Cairns qui colle au thème du printemps des poètes « Enfances ».


On trouve également sur le blog des infos sur une publication fort originale de Morgan Riet (avec plein de dessins de Matt Mahlen).


Un bouquin génialement déjanté d’Isabelle Pinçon « on passe à quelque chose » et une suite décoiffante de Vrac (ouvrage publié en 2010) par la truculente Sophie Braganti (« Trac » publié donc en 2012). Et c’est pas fini… Enfin si pour aujourd’hui.

Braganti.jpgNon, j’ai retrouvé dans un carton quelques bouquins de l’immense Lawrence Ferlinghetti (bon si vous ne connaissez pas tapez son nom sur internet) « Un luna-park dans la tête » que nous avions publié à la fin du siècle dernier (même pas jaunis et tout fringants). Ils coûtaient 50 F (francs pour les jeunes). Si vous êtes passés à côté à l’époque, il est encore temps de se procurer ce petit chef d’œuvre. On les fait à 5 € (si vous ajoutez 1 € pour le port c’est sympa).


Je viens aussi de refabriquer 100 exemplaires de « huit bouffées de sagesse papaoute », un petit bijou best-seller (à notre niveau) signé Karin Huet, ce petit précis pamphlet ethno imagino philosophico de bon sens qui m’a fait penser à Joseph Delteil quand je l’ai lu et décidé de le publier, coûte 8 €. Il est aussi présenté dans le publication 2010.


Yves Artufel

http://www.grostextes.com/



D’enfances de Philippe Leuckx

Leuckx-D_enfance-couverture-fbb3e.jpgD’enfances de Philippe LEUCKX sera présent à la Foire du Livre de Bruxelles
Exposant : Le Coudrier
Stand : 114
Date : samedi 3 mars 2012
Heure de début : 13 h 30
Heure de fin : 15 h 30
Auteur(s) :
Philippe LEUCKX
Spécialités :
Poésie
Résumé de l’ouvrage :

Les lèvres ici se font rives désertées pour dire le temps plus durable d’une enfance aussi buissonnière que protégée, son miracle d’insouciance, pour dire l’espace plus ouvert sur lequel s’agrandissent les bras. C’est là le trésor gardé du poète où s’ancre sa nostalgie, tirant à l’angoisse à mesure que s’amincit le temps à l’aune des présences. L’enfance est retrouvée pour être mieux perdue. Elle s’égrène dans le sillage de mots où le sillon se répète jusqu’aux rides, terre nue où le ciel vient battre de l’aile dans l’horizon qui reflue. Demeure l’enfance qui dans l’enfant se sépare, le grain levé des mots dans l’instance d’exister. Demeurent les hautes herbes pour qui sait moissonner le soleil à cœur battant. L’enfance est lourde d’un trésor qui pèse par sa légèreté même ; le bonheur est une tâche où l’adulte peine à l’égaler. Le poète lui tient parole à fleur de peau, quitte à s’écorcher. La tendresse est l’héritage dont il nous témoigne et gratifie, le pesant de rives où la rivière l’a porté avant de serpenter aux étoiles. L’enfance est donnée au poète ; il nous la restitue au bénéfice du chant. J-M Aubevert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autres ouvrages des éditions LE COUDRIER seront aussi présentés le 3 mars après-midi:


 

 


L’amour en lettre capitale de Pascal FEYAERTS, Véronique LAURENT et Fred VAN CAMPENHOUT

 

 

 

 

Les jalousies d’Aphrodite d’Isabelle BIELEKI et Michèle GROSJEAN

 

 

 

 

Femme abyssale d’Anne-Marie DERESE et Sonia PRÉAT

 

 

 

 

De lanterne et d’améthyste de Jean-Marie et Joëlle AUBEVERT

 

 

 

 

 

Impressions new-yorkaises d’Emmanuelle MENARD

 
LE COUDRIER
Grand Place, 24 – 1435 Mont Saint-Guibert, Belgique
Tél.: 0032 10 65 72 83
email: lecoudrier: lecoudrier2005@scarlet.be
 

VU AU CINE DE MA RUE: DEUX SICA POUR LE GAMIN AU VELO OU LA FIGURE DU DOUBLE

images?q=tbn:ANd9GcTrR1IdxodKYq_LvNF4YinLDzxhfP_wpLlH3p0c7h7LwclgLUKnPA


par Philippe LEUCKX, samedi 10 décembre 2011

La figure du double – les frères Luc et Jean-Pierre, les deux personnages principaux la belle Samantha coiffeuse de son état et le jeune Cyril toujours près de fuir, le chaud et le froid, le bien, le mal, l’intérieur, l’extérieur, les deux roues de la bicyclette – eh!oui -, inonde ce film, plus serein, non d’y être filmé – un Seraing ténébreux, entre feuillages, avenues, salon de coiffure et appartement confinés, dans un éclairage caravagesque, mais parce que la fin s’ouvre, comme une éclaircie soudain balaie la tempête, l’orage d’été…

images?q=tbn:ANd9GcSmnWVqi9mwd3hmPQ1Wx5CoiX1bn5lRSE0ykjBbj8w52l0Ki0O8Eh! oui, il y a plus de calme dans cette intranquillité gémellaire, que ces deux-là transmuent en réflexion. Sinon, l’intrigue, presque squelettique – un ado en accueil a les jambes fugueuses et donne bien du fil à retordre à l’accueillante coiffeuse – Cécile de France -, serait de peu. Il y a autre chose : ce travail sur le menu, l’infime. Un regard au travers d’une vitre. Un escalier foireux. Un arbre à cause de quoi on chute.

Les choses vont mal et finalement s’arrangent : suffit-il d’user d’un vélo, de le redoubler et voilà nos deux personnages en piquenique au bord de la Meuse, dans une lumière digne du Miller de « L’effrontée »…Les réalités peuvent changer et nous, spectateurs, nous en gardons les avatars, comme preuves du réel soumis à nos rétines.

Les frères créent, certes, mais à la lumière des autres.

Aussi les réminiscences (Miller, De Sica – le plan final du petit Moret sur son vélo retournant chez la coiffeuse, après avoir été rossé , est la reprise à l’identique d’un plan du Voleur de bicyclette, juste après la scène du mur ensoleillé!) inscrivent-elles l’oeuvre dans la droiture morale d’une réflexion tout à la fois éthique (ni blanc ni noir ni bien ni mal…) et esthétique (le soleil parfois prend le dessus sur la lumière ombrageuse, inquiétante).

Oeuvre des complicités : on retrouve dans de petits rôles les Gourmet, Rongione et autres Rénier, habituels serviteurs du cinéma social des Dardenne.

En fidèles analystes des cinéastes qui ont compté, les frères tissent ici toute une philosophie de l’argent destructeur : message doublement pasolinien ou bologninien que « Les garçons » ou « Accatone » jadis ont exprimé en s’en défiant.

On peut en juger : le néo-réalisme fait encore des petits (sans jeu de mots!), dans la justesse d’une perception d’un milieu (ah! ces achélèmes sérésiens font bien penser à leurs pairs romains!), dans celle d’une lumière qui donne de la réalité une mesure morale, non moralisatrice.

Figure double, nouvelle? Non, elle faisait partie prenante des autres réalisations : autour des thèmes de la filiation et de la relation (Rosetta et sa mère – Le fils et le professeur – L’enfant d’un couple – La Lorna manipulée par l’autre -….).

Du bien beau travail de mise en scène , dont on retiendra la pression d’une approche des corps, filmés en lutte; le besoin de camoufler l’enfant effronté derrière le buisson de la nature; la séquence étonnante où Cyril partage pour le meilleur et pour le pire quelques moments avec un présumé dealer, dans un appartement coincé entre la mère grabataire et la chambre; et tant d’autres moments d’intensité. Ainsi, pour dernier exemple, le « mur entre les personnes » (Souchon), entre un père cuisinier et son Cyril de fils, et ce mur que l’ado a si souvent sauté… Hautement symbolique!

C’est tout un art que de piéger la vie et de s’en remettre au flux de la pellicule pour un dosage subtil , entre constat et espérance!

CHAPEAU DOUBLE!

LE GAMIN AU VELO, Belgique, 2011, 1h27.

 

Cet écrivain pommé

Cet écrivain pommé, poiré, pêché, prunié, pistaché, pamplemoussé, orangé, fraisé, raisiné, figué, datté, tomaté et, même, cerisé sur le gâteau, trouvait l’inspiration sous un arbre. Ses histoires infinitésimales de fruits qui s’attirent, se repoussent à coups d’ellipses, d’équations différentielles, de paraboles de pépins, de grandes trajectoires se résorbant en queue de comète firent les choux gras des grosses légumes de l’édition internationale. Il reçut le Nobel de l’agriculture en même temps qu’une pierre sur le caillou qui lui fit sur le cuir littéraire un trou grand comme un cratère de plume.