L’erreur

À la fin de sa vie, il réalisa qu’il n’avait jamais vraiment aimé les livres et tout ce qui gravite autour (à commencer par l’écriture), que tout ce temps passé en leur compagnie avait été du temps perdu, qu’il avait été à un tournant de son existence comme victime d’une erreur de parcours. Il était trop tard pour faire machine arrière et reconnaître publiquement sa méprise (il était un écrivain renommé). Il pensa même que cela risquait de remettre en cause la littérature, et ça non, il n’aurait pas pu. Il avait pitié de cette grande dame un peu voûtée qui marchait deux pas devant le réel comme si elle voulait lui faire de l’ombre.   

Publicités

2 commentaires sur “L’erreur

Les commentaires sont fermés.