Rachat de la maison Jean Echenoz par le groupe Marc Lévy

images?q=tbn:ANd9GcTymvXuOZDl_Z2qSzRfdD_EmNeoLXK4vI_1iGLIagYkzV3LqJKry8xLfegOn se rappelle que le groupe Marc Lévy s’est
illustré en ce début d’année par le rachat du consortium Dostoïevski qui avait ému le monde littéraire. Dans sa lutte qui l’oppose au géant des Lettres Guillaume Musso, il s’est ensuite adjoint l’entreprise familiale Jardin & fils ainsi que l’usine en difficulté Morgan Sportès sans avoir eu à procéder à quelque restructuration que ce soit. Après sa tentative d’OPA manquée sur le groupe de luxe Modiano, il vient d’acquérir la maison Echenoz réputée pour ses produits hauts de gamme. Le groupe procédera à un réajustement de la production, une refonte des phrases avec dégagement et élagage maximum ainsi qu’un resserrement de l’intrigue des romans et un effacement pur et simple de tout signe de subtilité.

Jean Echenoz s’est expliqué sur ce qui apparaît pour certains qui ne font pas le lien entre édition et commerce comme un renoncement à ses valeurs: « Je ne pouvais plus continuer comme cela jusqu’à un improbable Nobel. J’ai des histoires à nourrir et une descendance littéraire à assurer. C’est finalement bien que ce soit Marc Lévy qui rachète ma société, j’avais appris à apprécier ces phrases toutes simples, qu’il m’arrivait de relire plusieurs fois pour comprendre comment il avait été possible de les écrire. Je suis content d’être enfin lu par le plus grand nombre et d’être bientôt adapté par ces cinéastes pour grands enfants que sont Spielste Venberg ou Buc Lesson».

Peu après ces paroles sages, on a appris que l’écrivain s’était suicidé. Il éprouvait, d’après son entourage, de gros problèmes de conscience depuis la signature du contrat de vente.


Voici, en exclusivité, la nouvelle bibliographie de feu Jean Échenoz

Si c’était à refaire, nous trois

Je m’en vais, et si c’était vrai 

Mes amis, mes amours au piano

L’équipée malaise le premier jour

Courir la prochaine fois

Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites sous le Méridien de Greenwich

Vous revoir, Cherokee

Le voleur de grandes blondes

Un an et sept jours pour l’éternité

L’étrange voyage de Ravel

Où es-tu, Lac !

Les enfants de Jérôme Liberté 

Des éclairs la première nuit

 

 

3 commentaires sur “Rachat de la maison Jean Echenoz par le groupe Marc Lévy

  1. Son unique héritier (un enfant caché) a transmis à la société Marc Lévy quelques manuscrits retrouvés sous le matelas Épéda multispires de sa chambre à coucher :
    14 + 4 = 18
    Viens poupoule, ça va tanguer
    Jamais je n’aurais cru ça de toi
    Navire jour
    Son regard de braise m’a liquéfié
    Un souvenir me hante et plus
    J’irai tomber sur vos crachats (essai sur la critique littéraire).

    J'aime

  2. Désolé, Denis.:-) Echenoz, ouiiii.
    Il y a 25 ans, lui, Marie N’Diaye, Olivier Rolin, Claude Roy et Bernard Clavel se faisaient voler la vedette, le temps de l’émission, chez Pivot par ce suffisant et bavard personnage de Sportes. Comme quoi, l’écriture, la vraie, ça s’écrit et ça ne se parle pas.
    http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPB87001982/l-art-du-roman.fr.html
    Sous le charme de Star eyes écouté sur votre site, Dominique. Et merci pour cette liste de titres, parfois la seule chose qu’on lit d’un auteur, fictif ou bien réel. J’aime particulièrement Navire jour qui rappelle l’autre…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.