POÈTE D’ENTREPRISE


Je suis poète d’entreprise, je fais les PME et les multinationales.

Je chante les beautés de l’outil et du produit, de la direction et du personnel. J’y mets les formes, tantôt en vers, tantôt en prose, tantôt gueulant mon œuvre à la secrétaire sur son pécé, pour réveiller la souris, tantôt la susurrant à l’ouvrier à la chaîne, pour ne pas couvrir le bruit de la machine. Faisant l’éloge du communisme béat ou du capitalisme fou suivant que je suis dans une aile ou l’autre du bâtiment, en présence du chef du personnel ou du délégué syndical en chef ; parlant l’Onfray à l’athée, le Bobin au catho, le petit Lénine au coco… Je fais marcher l’économie, du moins je fais fonctionner ses rouages avec la graisse des mots, c’est beau. Je suis poète d’entreprise et bientôt attaché de cabinet : dans l’antre secret, je chanterai, tel un poète cubiste, toutes les facettes du ministre mâle ou femelle. Rien ne m’arrêtera! Un jour j’entrerai au comité d’entreprise de la Poésie Limited Company et ça chiera dans les Maisons de la poésie.

J’édicterai mes lois aux poètes en place, j’instaurerai le travail de nuit, le prolongement de l’âge de l’entrée en roman, je réglementerai l’usage du papier et du clavier, l’emploi du temps et des lieux, je réintroduirai la précarité dans l’exercice du métier. Terminé,  les poèmes écrits sur un coin de table ou sous la table, les stupéfiants et autres aides à la création, les muses indélicates, débraillées, en petite tenue – je réintroduirai l’uniforme chez les muses ! Terminé, les mouvements de rêve, les résidences d’auteur à l’étranger, on travaillera sur place, à la cave ou au grenier. Plus de poètes affalés dans les escaliers, s’exhibant nus sur les toits pour attirer l’attention de la critique sur les conditions de vie en centre fermé. Tous au même régime et terminé, la poésie libre, individualisée, indisciplinée. Stages d’entreprise et système de suivi-évaluation, journées de formation en atelier d’écriture, vente à la criée sur les marchés de la poésie, contrôle journalier de la production, ça va chier dans les Maisons de la poésie : préparez le papier toilette ! 

Un commentaire sur “POÈTE D’ENTREPRISE

Les commentaires sont fermés.