Je n’invente rien

Je n’invente rien.

 

Les murs ont des boules Quiès

orange jaunes vertes rouges.

 

On lit sur les peaux

la carte routière des corps.

 

Le temps pense le monde

avec la nature des choses.

 

Les paysages verticaux

arrêtent la course des nuages.

 

Les femmes dans les arbres

donnent des fruits de plaisir.

 

On voit entre les jambes de la nuit

l’aube poindre son nez de lumière.

 

On ne dort pas loin

avec des lunettes de sommeil.

 

On enterre ses images mortes

dans la lune aux souvenirs.

 

Je n’invente rien.

 

Les paroles qu’on jette à l’eau

accomplissent le cycle des mots.

 

Les murs ont des boules Quiès

pour ne pas entendre le bruit des briques.

 

images?q=tbn:ANd9GcQqPDZ4sjytOfnmwNa83QDG4S1fE5HnEo7IWdaP5MdIINhfgim1nQ


Publicités

Un commentaire sur “Je n’invente rien

Les commentaires sont fermés.