La transformation

images?q=tbn:ANd9GcRJ4WIg0m4fMolYAdL_ntQWaylXD_VYzlzUKNQtF8sUU5NoO6-drAMa transformation en automobile ne s’est pas faite en un jour. Mais en deux. D’abord me sont poussés des phares antibrouillard au-dessus des yeux, c’était pratique pour voir dans la purée de pois matinale. Au cours de la journée, ma peau s’est métallisée dans un beau gris anthracite qui m’a mieux protégé contre les intempéries que ma vieille chair humaine. Mes nouveaux garde-boues ne m’ont pas empêché de dormir. J’ai rêvé de belles jantes en aluminium. Le lendemain, j’avais acquis deux nouveaux phares au bas du dos puis un tableau de bord flambant neuf, un intérieur cuir et bientôt tout le confort d’une berline familiale, je n’en aurais pas espéré autant. Depuis ma vie a un peu changé, on s’en doute, mais dans des proportions raisonnables (je n’ai jamais été un excentrique), j’ai assisté à la transformation de quelques-uns de mes proches en frigo américain, en tondeuse à gazon sans fil et, même, pour l’un d’eux (je ne dirai pas qui), en distributeur de préservatifs. Pour ma part, je roule bien, merci. Il faut juste que je n’oublie pas de prendre rendez-vous pour mes entretiens semestriels, que, capot en l’air, j’ai tendance à négliger. 

Publicités