Les couleurs du tendre

La bleue est une petite brune pétillante et secrète qui se nourrit de grand air et d’eau pure. La rouge est une grande rousse à la peau mate qui raffole de viande saignante et de la chair des pastèques. La verte est végétarienne, elle peut rester des heures à contempler en silence son plat d’algues marines. La jaune sourit toujours, elle cultive un goût particulier pour les lychees, le riz cantonais et les bananes flambées. La mauve est si maigre que ses veines affleurent à la surface de sa peau. La peau de l’orange a un goût de soleil plongé dans de la grenadine.

Dans mon agenda, afin de ne pas commettre d’impair, j’ai désigné chacune de mes amies par une couleur. Certaines semaines, je dois jongler avec les tons, en veillant à bien les étaler sur la palette de mon emploi du temps. Pourtant secrètement je rêve de les réunir toutes pour, dans le spectre de l’amour, après le feu d’artifice du désir, n’apparaisse que l’addition de toutes réunies dans le blanc immaculé symbolisant la lumière nuptiale. Ce blanc sur lequel tranche toutes les couleurs.

in Penchants retors, Eric Allard, éd. Gros Textes, 2009

3051366259_1_3_Y08tEauo.jpg

2 commentaires sur “Les couleurs du tendre

Les commentaires sont fermés.