LES DÉSIRS DE L’ESQUIMAUDE de Denys-Louis COLAUX (Atelier de l’Agneau, 2013)


950859133.jpgChair poèmes

On néglige trop les vertus érotiques des climats polaires ou de la saison hivernale, quand les corps corsetés, enlainés, sont soudain pris d’un besoin de se libérer de leur fatras de vêtements pour se livrer au frimas, à la neige, au risque de la pneumonie, de l’embolie poétique.

Il y a de cette folie, de cette déraison en prise directe avec une aspiration à se détacher des contraintes, stylistiques ici, dans Les Désirs de l’Esquimaude qui donne par ailleurs, à chaque poème, si ce n’est à chaque vers, le sentiment de réinventer la langue, et la femme. Non seulement une poésie claire et riche, sans afféterie mais non sans nuances, mais surtout une poésie qui inclurait toute son histoire dans le temps même où elle s’écrit. Une poésie qui ne craint pas de faire résonner les mots comme, entre autres, opale et épaule, canopée et copeaux, asphodèle et foulque, phlox et fauvette… Mots rares et beaux qui renvoient à de non moins délectables réalités. Allez voir la plaque frontale blanche de la foulque ou les fleurs délicates du phlox !

Une poésie qui lie amour et lecture, peau et page, qui se veut le mariage du gel avec le charbon.

Une poésie qui puise dans le lyrisme la matière concise de son verbe car le lyrisme est coupant comme le gel, vite il enflamme la langue.

On peut lire de nombreuses formules troublantes dictées par la chair et l’âme féminines dont voici un échantillon, un raccourci forcément arbitraire: le temple des hanches … l’aisselle en nage de Joyce Mansour … le délicat danger de ton  visage … le linge mouillé de son âme … le sirop de sa salive … les dunes lisses / de ses fesses… les ailes de tes yeux… le réchaud de ton ventre… la nuit ardente de ta chair / sur la forêt de mon poème…

Où on comprend que le poète – et son lecteur ? – n’a au fond besoin de rien d’autre que le corps nu sacré et musical / d’une femme pour établir toutes ses liaisons au monde.

Sont convoquées à cette fête des sens les figures de peintres et de musicien(ne)s, comme si l’Amoureux des Arts ne pouvait les laisser en dehors de la célébration: Modigliani, Dufy… mais aussi l’archet merveilleux de Jacqueline Dupré (sublime fée furtive/ bel orage de lait / et de mélancolie) ou Lhasa de Sela, trop tôt disparue, à la voix de laquelle est consacré toute une section du livre.

Les oeuvres, fameuses, d’Alain Adam, qui font face et écho à la poésie de Colaux, sont, dirais-je, d’un expressionnisme discret, comme si les femmes, mesurées dans leurs expressions, et impudiques dans leurs positions, retenaient leurs désirs aux élastiques des vers.

Dans la préface, le terme de truculence est avancé à propos de l’auteur. Le mot générosité, même s’il est plus banal, vient aussi à l’esprit concernant Denys-Louis Colaux qui ne fait pas rétention de mots et d’enthousiasme pour parler des  artistes qu’il découvre et fait connaître sur ses différents blogs, où il démontre une activité rare pour un écrivain de sa réputation. D’habitude, les écrivains de cet ordre sont plus économes de leur production journalière, comme ces trop bons élèves qui cachent d’une main leur feuille jusqu’à la remise des copies…

Mais c’est comme si, pour Louys-Denis Colaux, les livres papier ne pouvaient contenir toute sa verve, son besoin de rendre compte de toutes les créations qu’il admire dans des domaines artistiques divers et qu’il se devait d’employer tous les moyens de diffusion mis à sa disposition.

Ainsi, pour ce présent recueil, qui est sa Centaine d’amour, on compte plusieurs sections, qui sont à elles seules des mini-recueils, agencées en une dramaturgie, en un opéra, comme c’est écrit en préambule. Justement, pour entrer dans ce livre fourmillant, on prendra soin de lire (avant, pendant ou après) la préface dense, signée Otto Ganz, bien à l’image du livre dont elle ouvre la voix…

Éric Allard

Sur le site de l’éditeur:

http://www.atelierdelagneau.com/spip.php?article176

D’autres avis sur ce livre…

http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/archive/2013/11/01/des-avis-sur-l-esquimaude-7973360.html

 

images?q=tbn:ANd9GcR5hl9cOf9Grja0wdBRdRpUb34t770e6ANQmnW77flKoJa2BKB3Les blogs de Denys-Louis COLAUX:

http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/

http://denyslouiscolaux2.skynetblogs.be/

http://denys-louiscolaux3.skynetblogs.be/

 

Publicités