Une femme à Bombay

topshotsvalerie-trierweiler-the-ex-partner-of-french_1779236_528x397.jpg

Elle marche, au milieu d’un essaim de journalistes et d’officiels, sacrifiant à des gestes (cette main qui vient embrasser l’ovale d’un visage) de  tendresse maternelle, un rien appuyés, un rien distraits, envers des enfants sous-alimentés. Tenir debout, elle qui, il y a peu, s’est effondrée sous le poids des révélations exposées au grand jour. Faire usage de ses mains, de sa chevelure, pour donner le change, mais les sourcils arqués, les traits du visage tendus, à l’affût. A Bombay, en semi-voyage officiel, pour  lutter contre la faim, et aussi contre la fin de sa liaison avec un homme, par ailleurs président d’un état éloigné. Pâle sous le masque du maquillage, mais les lèvres suivant la ligne d’un continuel sourire. Les yeux un peu traqués d’une femme fauve aux abois. Avec un directeur de cabinet omniprésent qui l’isole des questions indiscrètes des journalistes, ses confrères, auxquels elle ne peut, entre parole retenue et regard d’aveu, répondre comme elle se confierait à des proches. Une dernière fois bâillonnée.  On la devine pétrie d’émotions antagonistes, mais soulagée de pouvoir mettre sa peine au service des autres, la transmuant sur la scène d’une action de bienfaisance. En ayant fait un trait déjà sur sa vie d’avant, le dégoût dépassé (cette pâte alimentaire dont elle ne reprendra pas une seconde bouchée); sinon elle ne pourrait pas se trouver là, surexposée, jouant sa vie de femme bientôt échappée de la notoriété.

Paradoxalement, elle n’est jamais apparue aussi Première dame de France qu’en ce jour où elle ne l’est plus. Et femme de président, qu’elle a cessé d’être. Femme seule, sans référence à autrui, plus jamais dans cette fonction de compagne et de représentante d’une nation, cette double imposture. Jamais aussi son corps, son visage n’auront été aussi présents à l’image. Déjà ailleurs, déjà sauvée de la médiatisation extrême dont elle a eu à souffrir, à laquelle elle n’a jamais pu se faire. Avec la hâte de se retrouver peut-être moins observatrice du monde, plus dans le secours permanent, plus dans l’attention à soi, plus dans le don sans contrepartie d’elle-même. Dans le miroir des jours et des actions à venir.

 E.A. 

Publicités

Un commentaire sur “Une femme à Bombay

Les commentaires sont fermés.