ALLEMAND, NYS-MAZURE, LIBERT… par Philippe LEUCKX

P.Leuckx.jpgLa chronique de Philippe Leuckx

 

 

 

 

Alain Allemand poursuit ses explorations d’éléments naturels entre ciel, neige et « herbes des collines » dans le petit et troisième volume de ses « ESTIVES ».

« Estives 3 », donc, pour « effeuiller la montagne des gris », pour décrire « dans les parages du ciel » l’été, le très bel été de nos souvenirs et de nos saisons intérieures.

Des détours (retours) littéraires à notre grande Colette (là honorée par Baude à Saint-Tropez, ici par Allemand « aux jardins suspendus d’enfance), Proust ou Ravel, de quoi faire revivre Combray et « ce tintement de soi-même ».

L’écriture est toujours aussi dense et la maîtrise des vignettes confond :

« Le ciel lave là-bas une nichée de lointains »

 

frontcover.jpg

*

Les huitains servis par la belle écriture de Colette Nys-Mazure dans « De seuil en seuil » (La Lune bleue) évoquent aussi l’aile de l’été « sous le vert vainqueur » et « la puissance des recommencements ». Il faut prendre le temps « lorsque l’heure pleine / Ouvre son portail d’or » de saisir ce que la marche pourvoyeuse peut laisser comme traces, « l’air acidulé » ou « l’élan des projets intrépides ».

De-seuil-en-seuil-229x300.jpg

 

*

Béatrice Libert propose dans « Un chevreuil dans le sang » (L’Arbre à paroles) une anthologie restreinte de trois recueils (1991/1997/2009), qui donne assez bien la teneur en thèmes personnels et les qualités d’une écriture versée surtout dans la poésie dense et brève. « Lalangue du désir et du désarroi », « Le bonheur inconsolé » et « L’instant oblique » sont trois étapes d’un parcours qui a commencé dès 1979 et qui, depuis, n’a cessé de donner formes essentiellement à des poèmes d’intime fréquentation, pourrait-on dire. « Un chevreuil court dans mon sang » du premier recueil fêté ici par un préfacier de renom, Laurent

Demoulin, offre le titre de l’ensemble. La femme mise à l’honneur dans toutes ses préoccupations, du matin à « la fin du poème », se révèle, dans l’amour, dans la lucide préhension du temps compté, de la marche raisonneuse (« Tu marches/ et c’est ton pas qui/ donne sens à la route »), de l’ancrage en son temps (« Il pleut de l’anonyme en nous »).

Les formules sont heureuses et le travail précis, autour des images de nature et d’intérieur :

« l’arbre guéri de l’arbre »

ou

« La mort n’est plus la mort si je rouvre les yeux »

libert-chevreuil.jpg

*

Colette Nys-Mazure décline dans « Hors de soi » (bel ouvrage d’une série limitée aux Carnets du Douayeul) une autre définition de la femme, à la fois poète, vivante, quotidienne, « franchissant les clôtures », quand « la nuit mûrit (les) ombres », prompte à toutes les traversées significatives :

« Nous marchons de nuit

par étapes forcées

Il n’y aura pas de halte

Nous allons sous l’acide pluie

(…)

Nous crions sans voix… »

Et souvent, parabole de femme, comme le signale le titre de cet ensemble de poèmes, la femme est mise « hors d’haleine » et le travail du poème à créer peut sans doute la « désaltérer » sans « l’aliéner ».

PID_$710840$_bf6a7198-05bf-11e2-ab67-eb1ac1977ff6_original.jpg

Philippe LEUCKX, prix Robert GOFFIN pour LUMIÈRE NOMADE

5f6034c6-e0fc-11e3-9861-5a72a6fd8fe4_web_scale_0.154321_0.154321__.jpg.h380.jpgBIENNALE GOFFIN entre ombre et lumière

La Biennale Robert Goffin a récompensé deux poètes: Nicolas Grégoire et Philippe Leuckx. L’œuvre du premier est plus dure, celle du second plus enchantée.

par Quentin Colette (dans L’avenir du 22 mai 2014)

En dix-huit éditions, ce n’est que la troisième fois que cela arrive: la biennale Robert Goffin, du nom de ce poète brabançon décédé en 1984, a récompensé, mercredi à l’athénée royal Maurice Carême de Wavre, plusieurs poètes. D’un côté Philippe Leuckx de Braine-le-Comte, et de l’autre Nicolas Grégoire originaire de Dinant et vivant actuellement au Rwanda.

Cette année, 102 auteurs dont de nombreux Africains ont remis, anonymement, un recueil d’au moins 30 pages à la Fondation Poche, organisatrice du concours s’adressant aux poètes francophones.

«Le jury était favorablement partagé entre deux recueils et n’a pas su trancher», commente Jean-Luc Wauthier, le président du jury, composé de membres issus du monde de l’enseignement et de la poésie.

face à/morts d’être de Nicolas Grégoire, né en 1985, est «un travail poétique marqué par le drame génocidaire, explique le président du jury. C’est une œuvre dure avec une écriture âpre, expressionniste et haletante avec des silences dans la page comme s’il y avait quelque chose que l’auteur ne sait ou ne peut pas dire.»

Lumière nomade est le second recueil lauréat. Il est l’œuvre de Philippe Leuckx, né en 1955 et professeur de français au collège Saint-Vincent de Soignies. «Ici, l’écriture est plus fluide, en clair-obscur. C’est une œuvre plus enchantée», continue Jean-Luc Wauthier.

Et Philippe Leuckx d’ajouter: «J’y évoque des impressions, des images de voyage avec Rome comme fil conducteur.»

L’écrivain a déjà publié une vingtaine de recueils même s’il a débuté sur le tard.«J’écris des textes depuis l’âge de 8-9 ans. Mais j’ai été longtemps insatisfait de ce que j’écrivais. Ce n’est donc qu’à 38 ans que j’ai envoyé mon premier poème et naturellement j’en ai envoyé d’autres ensuite. Car je voulais que mes textes aillent plus loin que dans mes tiroirs.»

Lumière nomade paraîtra en juin aux éditions M.E.O. tandis que face à/morts d’être devrait être publié courant de cette année.

http://www.meo-edition.eu/actualites.html

lumiere-nomade-cover.jpg

Voici un des poèmes de « Lumière nomade » de Philippe Leuckx :

« Si les murs se parlent, dans la lente nuit, si la fatigue vient aux yeux des lampes, l’enfant lui n’a pas attendu la fermeture des rideaux pour s’enfuir dans l’ombre, se glisser dans les interstices et penser qu’au-delà il y aura place pour quelque rêve. Il a laissé ses jeux, le jour, les mains quiètes de la mère, le sable des parcs, le chant d’un oiseau juste avant la nuit. Tout autour : la ville de soie, le moindre pas craquelle une pâte douce, le vent léger qui flaire la pierre et repart, en frôlant les jambes.

 

Philippe Leuckx avait livré 7 extraits de LUMIÈRE NOMADE sur Les Belles Phrases en automne dernier (copier-coller le lien)

:http://lesbellesphrases.skynetblogs.be/archive/2013/10/27/extraits-de-lumiere-nomade-de-philippe-leuckx-7968938.html

Courant d’air + Mon nègre, deux textes de Denis BILLAMBOZ

Courant d’air

 

 

Son médoc

Avait pris l’air

Il était médiocre

 

 

Ils sont morts

Ils sont éventés

Ce ne sont plus que des mots

 

 

Il accusait le sort

Ce n’était qu’un courant d’air

Qui avait soufflé sur un sot

 

 

La petite brise

Dans un courant d’air s’est mué

En une glaciale bise

 

 

L’imprimeur a fermé sa casse

L’air des pixels et octets

A noyé son outil sous la crasse

 

 

Son corps gisait éventré

Sans plus aucune odeur

Un courant d’air l’avait éventé

 

 

Il avait touché le fond

Un changement d’air

Ramena des couleurs à son front

 

 

Elle était de braise

Une brise la dévoila

Pour que je la baise

 

MBartonMarilynMonroe_001-full.jpg

 

Mon nègre

 

Il cherchait un nègre pas forcément noir, juste un nègre pour noircir des piles de feuilles blanches. Il ne trouva qu’une aigre mégère qui le mit dans une colère noire en noircissant ses pages blanches avec maladresse.

Moralité :

Une aigre mégère, même si elle noire, ne vaut pas forcément un nègre, même s’il est blanc, pour noircir des pages blanches.

TRIO INFERNAL

billamboz.jpegpar Denis BILLAMBOZ

L’originalité de ces deux textes m’a incité à les rapprocher, deux textes plutôt courts, exigeants, qu’il faut lire avec attention, respirer, humer, pour en sentir toute la saveur. Deux textes qui évoquent la difficulté de vivre dans un couple, la complexité des relations entre les êtres, qu’elles se situent dans le langage ou dans la capacité à concevoir la vie, à l’imaginer pour pouvoir la construire. Deux textes estampillés littérature contemporaine même si celui de Valdislavic est traduit de l’anglais d’Afrique du sud. Deux textes exigeants, contemporains, pour évoquer deux trios en plein déséquilibre, je crois qu’il y avait là une belle occurrence à réunir Catherine Ysmal et Ivan Vladislavic.

 

Irene-Nestor-et-la-v%C3%A9rit%C3%A9.jpgIRÉNE, NESTOR & LA VÉRITÉ

Catherine YSMAL (1969 – ….)

« J’aimerais dire la vérité. Ce salut dans les mots. Mais quel salut ? Je sais que rien ne sauve. Les mots sont victimes d’eux-mêmes, comme je le suis. A eux la raclée que je fous. Salauds de mots. » Irène enfermée, étouffée, dans un silence qu’elle semble plus subir que souhaiter, ressent des sensations nouvelles. Elle émerge par bribes du terrible chaos dans lequel un violent choc l’a précipitée. On comprend très vite que Nestor l’a frappée un peu plus fort que les autres fois et qu’elle sort péniblement, sensation par sensation, du néant dans lequel elle était plongée. Progressivement, ces sensations lui évoquent des choses qu’elle a connues avant, elle se souvient peu à peu de son existence avec Monsieur, de ses évasions avec Alice, de ses peines, de ses douleurs, de ses désirs… qu’ils n’ont pas compris sa différence, qu’ils la croyaient folle.

Ce texte polyphonique, récité tour à tour par les membres d’un trio rituel : Irène, épouse, Nestor, époux, et Pierrot amant improbable, témoin effectif porteur d’une certaine part de vérité, évoque la déconfiture du couple qui se défait progressivement jusqu’à la destruction. Une décomposition due à l’incompréhension qui existe entre les deux époux résultant de leur difficulté de mettre des mots communs sur des sensations qu’ils pourraient partager s’ils savaient, s’ils pouvaient, mettre les mêmes mots sur les mêmes ressentis. A chacun sa vérité, à chacun sa manière d’exprimer ce qu’il ressent sans que l’autre le comprenne forcément. Les mots qui s’élèvent entre les êtres ne rendent pas toujours les ponts possibles, ils sont souvent coupables de l’impossibilité de communiquer comme ils ont rendu Irène muette. Nestor l’a réduite au silence en exigeant d’elle un langage qu’elle ne possède pas, en lui demandant des mots qu’elle ne connait pas.

1891018_470541539738999_677468575_n.jpg?oh=1e4b1e0a7462f767ea4ee459bb19be11&oe=53FF8109&__gda__=1409686856_8036599f8303d0734914926f8a11a586Dans ce texte très travaillé, très moderne, très novateur, de grande qualité, Catherine Ysmal démontre comment le langage devient le deus ex machina de la décomposition de ce couple. Un couple que l’auteur utilise comme l’illustration de la difficulté d’utiliser un vocabulaire commun pour rassembler, réunir dans une même pensée, des êtres différents. Un réquisitoire contre l’usage d’un langage banalisé, standardisé, pour promulguer une pensée unique meilleur outil d’un pouvoir totalitaire. « Les définitions ne sortent pas de nulle part mais d’un monde, d’une organisation sociale ; de pouvoirs, d’une histoire qui se construit. Ils ne sont pas neutres ».

« Je ne peux pas y croire à ta vérité

Je ne peux pas y croire au malheur

Au malheur de la vérité »

 

1239784-gf.jpgFOLIE

Ivan VLADISLAVIC (1957 – ….)

Un beau jour, en Afrique du sud, un individu plutôt banal débarque à la limite d’un quartier périphérique d’une ville inconnue, à proximité du veld, où il s’installe en face de la maison d’un couple très intrigué par cette intrusion dans son paysage. Le trio ainsi constitué, le Patron, quincailler, la Patronne qui passe son temps à faire le ménage et l’Autre, celui qui vient d’arriver et qui a l’intention de bâtir une maison sur ce bout de terrain qu’il a acquis, s’observe avec curiosité et inquiétude. Que vient faire cet inconnu ? Pourquoi m’observent-t-ils comme ça ? La crainte de l’inconnu, l’inquiétude devant l’étranger, l’angoisse de voir pousser un bidonville comme aux alentours de multiples villes de cette nation à peine ébauchée, pour les uns, une certaine insolence, un certain mépris pour l’autre… on croit deviner mais on ne sait pas réellement…

Poussé par la curiosité de la Patronne, le Patron approche progressivement l’Autre et noue finalement avec lui une vraie complicité, jusqu’à sombrer sous la coupe de cet original qui le convainc d’imaginer la maison qu’il souhaite construire, au point d’y vivre réellement. Le triangle ainsi constitué déstabilise le couple, le Patron se rapproche de l’autre en s’éloignant de la Patronne. L’Autre utilise la Patron pour entreprendre les travaux qu’il n’a pas le courage de réaliser lui-même, au grand dam de la Patronne. Le Patron entre ainsi de plus en plus dans le jeu fantastique et onirique de l’Autre malgré l’opposition de la Patronne, au point d’adopter son délire, d’entrer dans son rêve et dans sa maison illusoire.

20050225193358.jpgAvec une écriture dépouillée qui tresse un récit construit sur des détails infimes, en détournant les mots de leur sens initial pour formuler des expressions originales, inventives, savoureuses, ce texte très énigmatique qu’il faut faire vivre comme les deux hommes ont fait vivre leur maison dans leur imagination, évoque une construction très illusoire, bâtie dans une réalité rêvée, une vue de l’esprit, et non une réalité matérielle ou affective. « Ce n’est pas dans le cœur qu’elle se trouve, nigaud, mais dans la tête». On pourrait ainsi lire ce texte comme une parabole de l’Afrique du sud moderne qui ne serait encore qu’une vue de l’esprit confrontée à des différences ethniques et langagières fondamentales et difficilement surmontables. « Qu’est-ce qu’une maison ? Ce dont elle est sortie vaut bien davantage ». Qu’est-ce qu’un pays ? Les peuples qui le constituent sont bien davantage. On pourrait effectivement lire ce texte obscur de cette façon et y voir une parabole d’un pays en construction sur les fondations aléatoires de langages et de cultures très différents.

GROVISSE DE FORME par André Stas & Éric Dejaeger

969704735.jpg« Il devait paraître en juillet, mais comme les éditions Microbe sont toujours à l’avance sur les autres, il a été envoyé avec le Microbe 83 de mai

Au départ, une idée de Dédé sur une règle de grammaire* très pointue du plus célèbre grammairien francophone autant que belge. À l’arrivée, la règle illustrissimée par des dizaines d’exemples multiclastes, entortitordus, calemboufoireux et pires.

Les zauteurs sont certains que personne ne fera mieux. Sauf eux ! » E.D.

* La règle à Maurice:  » Certains verbes intransitifs ou pris intransitivement se conjuguent avec AVOIR quand ils expriment l’action et avec ÊTRE quand ils expriment l’état résultant de l’action accomplie ».

Un exemple du détournement opéré par les compères: 

« DÉMÉNAGER

J’ai déménagé de ma monture.
Je suis déménagé depuis mon divorce.

J’ai déménagé ma monture du box.

Je suis déménagé en papillon mais j’aurais préféré en crawl, je suis pressé. »

1763014584.jpg

Éditions Microbe (2014)
Tirage numéroté et limité à 130 exemplaires
28 pages
ISBN : néant
Il reste très peu exemplaires, uniquement en s’abonnant au Microbe
Si intéressé(e), contactez Éric Dejaeger via son blog:

http://courttoujours.hautetfort.com/ (copier/coller le lien)

CONCOURS: A l’instar des Champs magnétiques de Breton & Soupault, on peut jouer à rendre à André & à Eric chacune des petites phrases pour, disons, gagner une dédicace des zauteurs. 

Moi, président d’un bureau de vote… (air connu)

Moi, président d’un bureau de vote, l’électeur pourra faire usage de l’isoloir à sa guise, après s’être écarté du tumulte de la campagne, inviter parents & amis pour un barbecue (le matériel sera fourni, un buffet froid sera dressé), le visionnage d’un match de foot, une partie de belotes ou de Candy Crush Saga.

 

Moi, président d’un bureau de vote, l’électeur pourra colorer, griffonner, raturer, graffiter le bulletin de vote puis l’exposer ensuite à la vue de tous dans le lieu abritant le bureau de vote, en exemple de sa créativité d’artiste-de- bureau-électoral.

 

Moi, président d’un bureau de vote, j’inviterai tous les écrivains du quartier à une séance de dédicaces et à un atelier d’écriture sur le thème de la civilité & du bien-fondé de l’écriture pour tous.

 

Moi, président d’un bureau de vote, je favoriserai tous les échanges entre l’assesseur et l’électeur, entre le secrétaire et l’assesseur, entre l’assesseure et le secrétaire…, entre la présidente de parti  soucieuse à tout prix du bien de son parti & le ci-devant président du bureau de vote.

 

Moi, président d’un bureau de vote, je ferai la chasse aux certificats médicaux de complaisance avec des médecins policiers armés de seringues gonflées à bloc d’un sérum aux vertus ultra civiques.

 

Moi, président d’un bureau de vote, le bureau deviendra un lieu festif d’indifférenciation des sexes, des classes et des âges, un lieu hautement convivial d’accueil & de partage.

 

Moi, président d’un bureau de vote, les Roms, les Coms, les Pom pom girls… pourront y séjourner la matinée, manifester, revendiquer, défendre leurs droits à la sédentarisation, à l’émancipation des peuples et des soutiens-gorge, à la reconnaissance sans limite des minorités réprimées, encorsetées par une Europe capitaliste & bureaucratique.

 

Moi, président d’un bureau de vote, j’accueillerai toutes les couleurs de la terre et du ciel, les valeurs matérialistes et spiritualistes, tous les signes d’affirmation religieuse ou laïque, sans distinction de couleurs de peau ou de volumes de chair.

Moi, président d’un bureau de vote, j’accorderai le droit de vote aux girafes, aux extra-terrestres, aux deux pandas nationaux, aux taureaux maltraités d’Espagne et de la ferme bio locale, et aux fourmis rouges (pas aux moustiques, mon ouverture à la cause animalière à ses limites).

Moi, président d’un bureau de vote électoral, je me réserverai le droit de passer le dimanche matin en compagnie de la présidente du bureau de dépouillement à la simili plage en bordure de canal de ma ville donnant sur le nouveau palais mayoral (inauguré la veille au soir) en accordant tout pouvoir à mon secrétaire de bureau avide de mener sa population à la baguette jusqu’à quatorze heures tapantes.

 

diapo_isoloir.jpg