HISTOIRES DE THÉÂTRE

rideau_theatre.jpg

LES RÔLES

Sur scène, il y a le mari, la femme et leurs trois enfants. L’homme peut sortir de scène quand bon lui semble pour aller travailler ou au foot, les enfants se rendre à l’école et à leurs activités, la femme à son boulot, au shopping ou à la zumba. Les rôles sont bien partagés.

À leur retour, le public, changeant certes mais en nombre constant, est toujours là à suivre leurs agissements, à applaudir aux moments plus dramatiques ou comiques, les mieux mal joués. C’est un mode de vie auquel les membres de la famille se sont habitués, un peu par nécessité au début car ils n’ont trouvé aucun autre logement que celui proposé par ce directeur de théâtre innovant et un metteur en scène lassé de faire jouer les grands textes du répertoire comme les petites annonces immobilières.

 

Theatre2.jpg

 

LE PUBLIC

Les comédiens sont assis comme au théâtre, figurant un public alors que le public, ne sachant pas qu’il constitue le spectacle, attend que quelque chose survienne. Avant de comprendre que la scène leur est séparée par un miroir qui reflète leur attente.

 

marsoulan-salle.jpg

 

 

UN THEÂTRE DE CONFIDENCES

Ce serait un théâtre où les gens viendraient se raconter suivant un agenda de passages.

Chez les uns, le contact avec le public se ferait facilement, il y aurait très vite connivence et afflux de spectateurs à la suite d’un bouche-à-oreille favorable.

Chez les autres, la représentation ferait un flop, salle déserte, le confident racontant ses malheurs pour lui seul ou un ou deux spectateurs compatissants…

Rien à voir avec le contenu, la charge de vécu, la nature des révélations, la force de la plainte, la violence des récriminations. Mais plutôt avec la façon de dire, de raconter, de se faire accepter du public. Comme en politique, comme en affaire, comme en amour…

Avoir le sens de la comédie ou ne l’avoir pas.

 

masques_theatre.gif

2 commentaires sur “HISTOIRES DE THÉÂTRE

Les commentaires sont fermés.