DIX POÈMES pour ne pas faire carrière en poésie

Amicalement vote

 

en période électorale

je vote toujours pour moi

qui ne me suis présenté

qu’une seule fois

 

par la tête comme il se doit

au suffrage universel de ma mère

qui a quand même dû pousser pas mal

 pour débourrer l’urne natale 

 

plume.png

 

ma mère s’invite dans mes poèmes 

 

ma mère s’invite dans mes poèmes

depuis qu’elle a perdu mon père

et secoue les branches de la solitude

à la recherche d’un peu de temps

 

ma mère s’invite dans mes poèmes

que je n’accroche plus aux arbres

depuis que mon père a coupé

les feuilles qui le séparaient du vent.

 

 

plume.png

 

Printemps

 

la jacinthe fleurit

du pollen s’égare

sur les quais

 

tandis que j’argumente

dans ma tête

pour un navetteur

 

qui n’en a cure

du théâtre

de ma nature

 

je me dis qu’on peut

cesser de vivre

si un seul être

 

vous refuse sa place

dans les transports en commun

 côté vitre sale

 

plume.png

 

L’ur(i)ne

 

On ne retrouve pas d’urine

dans les urnes

ou alors c’est très rare

et fort désopilant

 

C’est que le dépouillement

a pris du retard

et que le président 

n’a pas pu se retenir 

 

plume.png

 

Ce qu’on aime dans la poésie

 

ce qu’on aime dans la poésie

c’est le peu de mots

c’est le peu

c’est le

c’est

c’

c’est

c’est le

c’est le peu de mots

 répartis sur dix-sept syllabes

 

4058879-tache-d-39-encre-noire-et-plume-sur-fond-blanc-isol.jpg

 

Tout ce que je fais

Tout ce que je fais, fuit

tombe dans l’inconsistance

 

Alors je ne bouge plus

je me recroqueville

 

Les gens qui passent

ne me regardent pas

 

Même quand ils déposent

une pièce en forme de cœur

  

dans le vide de ma sébile

 

4058879-tache-d-39-encre-noire-et-plume-sur-fond-blanc-isol.jpg

 

Le culte à la mer

 « Il n’est pas nécessaire de vivre, il est nésessaire de naviguer. » Pompée

 

Je voue un culte à la mer

pas à la vague qui n’est que brindille

dans l’océan de la prairie

 

Je l’habille de vert et de jaunes

je l’orne de fleurs de pissenlits

je navigue d’une rive à l’autre

 

en évitant les ronces et les orties

les rats des champs et les souris de mer

 les fils de fer barbelés formés de poissons-scies

 

 

4058879-tache-d-39-encre-noire-et-plume-sur-fond-blanc-isol.jpg

 

 

Les trous

 

Régulièrement

je rebouche les trous

que ma mère fait sur la plage

 

quand la marée est trop basse

pour recouvrir ses souvenirs

 

 

4058879-tache-d-39-encre-noire-et-plume-sur-fond-blanc-isol.jpg

 

Je n’ai pas fait carrière

 

Je n’ai pas fait carrière

             dans la poésie

ni dans les affaires

             de cœur

 

Je n’ai pas fait salière

              dans la poivrière

ni dans les affaires

                de table

 

Je mourrai sur une chaise

en récitant du Machin Chose

pour ne pas froisser les draps

 de la littérature comme il sied

 

4058879-tache-d-39-encre-noire-et-plume-sur-fond-blanc-isol.jpg

 

Le cheval

 

Le cheval pardi

Le cheval parti

Comment s’appelait-il encore ?

 

Ronflant du Toril

Mirador du Levant

Petit-galop de Printemps ?

 

Le cheval pardi

Le cheval parti.

Mais c’était une jument !

 

Tu aurais dû

Tu aurais pu

La monter plus souvent.

 

images?q=tbn:ANd9GcRN7MPY59hDunWlRdYqptQ5J_BhjqS6Pv1zmBehab9EpgKfj5Jo 

avant d’écrire

préviens tes muses que tu arrives

 avec un paquet de mots

Publicités

2 commentaires sur “DIX POÈMES pour ne pas faire carrière en poésie

Les commentaires sont fermés.