RENTRÉE LITTÉRAIRE: AQUALAND, le nouveau roman de Michel HOUELLEBECQ

Michel-Houellebecq-en-mode-Pascal-Brutal_article_landscape_pm_v8.jpg

Moins d’un an après la parution de Soumission, le nouveau roman de Michel Houellebecq met en scène un parolier de chanson qui décide d’en finir dans un parc d’Aqualand durant le mois de juillet. Il entre avec un cutter et envisage de s’ouvrir les veines au haut du Niagara, un toboggan frôlant la verticale, avant de se noyer dans une eau mêlée de son sang mais, la file d’attente étant trop longue, il est pris d’un besoin naturel. En se rendant aux toilettes, il glisse et est victime d’une commotion cérébrale. Semi-conscient, il revit les pires moments de sa vie tout en observant l’agitation propre à ce genre d’endroit entre le bain et les latrines…

AFP – Michel Musso, cet auteur d’un livre aux éditions Horizontale seulement remarqué par la critique puis qui peine à se faire éditer et devient nègre de parolier pour Maître Gims, Kendji ou Zaz, c’est un peu le négatif de Michel Houellebecq ?

Une possibilité de Michel Houellebecq, plutôt. Je n’ai rien contre les paroliers de chanson, on retient leurs œuvres plus longtemps que celles des écrivains… 

AFP- Plusieurs de vos textes ont été mis en musique. Mais aimeriez-vous écrire des chansons pour un artiste ?

Amélie Nothomb si elle chantait, je trouverais amusant qu’elle n’interprète pas ses propres textes. Ou Philippe Sollers qui a une très belle voix… J’aimerais faire chanter quelques actrices porno. Je rêve d’Ovidie susurrant un de mes textes avec un featuring de Beigbeder…

AFP – Quand Michel Musso s’effondre dans les toilettes, personne ne lui vient en aide…

S’il avait été terroriste, on l’aurait ranimé pour le faire parler. Un parolier de chanson qui s’effondre n’intéresse personne, il n’est plus dangereux. Il n’a plus rien à révéler… Il s’en va au son d’une ritournelle…

AFP – Le Space navigator et autres toboggans du site font penser au grand toboggan de La Cité des femmes. D’ailleurs le couple de connaissances en vacances dans le Midi que rencontre sur place Michel Musso s’appelle aussi Snaporaz.

M.H. – En effet, ce film de Fellini qui a été mal accueilli par les milieux féministes met en scène un homme déboussolé dans cette nouvelle donne sexuelle qui s’est mise en place dans les années 70… 

AFP – Votre roman met en scène des gens demi-nus mais presque tous maladroitement tatoués avides d’eau et de soleil alors qu’un exhibitionniste handicapé est poursuivi par la sécurité dans une scène burlesque…

M.H. – C’est le lieu de la glisse par excellence. Tout le reste est superflu, ou subordonné à l’action de glisser, de se fondre à l’élément aquatique, corps et âme. Et proprement. Sans excès. Les gens tatoués donnent des images basiques à voir qui se substituent au vide de leur peau qui les effraie…

AFP – Etes-vous tatoué ? Quel sujet de tatouage aurait vos faveurs ?
Une page d’Huysmans ou de Balzac. Cela dit, j’ai une lectrice qui s’est fait tatouer ma tête sur une fesse, c’est joliment fait, elle m’a envoyé la photo…

AFP – Quel sera votre prochain livre ?
Un recueil d’idées de roman tenant chacune en deux ou trois pages. L’idée de roman vous épargne de longues heures de lecture et du papier. Une prequel de L’histoire de l’œil de Georges Bataille me tente assez. Ou encore un recueil de mes interviews, certains disent que c’est ce que je fais de mieux…

AFP- À Aqualand, quelle est votre attraction préférée?
Je n’y suis jamais allé. L’idée même d’y mettre les pieds me fait avaler un Xanax. Dans un verre de Glenfiddich.

Michel Houellebecq, Aqualand (Editions Flammarion), 156 pages, 14 €.

Publicités