MÊME PAS PEUR #3 spécial RENTRÉE

L’Ecole, il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Ce qui n’exclut pas la réflexion. 
A la veille de la ruée vers les savoirs (et les diplômes qu’ils délivrent), découvrez pour 3 € seulement le nouveau numéro du journal satirique belge.

2806920729.jpg

MÊME PAS PEUR, le # 3 en vente partout dès le 29 août, un numéro spécial rentrée, réglons nos comptes avec l’enseignement !
Mais on n’y parle aussi de l’accueil des réfugiés, des centrale nucléaires, de la dette grecque, du journalisme d’investigation, de Paul Magnette et les chroniques habituelles: Couille Molle a des choses à dire (André Clette), Les contes qu’on nous raconte (Sylvie Kwaschin), L’observatoire bruxellois du clinamen (Dr Lichic), la chronique de Dominique Watrin, Un peu d’honneur (Juste un doigt alors) de Louis-Denys Colaux, Le dico des mots qui fachent (Maz).
Le tout sur un ton impertinent, voire carrément insolent… et des dessins qui ne le sont pas moins !
Dans ce numéro des textes de: Manuel Abramowicz, Éric Allard, Thomas Burion, André Clette, Denis-Louys Colaux, Éric Dejaeger, Olivier Doiseau, Laurent d’Ursel, Georges Elliautou, Sylvie Kwaschin, Fabian Lecomte, Dr Lichic, O.Q. Paye, Théo Poelart, Jean-Philippe Querton, Mickaël Serré, Dominique Watrin.
Des dessins, collages, photos, photomontages de: Thomas Burion, Bruno Carbonnelle, Philippe Decressac, Delescaille, Mehdi Dewalle, Kanar, Livingstone, Théo Poelart, Mickaël Serré, Samuel, Sondron, Sticki, Dominique Watrin.

Extrait de l’éditorial de Thomas Burion

(…) L’école est devenue cet incubateur du monde merveilleux du libéralisme économique, supposé former des avatars compétitifs, polyvalents, performants, jetables comme les futurs intérimaires qu’ils seront ! Et tant pis pour les filières supposées improductives comme les langues anciennes, les cours d’histoire ou d’arts plastiques (…) Et tant pis pour les filières techniques et professionnelles, bassins de décantation de l’échec scolaire dévolus aux loosers de l’enseignement général.

Entre marketing scolaire et technophilie onéreuse, les objectifs fondamentaux de l’école passent au second plan : d’abord le fric, puis l’image et éventuellement un peu d’éducation au sens le plus humaniste du terme. Diriger une école ne nécessite plus d’être pédagogue, mais bien d’être gestionnaire. Un timonier de navigation à courte vue. Il faut gérer son image, compter ses sous ! Décrypter les décrets qui fleurissent chaque année ! Affronter les lobbies des parents-consommateurs, des représentants d’entreprises, et pire encore, se coltiner des syndicalistes jamais contents (à juste titre, en ce qui me concerne) ! Plus le temps ni les moyens d’avoir une vision, un projet à long terme. (….)

 

Extraits:

« Il y a trois sortes d’enseignants: ceux qui prennent des antidépresseurs, ceux qui picolent et ceux qui, les plus nombreux, ont changé de métier. »
Éric Dejaeger

Dans les 20 sujets de formations continuées selon Dejaeger: 
« Se faire insulter lors d’une réunion de parents tout en restant impassible (voire zen)« 

« Baffer un élève en classe sans laisser de trace et continuer, sans stress, à transmettre des savoirs. »

« Expliquer à l’inspection que votre avis de terrain est aussi bon que leur avis de bureau.« 

Courts extraits de l’abécédaire de Denys-Louis Colaux

U.L.M.: Université Libre de Mont-sur-Marchienne.

Leçon: Séance d’enseignement furieusement accrochée à sa cédille.

Grec (et latin): langues mortes menacées d’assassinat

Littérature: Choix académique d’oeuvres faisant rempart aux vrais livres.

Bulletin: oblitération du sujet scolaire, marquage du cheptel, faire-part de décès.

Même pas peur, le site

Même pas peur sur Facebook


Publicités