FABLE D’AMOUR d’ANTONIO MORESCO (Verdier)

par Nathalie DELHAYE

CHRONIQUES de NATHALIE DELHAYE – LES BELLES PHRASES

Je lis régulièrement depuis bien longtemps, petite déjà, la bibliothèque était indispensable dans ma chambre. Je vis dans le nord de la France, à la campagne, près de Le Cateau-Cambrésis, ville natale d’Henri Matisse.

En 2011, un ami m’a suggéré d’aller faire un tour sur Critiques Libres. Depuis, je poste régulièrement des commentaires.

Je suis une lectrice éclectique, à part la science-fiction et la bande dessinée qui m’attirent moins, je passe d’un genre à l’autre aisément. J’affectionne particulièrement la poésie, tant en alexandrins qu’en prose actuelle. Je recherche dans toute lecture le petit truc qui me transportera. J’aime beaucoup les petites maisons d’édition, qui proposent des lignes éditoriales intéressantes et originales et font découvrir des auteurs méconnus. Je n’oublie pas pour autant les classiques, dans lesquels je me plonge avec grand plaisir, j’alterne ainsi contemporain et classique, formule qui évite de se lasser et me convenant très bien. J’écoute aussi les suggestions d’autres lecteurs, on apprend beaucoup ainsi et l’enrichissement est immense. Quant à mes auteurs préférés, ils s’appellent Nicolas Gogol, Emile Zola, Irène Némirovsky, Octave Mirbeau, Georges Rodenbach, dont le livre « Le Carillonneur » est certainement celui qui m’émeut le plus.

Quand Éric m’a proposé de venir partager de temps en temps avec vous ma passion des livres, j’ai été touchée et très enthousiaste, je le remercie encore pour son invitation. Cette notion de partage me plaît beaucoup, d’ailleurs j’ai créé une petite association qui distribue des livres, récupérés auprès de bibliothèques ou de particuliers qui souhaitent s’en débarrasser. Les livres circulent ainsi et satisfont de nombreux lecteurs, ou permettent de démarrer l’activité de petites structures dans les villages, par exemple.

Mais je cause, je cause… Place aux livres !

 

fable_d_amour.jpgFABLE D’AMOUR

Antonio MORESCO

Editions VERDIER

Et pourquoi pas ?

IL ETAIT UNE FOIS un vieil homme qui s’était éperdument pris d’amour pour une fille merveilleuse. 

« Fable d’amour » commence ainsi…

Rosa, fille merveilleuse, jeune, pétillante et très belle, croise souvent Antonio, vieux clochard désabusé, qui n’attend plus rien de la vie, protégé par ses cartons et ayant pour seuls biens quelques sacs remplis d’on ne sait quoi.

Cette histoire improbable, incroyable, et disons-le, impossible, ne pouvait être que le thème d’un conte. Un conte moderne, qui ne ménage pas notre société et ses travers, son infamie et sa perversité.

Ils vont s’aimer, lui va réapprendre à vivre, redécouvrir les gestes du quotidien, oublier peu à peu ses années de rue, les nuits froides ou humides, les conteneurs à fouiller, la méfiance, le regard des autres. Il va renaître, propre sur lui, peu loquace après ces années de solitude, mais la lumière et la chaleur que lui apporte la fille merveilleuse l’aident à reprendre confiance en lui. Il ne vit que par elle, que pour elle.

antonio-moresco.jpg?w=300

Antonio Moresco


Ce livre est un bijou. Un bijou précieux, dans ce qu’il a de poésie. L’écriture est parfois vive, voire crue, il faut dire que l’univers de la rue n’est pas des plus appropriés pour les belles phrases. Mais quand entre ces deux êtres un lien se crée, quand elle prend sous son aile cet homme perdu, comme un oiseau blessé, et qu’elle lui rend peu à peu le sourire, quelle magie ! Et puis…

Bien plus qu’un conte d’aujourd’hui, ce livre nous apporte un regard intéressant sur ce qu’est l’amour, comment aimer, et comment être aimé. Accepter de ne compter que pour un(e), se livrer entièrement, corps et âme, au risque de se perdre. La vie n’épargnant personne et présentant ses écueils, il semble difficile de vivre si intensément un amour exclusif.

Pourtant… En faisant fi de la norme et des conventions, tout est possible. Antonio Moresco l’a bien compris, et nous fait partager ses pensées au travers de ce livre original et surtout dérangeant, au sens noble du terme, car il ne laisse pas le lecteur insensible.

Le livre sur le site de l’éditeur