RENTRÉE LITTÉRAIRE 2016: LES POÈTES AUSSI

arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

La rentrée littéraire est close depuis quelques semaines maintenant, désormais il faut lire tous les livres empilés à côté du bureau sans oublier bien sûr les poètes qui ont été, eux aussi, très présents à l’occasion de cette rentrée. En ce qui me concerne, j’ai eu notamment l’occasion de lire les deux recueils ci-dessous à la suite l’un de l’autre et je conseille vivement à tous ceux qui veulent les lire, et même aux autres, de les aborder dans cet ordre. D’abord l’excellent recueil de Fabien Sanchez qui laisse sourdre une souffrance poignante mais sublime et ensuite le non moins intéressant recueil de Christophe Bregaint qu’on dirait désespéré, dévasté, par la souffrance d’un ami qui n’est certainement pas le précédent auteur mais sait-on jamais ? La magie des lettres relie parfois les êtres les plus éloignés.

s189964094775898902_p819_i1_w1653.jpegFabien SANCHEZ

DANS LE SPLEEN ET LA MÉMOIRE

Les Carnets du dessert de lune

Fabien, c’est terrifiant ! Je n’ai pas envie que tu peuples ta solitude en ayant l’enfant que tu jamais eu,

« de l’enfant que tu n’as jamais eu

de la petite fille à laquelle

tu ne raconteras jamais d‘histoires

de la solitude dans les jardins publics

parmi les enfants des autres ».

Je n’ai pas envie que tu oublies ton passé dans un avenir radieux, que tu noies ta nostalgie dans un présent petit bourgeois,

« Cette manie de regarder en arrière

dans le rétroviseur de l’âme

carburer à la nostalgie

le plein de super pour la marche arrière »

Je voudrais que tu restes le chômeur désœuvré, sans avenir, qui n’arrive même plus à laisser filer son temps, je voudrais que tu restes le gamin bohème qui a parcouru trop tôt les chemins de la vie et épuisé trop vite les illusions qu’elle suggère,

« j’avais dix-sept ans

et mon cœur connaissait trop de chansons

les lits des filles m’étaient inaccessibles

je dormais sur le bitume ».

Je voudrais que longtemps encore tu écrives des vers qui racontent l’histoire d’un père parti trop tôt et d’un fils jamais devenu père, des histoires écrites avec le jus de tes tripes, la bile amère de ton âme et l’encre de ton désespoir.

« ah maudit gosse, et sale bonhomme

moi chômeur longue durée,

lui poète à ce qu’il parait

tous deux traînent misères, traîne fumée ».

Mais, même si tu es, comme tu le dis : « Je suis devenu celui qu’enfant je n’aurais pas vu », j’espère de tout mon cœur que « la possibilité du retour » que tu évoques dans ton « Intro », te permettra un jour d’écrire à l’imparfait avec le même talent, la même tristesse, le même désespoir des vers de la même intensité, portant une émotion aussi troublante, provoquant une compassion aussi vive. Et que tu trouves un chemin possible pour sortir ta vie du cul de sac dans lequel elle semble enfermée, sans jamais y laisser ton talent. J’espère aussi que l’œil d’Olivia HB sera encore sollicité pour apporter un supplément de vie à tes poèmes car ses photos participent à l’ambiance et à l’empathie que ce recueil dégage.

Le livre sur le nouveau site des Carnets du Dessert de Lune

s189964094775898902_p817_i1_w1653.jpegChristophe BREGAINT

ENCORE UNE NUIT SANS RÊVE

Les Carnets du dessert de lune

« Une nuit sans rêve » c’est très décevant mais « encore une nuit sans rêve » c’est carrément désespérant et ce titre correspond très bien à l’atmosphère du recueil de poésie présenté par Christophe Bregaint. Christophe, c’est le préfacier du recueil de poésie de Fabien Sanchez que je viens de lire, un recueil qui dégage une souffrance et une douleur infinies. A coups de vers très courts, juste deux ou trois mots, Bregaint rythme ses poèmes qui expriment la fragilité, le désespoir et le désarroi d’une tierce personne qu’il semble accompagné sur le chemin de sa douleur, comme s’il scandait, sur la pédale de la grosse caisse de son groupe, un vieux rock and roll immortalisé par un de ces chanteurs mythiques qu’il doit, à mon avis, encore admirer. Le désespoir et le désarroi des Jimmy Morrison, Kurt Cobain, Freddie Mercury et autres rockeurs maudits planent sur ce recueil comme les corbeaux volent au-dessus des champs de bataille.

Dès les premiers mots le recueil exprime la fragilité : « Un homme / A été // Jeté / Dehors// Hors/ De / Sa quiétude… ». Cet homme est un ami, ou peut-être l’auteur lui-même mais je ne le crois pas, il s’adresse à cet autre par le tu. « Tu as glissé / Le long de la paroi… ». « La ligne / De ta petite mort / S’est détraquée… ». « C’est arrivé / Tu t’es perdu… ». Ainsi les vers racontent le destin de celui qui s’est brisé, perdant progressivement tout espoir de redevenir ce qu’il a été. « Ton histoire / N’a pas toujours été / Ainsi // Sans issue… », « Tout est devenu / Tellement vulnérable… »ob_ec68f4_srt.jpg

L’auteur se souvient, s’apitoie, se lamente, sait que plus rien ne sera comme avant, il pleure comme un vieux blues dans le lamento de Billie Holyday. Il n’a plus le courage de laisser croire à ce « tu » qu’il y a un espoir, seul reste le désarroi. « Ton désarroi / Est plus grand que / ton refuge… Tu ne fais plus la différence / entre / Le besoin et / Le manque // Entre la peine et le désespoir ». A la fin de ce recueil que j’ai lu comme une histoire tragique, comme un chant désespéré, que j’ai écouté comme un rock éthéré, déboussolé, déjanté, il ne reste plus qu’un texte minimum, mais un texte minimum qui prend aux tripes, qui bouleverse tant les mots sonnent juste, tant le désarroi est palpable.

Le livre sur le site des Carnets du Dessert de Lune