LIRE AU PRINTEMPS 2017 : PLACE AUX CHRONIQUEURS

arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

Les chroniqueurs vantent souvent le talent des créateurs, quand ils ne le mettent pas en doute, mais, eux, ils sont rarement sous les feux de la rampe. J’ai eu la chance de lire dans les dernières semaines deux recueils de chroniques: un de Jackie Berroyer qui présente des chroniques qu’il a publiées dans une revue musicale et un autre de Christophe Bier qui regroupe des textes qu’il a diffusés sur les ondes dans une chronique régulière évoquant ce qui aurait, selon certains, « mauvais goût ».

 

 

9782842638924.jpgPARLONS PEU, PARLONS DE MOI

Jackie BERROYER

Le Dilettante

Tout le monde connait Jackie Berroyer, le ludion qui surgit partout où personne ne l’attend, à la télé, au cinéma, au théâtre, au music hall, dans les fonctions les plus diverses : auteur, acteur, présentateur, musicien, comique, chroniqueur… il a tout fait, ou presque, dans le monde du spectacle, il raconte tout ça dans ce livre qui est un recueil des chroniques qu’il a régulièrement publiées dans un journal suisse. « C’est une sorte de journal vaguement nettoyé, augmenté, commenté, provenant de chroniques musicales parues dans l’excellente revue suisse Vibrations. »

Dans une de ces chroniques, Jackie Berroyer se présente : « Je suis né le 24 mai 1946 à Reims dans la Marne et comme tous les enfants noirs de la région, j’ai commencé à entendre de la musique dans les églises baptistes avec ma mère. » Et c’est comme ça qu’il est devenu fou de musique au point d’en parler pendant de longues années dans la célèbre revue Vibrations. « La musique parle d‘elle-même. Néanmoins, on ne peut s’empêcher d’en parler. La vérité c’est qu’il n’y a pas à dire qu’il n’y a rien à en dire, mais qu’on peut tout de même le dire si ça nous chante ». Voilà la musique parle d’elle-même et c’est pour ça que Berroyer parle beaucoup de lui. Ce recueil comporte de nombreuses chroniques qu’il a toutes commentées, complétées ou encore actualisées. C’est une véritable bible de l’actualité musicale des dernières décennies. Il est difficile de donner les dates de publication, l’auteur ne les communique pas, on sait cependant que le franc existait encore quand certaines chroniques ont été publiées.

jackie-berroyer.jpg

Berroyer c’est le Pic de la Mirandole du vinyle, de la cassette et du CD réunis, en musique, il connait tout de Debussy à Charlie Parker, ces deux idoles récurrentes, et même beaucoup de choses qui ont existé avant Debussy et presque toutes celles apparues depuis Bird. Sans flagornerie ni fausse modestie, il comprend que les autres ne partagent pas ses goûts parce qu’ils n’ont pas ses connaissances. « Ce n’est pas qu’ils aient bon ou mauvais goût, ils ne savent pas, c’est tout. C’est moi qui en sais un peu trop en ce domaine, qui suis en quelque sorte aristocrate. » Il connaît tous les enregistrements officiels, officieux, piratés, bricolés…, il connaît tous les éditeurs, tous les collectionneurs, tous ceux qui ont participé à l’enregistrement, musiciens, choristes, arrangeurs, techniciens,…

Ce livre, pour moi qui suis de la même génération que Jackie, c’est un vrai bain de jouvence, un retour aux sources des goûts musicaux que j’ai encore aujourd’hui, une litanie de musiciens et de chanteurs que je voudrais écouter maintenant même si c‘est impossible, ils sont bien trop nombreux. Mais ce livre est aussi et peut-être surtout un texte sur la vie de Jackie Berroyer comme le précise si explicitement le titre. Peu à peu, il a entraîné ses lecteurs dans son monde, il partage avec eux ses angoisses, ses histoires d’amour enflammées mais toujours plutôt brèves, ses problèmes d’argent récurrents, c’est un très mauvais gestionnaire, l’argent en l’intéresse pas, c’est un artiste, un esthète, un libertaire et tout ça ne se vend pas.

Mais Berroyer n’est pas qu’un dingue de musique c’est aussi un fin lettré, il a écrit beaucoup de choses pour le théâtre, le cinéma, la chanson, la presse et les librairies. C’est plus un homme de philosophie que de littérature pure même s’il lit énormément, si sa culture est immense, ses raisonnements tournent plus autour des questions philosophiques qu’autour des questions purement littéraires. Il avoue sa maladie avec pudeur, sans se répandre. « Si à l’heure où vous me lisez le projet n’est pas sur les rails, c’est que j’aurai flanché… », il nous dit aussi qu’il a atteint un stade de rémission car certaines maladies n’autorisent que rarement l’usage du mot guérison. Tout ça juste pour dire qu’il a partagé avec ces lecteurs certaines questions très profondes : « Est-ce que Dieu existe ? Est-ce que c’était mieux avant ? Où va l’homme après la fin de l’homme ? »

Ce livre est finalement un vrai voyage dans la société artistique et culturelle de la fin du XX° siècle et du début du XXI° siècle avec un érudit, curieux de tout, passionné, peu engagé, nullement décalé comme on pourrait le croire en regardant ses émissions télévisées, un homme très équilibré, très stable, un homme libre qui ne fait aucun concession à la facilité, la gloire et la fortune. « Et nous serons d’accord pour dire qu’ « ils » sont bien pénibles tous ces gens qui parlent d’eux dans leurs livres au lieu de parler de moi. » Moi le premier !

Le livre sur le site du Dilettante

 

CaptureBier-216x300.jpgOBSESSIONS 

Christophe BIER

Le Dilettante

En septembre 2017, « l’émission radiophonique Mauvais genre de France Culture aura vingt ans », Christophe Bier y est entré en 2001 et il y tient une chronique régulière au moins depuis le 6 septembre 2003, date de la première chronique qu’il a choisi de publier dans ce recueil qui en comporte centre-trente-deux, la dernière présentée étant datée du 11 juin 2016. L’auteur classe ces chroniques par ordre chronologique de diffusion, ou de supposée diffusion car il dit n’être par certain que toutes aient bien été diffusées, mais elles ont toutes bien été enregistrées. La formule de cette chronique s’est imposée quand le plus petit acteur, par la taille du cinéma français, le plus célèbre petit homme du monde du spectacle, Pieral est décédé. « La formule nous est tombé dessus quand Piéral est décédé le 12 août 2003. Sa nécrologie s’imposait ».

christophe-bier-01-1024x717.jpg

Il est impossible de définir le « mauvais genre », le débat a hanté l’émission depuis son origine, il y tellement de façon de voir le mauvais genre que c’est peut-être le regard porté sur les événements, les personnes, les films, les livres, les dessins, etc… qui leur donne ce qui est ici dénommé « mauvais genre ». Donc les chroniques de Christophe Bier abordent de très nombreux domaines qui paraissent évidents pour certains mais beaucoup moins pour d’autres. Il diffuse de nombreux hommages à l’occasion du décès de certaines personnes totalement oubliées qui ont joué un rôle important ou, qui au contraire ont totalement sombré, dans un genre non reconnu par le gente bien pensant : films et bandes dessinées érotiques, pornographiques, fantastiques, d’horreur… mais aussi tout ce qui concerne la série B ou Z, les péplums, les westerns à deux sous etc… L’auteur profite aussi de la sortie d’une anthologie, d’une intégrale, d’une réédition de livres sulfureux, du roman à la BD en passant par les fanzines et tout ce qui se lisait en cachette et circulait sous le manteau.

Tout peut faire l’objet d’une chronique : stars du porno, producteurs ou réalisateurs de films d’horreur, de sexe, fantastique, acteurs spécialisés dans des rôles dérangeants, êtres difformes, dessinateurs de BD ou fanzines pour adultes, films, cassettes, DVD, magazines, livres, photos, personnages de cirque, spectacles, photographies, objets érotiques notamment les vêtements et certains accessoires spécialisés, tout ce qui fait l’objet d’une censure, d’un interdit quelconque ou d’un émoi chez les âmes bien pensantes. Dans cet inventaire à la Prévert du mauvais goût, de l’horreur, du fantastique, de la médiocrité, de l’insuffisance,…, on trouve beaucoup de choses diverses, des choses très médiocres, des choses choquantes, des choses abominables, des choses minables, j’en passe et des meilleurs mais aussi de véritables pépites, des acteurs qui n’ont pas rencontré les rôles qu’ils méritaient, des auteurs, des créateurs, des réalisateurs, des artistes qui n’ont pas eu les moyens de montrer leur immense talent.

J’ai retrouvé dans cet inventaire bien des choses qui ont occupé certaines de mes heures perdues, d’autres auxquelles j’aurais bien consacré d’autres heures et d’autres enfin auxquelles je ne suis pas fâché d’avoir échappé. Dans tous les cas, ce catalogue a un côté très rassurant, il montre que la transgression est toujours possible et que ceux qui en usent sont souvent ceux qui ouvrent des portes pour ceux qui deviennent célèbres après eux. La médiocrité est de ce monde, elle permet de mieux apprécier l’excellence, la vulgarité est bien souvent plus l’apanage de celui qui regarde que de celui qui réalise. Et, pour conclure, pourquoi ne pas suivre l’auteur quand il déclare à propos des œuvres d’André Guerder : «… c’est avec émotion que je contemple désormais mes rayonnages d’insanités : toujours plus laid, toujours plus beau ».

Le livre sur le site du Dilettante

APHORISMES À L’ÉLASTIQUE

elastique.jpg

 

Quand j’entends le mot élastique, je sors mes ciseaux.

 

Je rêve d’une vie élastique étirée à l’infini en des instants d’une ténuité telle qu’on ne les sentirait pas filer. 

 

Les blessures en forme d’élastique prennent un temps mou à cicatriser.

 

Sur la ligne élastique du tendre s’écrit l’histoire sensible de ta peau.

 

Une traître grimace 2.O., est-ce un e-lâche-tic ?

 

bracelet-caoutchouc-medium-1303128.jpg

 

Les livres élastiques sont faits de mots-ressorts.

 

Tendez un élastique à une montre molle, elle vous retardera de travers !

 

Le dormeur allongé tire-t-il l’élastique du rêve?

 

Quand on se rabat sur la bande élastique, le principe de la tirette s’applique-t-il ?

  

Sur tes lèvres élastiques, je poserai un baiser infini.

 

JPC00120-2.jpg

  

La soumise nue prie au pied du grand hévéa la venue du latex protecteur.

 

On peut avoir les traits tirés sans avoir d’élastiques sous les yeux.

 

Quand les élastiques lâchent, les masques tombent.

 

L’élastique vole, le crampon reste.

 

Ne tire pas l’élastique au sort, lâche-la au hasard !

 

 

bandes-elastiques-sachet-de-1-kg.jpg

 

L’élastique rapprochant la tulipe du papillon n’est pas moins fiable que celle reliant la terre à la lune. 

  

Bander, c’est tirer l’élastique du désir ; puis faut-il se retenir de tout lâcher ?

 

Trace un cercle avec un élastique, il prendra bientôt la forme d’une spirale.

 

Pratiquer le streching tout en lâchant du stress.

 

La gomme à mâcher efface-t-elle toute trace de baiser volé?

  

paquet-de-1kg-de-bracelets-elastiques-80-x-2-mm-1485442.jpg

  

Si les mécanismes d’horlogerie étaient à base d’élastiques, on connaîtrait des extensions considérables du temps – qui nous rapprocheraient du Big Bang -, de même que des liaisons instantanées.

 

Un coup d’élastique jamais n’abolira le voyage.

  

L’élastique rétrécit au tirage.

 

Qui sème un ressort récolte un élastique.

 

On n’est jamais aussi tendu qu’avant un saut à l’élastique.

 

YokYok.gif

 À suivre…

 

JACQUES CHEMINADE (0,2 % des votes) NE DONNE PAS DE CONSIGNE DE VOTE POUR LE SECOND TOUR et jette le trouble parmi ses militants.

58f20ba7c46188fa5e8b467b.jpg

Jacques Cheminade (0,2 % des votes) ne donne pas de consigne de vote pour le second tour et jette le trouble parmi ses militants.

Ainsi, Marguerite D., agricultrice bio, qui le suit depuis ses débuts est décontenancée. Sur son blog politique, elle écrit : Jacques est déçu et je ne doute pas que, dans les heures qui viennent, quand il aura digéré sa défaite, il donnera à défaut d’une consigne de vote claire sa décision d’homme libre, ennemi du grand capital et du fascisme mêlés, de l’européanisme bruxellois et de l’immobilisme néolibéral, du macronisme en marche et du lepénisme rétrograde, mais proche, au fond  de son cœur, je le sais (même s’il ne l’avouera jamais, il a des pudeurs de lama! – il lui arrive de cracher sur le petit peuple), de la culture vénézuélienne et des rigueurs poutiniennnes. Tout ça, ajoute-t-elle, au bord des larùmes, m’engage à jeter l’éponge du combat politique régional.

Non, Marguerite, ne jette pas l’éponge, sers-t’en pour laver les plaies de ton candidat meurtri par tant de mois de lutte souveraine, a-t-on envie de lui crier. Non, Marguerite, tu as d’autres combats à mener sur le terrain local, tu ne dois pas décevoir l’âme du mouvement cheminadien qui, à travers les champs de l’ignorance politique, trace la voie de l’avenir vers un futur législatif semé de pâquerettes et de coquelicots jolis jolis… 

 

Après parution de cet article, Lucienne L. de Lille nous signale qu’un autre candidat, qui aurait enregistré près de 20 % des votes, n’a pas donné de consigne de vote au motif que ses électeurs étaient assez intelligents. 

Voici notre réponse: 

« La direction de la présente AFP n’était pas sans savoir cette information. Mais elle a jugé bon, afin de ne pas s’attirer la colère des électeurs dudit candidat, volontiers hargneux et fort hostiles au demeurant au journalisme sous toutes ses formes et à la liberté d’opinion contraire à la doxa du mouvement, de passer sous silence, ou plutôt sous couvert de cette improbable déclaration cheminadienne, cette discutable décision qui, nous n’en doutons pas, n’est que la forme momentanée d’une prise de position plus élevée et à la mesure de cet Insoumis notoire, admirateur d’un autre grand rebelle de l’histoire française et internationale, François Mitterand. « 

 

LIRE AU PRINTEMPS 2017: APRÈS LA DÉTENTE, LA RÉFLEXION

arton117866-225x300.jpgpar Denis BILLAMBOZ

Après vous avoir offert deux romans bien guillerets, je vous propose cette fois une rubrique beaucoup plus sérieuse dans laquelle j’ai regroupé une réflexion de Philippe Jaffeux sur l’écriture qui n’est pas capable de répondre à l’attente de tous et surtout de ceux qui ont perdu une partie de leur possibilité physique, et une étude biographique de Pierre Somville sur l’œuvre Brasillach. L’homme a eu un parcours odieux, on peut tout de même lire son œuvre pour essayer de comprendre.

 

entre-de-philippe-jaffeux.jpeg?w=656ENTRE

Philippe JAFFEUX

LansKine

Quand j’ai découvert ce livre, j’ai cru que le titre était une invitation : « Entre », viens dans mon texte, viens dans mes lignes, viens dans mon histoire et après avoir lu quelques pages, j’ai compris que ce « Entre » n’était pas un verbe mais la préposition qui désigne un intervalle entre deux éléments. L’intervalle qui est le sujet proposé par l’auteur dans son texte, une suite de phrases, des vers libres, mis bout à bout avec pour seule ponctuation des espaces variables aléatoires. « Entre est ponctué à l’aide d’une paire de dés. Les intervalles entre chaque phrase s’étendent donc entre deux et douze coups de curseur ». Le hasard, le hasart selon l’auteur, joue un rôle déterminant dans ce texte : « Entre est un texte aléatoire qui est accompagné par l’empreinte de trois formes transcendantes : le cercle, le carré et le triangle ». Trois formes qui font comme des trous dans le texte, des espaces réservés pour inclure des illustrations ou d’autres choses.

Pour tenter de comprendre cette proposition bien énigmatique, il faut connaître un peu Philippe Jaffeux, je le connais moi-même très peu, et surtout le formidable travail qu’il a entrepris pour inventer une écriture accessible aux personnes à motricité très réduite. J’ai donc lu ce texte comme une suite de son travail, une suite proclamant la mort de l’écriture traditionnelle :

« Une réunion de trous pleurent un enterrement de l’écriture »

« Entre » serait donc les intervalles dans lesquels s’inscrit l’histoire qui aurait déserté le texte inaccessible par la faute d’une écriture vaine.

« Onze nombres mesurent des intervalles qui racontent l’histoire d’un jeu »

« Elle évoque une écriture décomposée pour raconter l’histoire d’un espace essentiel »

Il y a dans ce texte comme un chant de désespoir, de déception, d’amertume devant cette écriture en ruine qui ne permet pas à l’auteur de s’exprimer.

« Mes mots se couchent entre des interlignes qui comprennent chaque retour de ton évolution solaire »

« La dépouille de sa langue dévaste le terrain de mon silence »

« J’éprouve le dégoût d’une langue qui libère mon voyage de ton histoire »

Ne pouvant pas s’exprimer par une écriture qui ne lui est plus accessible, l’auteur trouve refuge dans les intervalles, les interlignes, les blancs entre les mots, faisant bon usage de l’adage : « il faut savoir lire entre lignes ».

« Tes phrases sont touchées par des blancs qui se souviennent d’un fantôme »

« Tes intervalles prennent modèle sur eux-mêmes pour reproduire une déficience exceptionnelle »

« Elle trouve asile dans des intervalles qui soignent une écriture malade »

« Une masse d’intervalles génèrent le courage d’un mouvement »

« J’écris avec des intervalles qui parlent à l’alphabet d’une image »

« Des blancs interagissent avec des étoiles qui illuminent le fond de votre angoisse »

Il reste cependant quelques questions : l’auteur aurait-il abandonné son projet de créer une nouvelle écriture strictement numérique ? Il ne nous confie pas la réponse à cette question, peut-être le « tu » à qui il s’adresse connait-il la réponse ? Et ce « tu », il ne nous dit pas non plus qui il est : peut-être lui-même désolé devant son écran ? Peut-être son complice, le seul habitant de son écran, le curseur, celui qui détermine les espaces, leur place, leur forme, leur taille ?

Un texte qui finalement déborde de questions, un texte intelligent, trop peut-être pour ceux qui n’ont jamais connu la nécessité de trouver un autre système scriptural pour se raconter par l’écrit.

Le livre sur le site des Éditions LansKine

Le site de Philippe JAFFEUX

 

somville.jpgBRASILLACH ÉCRIVAIN

Pierre SOMVILLE

Académie Royale de Belgique

Quand j’ai vu cet opuscule biographique traitant de la vie de Brasillach et surtout de son œuvre, je n’ai pas pu m’empêcher de le prendre. J’avais très envie d’en savoir plus sur ce personnage tellement agoni dont il ne reste que l’image la plus sombre, j’avais envie de comprendre un peu mieux comment peut-on être un écrivain talentueux et sombrer dans l’horreur la plus abjecte ? J’ai profité de cette occasion pour pousser un peu plus la porte qui me masquait ce personnage si odieux, encore trop mystérieux pour moi dont je ne connais toujours pas l’œuvre. Je voudrais suivre l’auteur quand il dit : « C’est l’écrivain justement que je veux évoquer. Sans rien omettre de ce qui a été dit, il faut cependant changer de registre et envisager l’œuvre, et dans l’œuvre, ce qui reste, contre vents et marées. »

J’ai découvert un individu au parcours presque banal pour un intellectuel agrégé de lettres, issu de Normale Sup’ : naissance dans le Roussillon, adolescence à Sens, études à Paris, à Louis le Grand, parcours plutôt classique pour un brillant littéraire de cette époque. Parcours qui emprunte vite le chemin de l’extrême droite, celui de l’Action Française où il signe une chronique. Lors d’un voyage en Allemagne, en 1937, il est subjugué par les fastes du nazisme, «… dans les petites rues pavées de Nuremberg et de Bamberg … c’est l’ancienne Allemagne du Saint-Empire qui se marie avec le III° Reich. Ils ne me choquent pas, cependant, ces millions de drapeaux qui décorent les façades. » En 1939, il part pour le front, est fait prisonnier mais revient bien vite et plonge alors dans la collaboration la plus totale, peut-être même la plus fanatique, là où il écrit les choses les plus abominables qui lui vaudront le triste sort que l’on connaît. Pierre Somville pense qu’il ne méritait pas la peine de mort, il prétend que « C’est le triomphe du délit d’opinion, comme aux plus beaux jours de l’Inquisition ». Je lui laisse ces propos mais je me dis que s’il avait été jugé plus tard, peut-être que la sentence eût été moins lourde. Mais je m’abstiendrai de tout jugement, je n’étais pas né à cette époque.

maxresdefault.jpg

Mozart avait peut-être écrit toute son œuvre à trente-cinq ans, Brasillach, fusillé à trente-six ans, a lui aussi laissé une œuvre considérable et très diversifiée, « l’ensemble est impressionnant par la variété et l’abondance ». Publications littéraires ou journalistiques, il faut bien faire la différence entre ces deux types d’œuvres. Les articles de presses, les chroniques, les billets sont bien connus pour leur virulence et le poids qu’ils ont pesé dans son procès. Il serait plus intéressant de s’attarder sur les portraits qu’il adressés, les causeries et chroniques littéraires qui constituent peut-être la meilleure partie de son œuvre littéraire.

Selon Somville ses romans sont peut-être moins intéressants : « En guise de bilan provisoire de tous ces univers romanesques, on constatera que, malgré les quelques moments excellents, l’action est parfois lente à démarrer, qu’il arrive aux personnages de manquer de relief, que le récit s’essouffle à force de détails descriptifs et que souvent l’ensemble, trop bien construit, fait date. » « En revanche dans les autofictions, le style se fait plus léger, plus alerte et se boit comme un vin de Loire. »

Brasillach avait la plume, la langue, la culture, le talent littéraire mais pas, pas encore peut-être, le style et le souffle pour produire un grand roman. « C’est une belle écriture d’agrégé, et l’on reste loin de Montherlant. Plus encore de Céline ». On ne saura jamais s’il aurait pu écrire un grand chef d’œuvre ou s’il avait déjà atteint l’apogée de son art.

Interview de Pierre Somville à propos de son livre

FACES & Cie de GAËTAN FAUCER

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_131866.jpgLe petit livre de mots

Le dernier ouvrage de Gaëtan Faucer, dont la dédicace me touche (l’ouvrage est  également dédicacé à Pierre Desagre), et qui l’affirme en tant qu’auteur d’aphorismes est, comme il me l’écrit, un petit livre de mots, de bons mots pour sûr, qui n’est pas sans contenir des mini leçons d’éthique et derrière lesquels se tapit une vision malicieuse du monde.

Les aphorismes jouent sur tous les ressorts du genre et cela donne pas loin de deux cent phrases pour sourire, réfléchir, trouver le monde bon, con ou  long à mourir.  

On ne sait pas si, comme cet aphorisme grivois du recueil, ils seront un jour adaptés au ciné, en court, mais trash, sinon en vidéo, ou s’ils ont plus de chance, vu l’implication de l’auteur dans le Théâtre (en tant qu’auteur dramatique et que metteur en scène), d’être dits sur scène.

Comme la quatrième de couverture le mentionne, le programme du recueil affiche la question de la mort, de la vie et aussi de nos amis les bêtes. Thèmes traités avec bonheur auxquels il faut ajouter le ridicule, la vérité qui ment ou le mensonge qui dit la vérité, les cons (sujet, il est vrai, inépuisable), le désir, les croyances, bref, la bêtise au sens flaubertien du terme.

Et puisque je vous sens fébrile, voici dix aphorismes (seulement) qui illustrent ce qui précède et vous inciteront, j’en suis sûr, à commander l’ouvrage sans tarder pour faire vous-même votre top 10.AVT_Gaetan-Faucer_1900.jpeg

Durant une année, les miss sont les dames-nations d’un pays.

 

Pour cacher la vérité, il faut la rendre grotesque.

 

L’histoire se répète, la bêtise aussi.

 

Dans une beuverie estudiantine, c’est souvent pack +5.

 

Les traces laissées par les fantômes sont des traits d’esprit.

 

C’est en lisant dans le train que j’ai appris à passer d’une ligne à l’autre.

 

Le chef épouvantail possède une armée d’hommes de paille.

 

Sur son lit d’hôpital, le pyromane s’éteint à petit feu.

 

Un père qui change de sexe tout en l’avouant à ses enfants est trans parent.

 

Même la fine mouche aime les grosses merdes.

 

Plus cet aphorisme qu’Anne Siety, la psychopédagogue des maths, ne démentirait pas : Compter sur ses doigts est une façon de compter sur soi.

Et je ne résiste pas à une dernière face & cie faucerienne, le temps que vous receviez l’ouvrage dans votre boîte aux lettres : 

C’est très beau quand les cerfs-volants prennent de l’élan…

 

Éric Allard 

Pour commander le livre

 

TROIS POÈMES pour une fleur

À quel degré de concentration supplémentaire ne faut-il pas s’astreindre, avec quelle intensité accrue ne faut-il pas fixer son attention, pour que le cerveau capture l’image visuelle de quelqu’un? 

Vladimir NABOKOV, Le Guetteur

 

 

Pas assez

 

Je ne t’ai pas regardée

Assez

Afin de savoir

Te reconnaître

 

Il eût fallu plonger

Les yeux

Dans le tourbillon

De tes traits

 

En tirer l’essence

D’un portrait

Pour à jamais

Te revoir en rêve

 

camomille_allemande_1_gd-300x300.jpg

 

Une fleur

 

À l’ombre d’un saule

Dans un pot en grès

Une fleur de camomille

 

S’offre aux appétits

D’une abeille

Et d’un papillon

 

Avant d’être servie en infusion

Dans l’eau bouillante

D’un regard

 

camomille_allemande_1_gd-300x300.jpg

 

Sans ton parapluie

 

Le vent

Tempêtant

À tes tempes

 

Et la pluie

Dans tes yeux

Comme des larmes

 

C’est l’idéal moment

Pour dire

Que je te quitte

 

Mais

Sans ton parapluie

Je rentrerai trempé

 

parapluie-fleur-de-esschert-design-parapluie-pas-cher-livraison-rapide-de-gironde.jpg

 

E.A.