JOURNAL 2016 de THIERRY RADIÈRE (Ed. Jacques Flament)

Ljournal2016radie%CC%80re.jpg’année d’un écrivain

À la demande de Jacques Flament, Thierry Radière s’est plié, l’année 2016, à l’exercice du Journal. C’est l’année de la mort de Delpech, de Prince, de Butor, celle de l’attribution du Prix Nobel de littérature à Bob Dylan, celle de la lutte sociale contre la loi EL Khomri…  Ses notations sur les faits rapportés  sont surtout prétexte à des considérations personnelles et littéraires. Un Journal que je me suis vite surpris à lire comme une fiction, celle d’un enseignant, par ailleurs auteur, père, mari et homme attentif à son épouse, à ses enfants et amis écrivains. Jusqu’à attendre la dernière notation qui clôt la chronique de l’année comme elle l’a commencé par une considération d’ordre pratique portant sur les kakis accrochés aux branches du plaqueminier comme s’il fallait marquer le retour du même par une balise ouverte sur la nature, sur l’extérieur… 
Car on comprend que l’auteur a besoin de repères familiaux, amicaux, d’une relation enracinée dans le réel pour permettre à la fois de libérer son imaginaire et d’apprivoiser sa sauvagerie intérieure.

Thierry nous fait pénétrer sans effraction (ce n’est pas le genre de la maison) dans son univers familial mais aussi de son travail d’enseignant (avec des remarques fort pertinentes sur le métier et le milieu professionnel dans lequel il évolue) et son processus créatif d’écrivain, tout entier organisé autour de son amour de la littérature, entre écriture quotidienne et partage de lectures avec ses amis éditeurs, auteurs ou poètes, qu’il aime à citer à mesure qu’il reçoit de leurs nouvelles: Queiros, Roquet, Tissot, Rochat, Blondel, Vinau, Bergounioux, G. Lucas, Belleveaux, Emery, Perrine, Bonat-Luciani, Prigent, Goiri, Boudou, Prioul… Car, écrit-il, l’écriture d’un Journal a sans doute aussi cette fonction-là, entre autres, de mettre en relation des lecteurs et des références.

De temps à autre, il examine un concept à sa manière, il le sonde jusqu’à l’os et il en ressort des pages typiquement radieriennes qui rappellent ses nouvelles et ses poèmes. Il revient, un jour, sur l’écriture de Copies, où j’apprends qu’il s’agissait d’une œuvre de fiction alors que j’avais lu le texte comme un journal de correction d’un enseignant qui découvre par ailleurs l’amour.  Ainsi Thierry slalome, depuis ses premiers écrits publiés, entre fiction et réalité d’une façon tout à fait singulière où l’ancrage dans le quotidien est aussi fort que son imagination est échevelée, imprévisible. Y compris sa poésie dont il nous livre régulièrement depuis longtemps des extraits sur sa page Facebook. Au fil des pages de ce journal, il nous livre aussi deux nouvelles inédites : La canicule et La nuit.

Le 21 novembre, à un salon du livre, le député PS local (du parti du président Hollande à l’initiative de la loi El Khomri, à laquelle Thierry est hostile), Hubert Fourages achète sa plaquette Vos discours ne passent plus  (Microbe, 2015) qu’il a cité dans son discours inaugural. C’est une énigme pour moi, note Thierry. Ce texte est un recueil anarchiste… Le monde des gens qui nous gouvernent est décidément un univers que j’ai du mal à saisir.

Le 3 août, il note : « Avec le Journal, le moindre mensonge est tout de suite décelable. » Juste notation car, à moins qu’il s’agisse d’un journal fictif où l’écrivain voudrait afficher une image trompeuse, l’écriture d’un journal pousse le diariste à se confronter à soi-même sans faux-semblant et dans un souci de sincérité. Il se livre au lecteur tel qu’il se reconnaît au jour le jour ; c’est en cela que l’exercice est risqué mais exaltant.

Voici un livre qu’il faut lire pour découvrir Thierry Radière ou pour parfaire la connaissance qu’on aurait déjà de ses divers ouvrages, et en attendant le prochain. Pour approcher un peu mieux l’homme et l’auteur, savoir de quoi sa vie journalière est faite, de quoi se nourrit son imaginaire d’écrivain…

Éric Allard 

 

31gQ7fOzX5L.jpgEXTRAITS

 

« Il y a toujours comme un bruit de rêve dans les casseroles secouées de ma cuisine intérieure. » (2 janvier)

« Les enseignants ont souvent oublié les adolescents qu’ils furent. La fonction les a modifiés et ils attendent de leurs ouailles des prouesses qu’ils n’étaient peut-être pas capables de produire à leur âge. » (15 janvier)

« La publication est une drogue : plus on publie, plus on veut l’être. » (19 janvier)

« Rares sont les libraires offrant à leurs clients des petits livres qui sortent des sentiers battus. C’est cette littérature-là que Facebook m’a permis de découvrir. Je défends toujours ce réseau social quand il est attaqué. Qu’on choisisse de ne pas avoir de compte facebook parce qu’on n’a rien à y partager et qu’on ne veut pas passer sa vie sur un écran est un argument recevable et compréhensible. En revanche, prétendre que facebook est une perte de temps – si on a des créations à partager  et d’autres à aller voir – est totalement aberrant. » (6 mars)

« … en général, les profs de français ne lisent pas, j’avais oublié, et encore moins des poèmes.  »  (10 mars)

« Je me disais que vivre, c’était peut-être meubler son vide à longueur de temps,  que sans ce réflexe de décor intérieur, je finirais par m’appauvrir et à être de plus en plus envahi par l’inaction et la paralysie des sens. » (11 mars)

« Les coquilles ont la vie dure, elles s’accrochent toujours à un endroit qu’on pensait pourtant vierge de toute imperfection. » (6 avril)

 « La rentrée scolaire commençait ce jour-là : en mille neuf cent soixante-trois. Mémère ne s’est pas trompée : je suis né à minuit quarante-cinq , à quelques minutes près et je n’ai fait que cela depuis que je suis né, aller à l’école. » (16 septembre)

« Je trouve mon équilibre pressé entre prose et poésie. Je distille le jus de cette pression abstraite entre images figuratives et phrases intempestives. Entre instantanés et longs métrages. Entre pointillés figés et tracés  sinueux. Ainsi brinquebalé d’une pulsion à l’autre, je rejoins peu à peu mon obsession de toujours : trouver une certaine forme d’équilibre et m’en contenter afin de me sentir bien intérieurement. » (20 novembre)

 

Radi%C3%A8re-Thierry-e1406018153430.jpg

LIENS

 

Le livre sur le site des Éditions Jacques Flament

THIERRY RADIÈRE sur le site de La Maison des écrivains et de la littérature

Sans botox ni silicone, le blog de THiERRY RADIÈRE

 

LE MILIEU ÉDITORIAL FRANCO-BELGE ET LA COLLABORATION

 philippe-rw-c3a0-brighton-gb-nov-09-photo-gisc3a8le-wilkin.jpgpar Philippe REMY-WILKIN

Brouillards de guerre est un très beau titre pour un roman… qui n’en est pas un. Quoiqu’il en épouse souvent l’allure. Mais. L’auteur, un essayiste, nous offre un mélange de genres. Des trames biographiques, romanesques, se faufilent à travers des chroniques. Paris et Bruxelles sous l’Occupation, entre 1942 et 1945. Mais oyez, oyez, lecteurs ! Le voyage sera sidérant !

 

 

sam_ph_31450_cover1.jpgCinq cents pages ! Un événement en soi, quand nos auteurs ou éditeurs rechignent à dépasser les deux cents. Une ambition rare a donc précédé l’œuvre, une immense collecte d’informations y est chevillée. Mais « l’Esprit souffle où il veut », aurait dit Jésus. Quand Barrès lui rétorquait, à deux mille ans de distance : « Il est des lieux où souffle l’Esprit ». Eh bien, disons-le haut et clair, ce livre est l’un de ces lieux, un souffle traverse ces pages, les animant comme les voiles d’une caravelle tournée vers le Nouveau Monde.

Les premières lignes, fluides, nous projettent dans un roman historique :

« La jeune femme descendit du tram devant le théâtre du Parc, face au Palais de la Nation qui abritait le Parlement et le Sénat, et se dirigea vers le coin de la rue Royale et de la rue des Colonies. Un grand drapeau à croix gammée flottait légèrement en cette douce matinée de printemps devant la façade du bâtiment rendu inutile par la défaite et l’Occupation. »

On vit de plain-pied la rencontre entre une créatrice mue par l’ambition et son éditeur, toutes les émotions et pulsions qui affleurent :

« Elle croisa les jambes et posa son sac sur ses genoux. Colin transpirait un peu à la vue de cette belle et fraîche jeune romancière. Bien qu’il la connût depuis quelques années déjà, elle lui faisait toujours autant d’effet. (..) Elle se sentait si reconnaissante qu’elle était prête à toutes les concessions face à ce gros mâle concupiscent (…) De quoi parlait-il ? Sa bouche grasse luisait. Il avait fait rouler l’expression sur sa langue, comme une plaisanterie salace parce qu’elle était une femme… « La première fois »… C’est tentant de faire le rapprochement… Ils ne pensent qu’à ça, se dit-elle. Ils n’y peuvent rien. C’est glandulaire. Glissons. »

On songe un instant à l’actualité, aux affaires Weinstein et Spacey, l’arrivisme et la prédation, etc. Mais nous ne sommes pas dans un roman, ou alors un roman arcbouté au Réel ?, la jeune beauté n’est pas une créature chimérique ou quelque obscure écrivaillionne, non, c’est l’une des plus grandes plumes de notre Histoire littéraire, Dominique Rolin*, adaptée au cinéma, mystérieuse compagne des décennies durant du (trop ?) célèbre Philippe Sollers. Face à l’éditeur de son premier roman, Paul Colin, un collaborateur de la pire espèce, malveillant, antisémite.

Le portrait de Rolin, en quelques pages, est fracassant. Une égocentrique uniquement préoccupée par sa réalisation personnelle, qui se fiche de la politique (et donc du sort des autres) comme d’une guigne, ne voit ses interlocuteurs que dans leur rapport à elle et à son œuvre.

AVT_Benoit-Jeannin-M_7813.jpeg

Maxime Benoît-Jannin

Une biographie sans fard de l’autrice (osons ce mot féministe !) de L’Infini chez soi ? Non, la scène s’élargit rapidement, les acteurs défilent. Rolin voyage vers Paris et y oublie son mari dans les bras de l’éditeur parisien d’origine belge Robert Denoël, mais voilà qu’apparaissent des célébrités du temps ou futures, le récit explose en sillons multiples, la polyphonie s’installe, c’est une ère entière qui ressuscite. Nous pénétrons dans les atermoiements d’Elsa Triolet et Louis Aragon, sortons au café avec Sartre et Beauvoir, surprenons la première rencontre de celui-ci avec Albert Camus, écoutons atterrés les propos antisémites de Céline et Rebatet, les échanges sur la littérature entre Paul Valéry, Gaston Gallimard et Denoël, observons à la loupe Cocteau et Eluard, Max Jacob et Jean Genet… dans des rues, des soirées hantées par des silhouettes en uniforme vert de gris.

Comment décrire la submersion qui nous engloutit délicieusement ? Des biographies se croisent et se décroisent, se superposent parfois (les amours axiales de Rolin et Denoël, Valéry et Jeanne Loviton, Denoël et Loviton) mais explosées par l’irruption du Temps : articles de presse, recensions de spectacles, de procès, etc.

Benoît-Jeannin tient du démiurge, il y a une tentation proustienne à l’œuvre, un fil glisse du sillage de Rolin (quel beau film eût écrit un Truffaut à partir des premières scènes !) pour embobiner un univers, une époque. Qui jaillit sous nos yeux hallucinés tel un Titanic remontant des profondeurs océanes pour retrouver sa trépidation.

Il y a un bémol. Parfois, aspiré par une trame narrative, on est pressé de lire la suite mais l’auteur privilégie la reconstitution panoramique et nous voilà séparé du roman par la chronique pure et dure. Qui intéressera davantage le féru d’Histoire que le lecteur d’histoires. Ainsi, accompagnant Paul Valéry aux concerts de la Pléiade, on en découvre le programme :

« Emmanuel Chabrier, Trois valses romantiques (Jean Françaix et Soulima Stravinski).

Michel Ciry, Madame de Soubise (paroles d’Alfred de Vigny), (Paul Derenne et Francis Poulenc).

Erik Satie, Trois morceaux en forme de Poire (Simone Filliard et Francis Poulenc).

Etc. »

Oui, parfois, reprenant son souffle, on s’interroge. Que lit-on ? Un roman, des romans, des biographies, des chroniques, une étude historique, des micro-essais, des nouvelles ? Et il y a tout cela. Mille manières d’aborder le thème central : la reconstitution d’un monde perdu, peuplé de fantômes et d’ambiguïtés sur la nature humaine, mais une reconstitution d’une essence supérieure, où le Vrai se révèle sans maquillage. Comme si l’ouvrage de Benoît-Jeannin accrochait ses lecteurs à une caméra et un micro pour les projeter via une machine à remonter le temps au cœur des événements.

Si l’on intègre la profusion du contrepoint, l’entreprise est globalement passionnante. Car l’immense puzzle vaut à la fois par sa vision d’ensemble et l’enseignement qu’elle délivre mais, tout autant, par l’appétit suscité par une infinité de ses pièces/fragments narratifs, qui transportent intrinsèquement et indépendamment du Tout. On sera donc happé par des épisodes de la Résistance (l’assassinat de Paul Colin, les prouesses de notre aviateur Jean de Sélys Longchamps, l’attaque d’un train destinée à sauver un convoi de Juifs, etc.), des énigmes policières qui incendient justice et médias, les affres des vies privées de célébrités monumentalisées par l’Ecole ou l’Histoire soudain incarnées, mais on sera déstabilisé par la teneur des textes publiés par les autorités, les journaux, la plongée au cœur de la collaboration, qu’elle soit abyssale ou en méandres sournois, pusillanimes. On est surtout sans cesse surpris par l’auteur et ses mille angles d’attaque. Ainsi, à la page 154, un texte rédigé par un journaliste de province, un hommage courageux à l’une des victimes des arrestations arbitraires :

« Harry Baur vient de mourir ; mais le cinéma, qu’il a marqué de sa puissante personnalité, lui assure une longue survie.

Il y a quelques années, j’ai pu observer Harry Baur au cours d’une répétition. Congestionné, couvert de sueur, il attaquait d’intangibles difficultés, se donnait corps et âme, sans réserve, sans prudence pour sa personne, sans ménagement pour sa santé : toute intelligence, toute sensibilité à découvert (…) J’ai vu Harry Baur porter seul le poids d’une pièce, élever celle-ci au-dessus du sujet, créer autour du texte son œuvre à lui et, par son jeu, rejoindre la vie dans ce qu’elle a de plus secret. Je l’ai vu gravir avec acharnement le dur chemin de la perfection. »

Micro-essai, somme toute, sur l’Art, ode à l’investissement du véritable artiste, qui atteint une dimension métaphysique.

La suite ? Un déferlement d’informations, de réflexions et d’émotions. Où l’on mesure comme rarement l’impact de l’antisémitisme vichyste, des compromissions opportunistes, des fanatismes idéologiques. Et je doute qu’on puisse encore lire Céline (et même son Voyage) ou Rebatet (j’adorais son Histoire de la Musique) comme si de rien n’était… Un kaléidoscope, où le didactique est rarement pesant, où les sensations fugaces d’une force centrifuge s’évanouissent devant la perception du projet créateur, une puissance centripète servie par une écriture belle et limpide. On lit plusieurs livres à la fois mais ceux-ci sont les instruments d’un même orchestre, au service d’une composition unique.

In fine, on se surprend à applaudir l’auteur et son éditeur (Christian Lutz) qui ont osé aller à contre-courant des normes et des habitudes pour nous offrir un ouvrage épatant, époustouflant, l’une des rares productions de ces derniers mois qui doivent impérativement trouver niche dans toute bibliothèque humaniste. 

Ph. R.-W.

 

* Dominique Rolin était l’autrice (je persiste, féministe !) préférée de mon épouse vers ses vingt ans et sa lecture me marqua.

 

sam_ph_31450_cover1.jpgMaxime Benoît-Jeannin

Brouillards de guerre

Editions Samsa, roman, 2017

500 pages

 

Sur l’auteur et son œuvre, un complément d’information à lire sur le site de l’éditeur SAMSA

 

AU CREUX DU SILENCE de MARCEL PELTIER (Éd. du Cygne)

DS4C8fdW0AY6rgi.jpgLA VIE BRÈVE

Depuis près de vingt ans, Marcel Peltier écrit des haïkus et s’interroge à leur sujet, ne se contentant pas de la forme fixe établie, remettant en cause les classiques vers de 5/7/5 pieds supposés être dits dans un souffle.

En prenant appui sur les travaux oulipiens de Roubaud ou Le Lionnais, et dans le sillage des quanta(s) de Guillevic,  il réduit ici encore la forme brève, cherchant, sur le mode de l’essai et de l’erreur, en mathématicien qu’il est, la formule qui mêle le minimum de mots avec le maximum d’efficacité, tout en demeurant dans l’esprit zen présidant à l’écriture de haïku : notation sur le vif qui privilégie la sensation sur l’intellect.

En six mots, parfois moins, rarement plus, suivant la contrainte qu’il s’est fixée, il délivre des instants volés à son quotidien.

Attentif aux sons, aux contrastes visuels, aux perceptions minuscules qui trahissent un état d’âme plus qu’elles ne l’expriment, c’est le non-dit, l’oiseau de la sensation que traque Marcel Peltier dans ces exercices journaliers (la pratique du haïku procède du journal, extime, on dirait ici, en citant Tournier), ce qui transparaît du caché, sans souci de psychologie.

On ne peut s’empêcher de penser à l’aphorisme wittgensteinien : Ce dont on ne peut (bien) parler, il faut le taire.  Dans le rendu du sujet, rien ne doit transparaître de l’inconscient de l’observateur pour que la flèche des mots atteigne le coeur de cible.marcel_peltier.jpg

Même si on peut penser qu’à travers ses nano-poèmes, Marcel Peltier dit, en creux, des choses de lui mais non identifiable de prime abord. Il ne s’agit pas de rendre compte d’une personnalité dont on sait qu’elle est fluctuante, de l’ordre d’une caractérisation sociale, mais juste de glaner un geste, une position, de surprendre une expression faciale, un tropisme. Ou bien encore de donner des yeux aux choses inanimées…

Le haïku est l’instrument de la surprise, de l’étonnement, de l’éphémère. Tel un photographe de l’indicible, Marcel Peltier capte des instants de vie, saisit des petits riens qui font sens le temps d’un surgissement (ou d’une éclipse).  

Des haïkus desquels ne sont pas exclus, loin de là, l’érotisme, l’humour, l’esprit caustique, la satire sociale, l’émotion voire le tragique d’une existence, la trace d’un deuil… Le propos n’est jamais de poser un jugement sur les faits observés, tout au plus d’émettre un soupçon empathique, une proposition face à l’éventail des possibles.

De la sorte, Marcel Peltier est toujours en équilibre sur le fil du silence. C’est de là, du silence, de cette faille, qu’il épie sans espionner les reflets du monde nouménal qui marquent à la façon d’une trace fugitive le miroir des jours pour dessiner une image avec une rare et précieuse économie de mots. Car la vie est brève et l’écriture sans fin.

Éric Allard 

 

AU CREUX DU SILENCE sur le site des ÉDITIONS DU CYGNE

DÉCANTATION DU TEMPS de MARCEL PELTIER aux ÉDITIONS du CYGNE

L’ATELIER PELTIER, mon article sur le travail de Marcel Peltier (sur Ecrits-vains)

 

EXTRAITS

 

Crépuscule,

Les choses se cachent

   Sans un bruit.

 

 

Envol,

rendez-vous

Manqué.

 

*

 

Du chocolat sur

 ses lèvres.

 

 *

 

Une chape de silence,

vieilles photos

 

 *

 

La pénombre,

frôlement légers

Des tissus

 

*

Rosée,

mes chaussures

Lavées.

 

*

Table d’hôte,

les invités sont

Les mésanges.

 

 

CLAUDE DONNAY, ARNAUD DELCORTE : L’UN EN PROSE, L’AUTRE PAS.

leuckx-photo.jpgpar Philippe LEUCKX

 

 

 

 

 

447.3.jpgLe poète Donnay s’est donné, depuis peu, le temps de consacrer à la prose une partie de sa création. Jusqu’il y a peu, seule la poésie trouvait audience. Après un roman réussi chez M.E.O, un autre en préparation, le voici prêt à nous plonger dans l’atmosphère bruxelloise de son « Bocal Paradis », longue nouvelle que publie maelström dans sa collection « Bruxelles se conte ».

Ce rêve « étrange et pénétrant » n’a rien de verlainien, quoique très bien écrit, quoiqu’il faille y voir la volonté de rompre avec la brièveté poétique pour une certaine ampleur, un certain goût pour la phrase construite et la fluidité qui va avec.

Difficile de raconter une nouvelle. Plus difficile encore quand le texte jalouse la complexité, voisine avec le fantastique naturaliste : déjà ce bocal, dans lequel nage un narrateur gonflé par la reproduction des choses…donnay-web-paysage.jpg

Et puis au mitan de l’inventive fiction, une Mona Lisa aux belles formes…et des questions qui ne trouvent pas toujours réponse..

Quoi qu’il en soit, Donnay a bien raison de s’adonner à la prose qui lui va comme un gant.

En matière de poésie, Baudelaire ronronnerait d’aise puisque les chats ont ici droit de regard et de caresse!

(Claude Donnay, Bocal Paradis, 2017, Maelström, coll. Bruxelles se conte n°67, 28p., 3€)

Le livre sur le site de l’éditeur 

Bleu d’Encre, le site de Claude DONNAY

 

couverture-5-bord-3mm-blanc_sm.jpgArnaud Delcorte (né Hainuyer en 1970) a débuté en poésie il y a neuf ans, et depuis, son rythme de croisière régulier lui a permis d’éditer une petite dizaine d’ouvrages, dont un roman, sans compter des participations à de bonnes anthologies haïtiennes.

Le voici, aux commandes avec le peintre Sébastien Jean (né en 1980), Haïtien, d’un livre inclassable où le babil/babel des langues et des arts ordonne une réflexion peu orthodoxe sur le monde: sentiments, sexes, sensations, goût du plaisir, de l’azur et plaisir des sens s’agitent en tous sens.March%C3%A9+Po%C3%A9sie+2013+013.JPG

Poèmes en plusieurs langues (français, anglais), illustrations nerveuses, colorées, fantasmatiques de bêtes et d’humains en torsades de reliefs, dans le droit fil des compositions par exemple d’un Siqueiros : « Quantum Jah » étonne par la mixture qu’il donne d’un monde déboussolé, dont la violence, dont les angoisses, dont l’appel d’air aux changements attisent le lecteur. L’audace le dispute à la provocation, et l’on sait qu’Arnaud ne recule pas devant le terme cru (« sexe dégourdi dans la tienne ») ni devant la figuration poétique des plus élégante : « tu me soulèves comme un enfant/ des flaques de ciel plein les joues ».

La tolérance joue son atout : qu’on soit blanc, noir, créole, homo, hétéro, fille, garçon, pauvre, voyageur, sans langue, avec toutes les langues, le poème enjoint quiconque à vivre plus loin, à nouer au babil tous les « babels » du voyage et de la connaissance.

(Arnaud Delcorte et Sébastien Jean, Quantum Jah, Les Editions des Vagues, en Haïti, 2017, 128p., 14,99€)

Le livre sur le site de l’éditeur

 

images?q=tbn:ANd9GcSWvKhBIm9-F2NyVapKn-G5pd_hphUB6bYNo2WwmZ-KoDdGLLYjCw

En savoir plus sur Sébastien JEAN et sa peinture

 

DOUZE CHANTS DE LA GRÂCE d’ANDRÉ CAMPOS RODRIGUEZ

André Campos Rodriguez

ob_b14ba9_img-0537.JPG

Né en 1951 . Jeunesse au Maroc à Casablanca jusqu’à l’âge de 21 ans. Fils de Républicains espagnols opposés au franquisme… Au préalable, réfugié politique – puis opte librement pour la nationalité française (car francophile et francophone…)

 

 

Douze Chants de la grâce…

 

1.

 

Il n’y a pas une ride

dans l’aurorale clarté qui s’annonce

comme une promesse

 

Il n’y a aucun signe néfaste

ni rien à signaler 

à part l’imminente arrivée

de la beauté

  

 

 

2.

 

Que peut-on dire

au matin lumineux

qui nous lave de sa lumière

 

que peut-on souhaiter de mieux

une grâce parée

si bien dans la soie

de la quiétude et du silence

 

où complice la solitude

s’éclipse pour le souffle

 

 

 

3.

 

D’une joyeuse épiphanie

sur la crête de l’instant

il boit à la source vive

 

La beauté en sa bonté

toute révélée

 

dans ce refus même

de la posséder

 

 

  

4.

 

Par enchantement

une porte ou une fenêtre

s’ouvrent dans la lumière

 

et recule l’enfer

 au profit

de la vie ouverte

 

Avènement prodigieux

où le souffle

devient tendresse

 

douceur…   et légèreté de la joie

 

 

 

5.

 

Nous sentons bien que l’invisible

ne cesse de se manifester

à travers la relation complice

– que nous surprenons 

des arbres de ce chemin de montagne

où zinzinulent les mésanges

dans un profond silence

 

 

 

6.

 

J’aspire à l’espace ouvert et bleuté

du ciel habillé de la moutonneuse

blancheur des nuages

 

Cette paix accueillante

qui nous donne à goûter

le bonheur de vivre

 

Notre tête s’est vidée

et notre corps a gagné

une bénéfique densité

 

pour que le cœur exulte

et rende grâce

 

 

 

7.

 

Ne bouscule pas ton silence

celui qui cherche nonchalant

à installer la clarté dans nos vies

 

Laisse l’ombre jouer à sa guise

les comédies du destin

 

Nous veillerons sur les roses de décembre

la fraicheur des pétales grenats

prêts pour le sacrifice de l’hiver

 

Notre espoir se portera sur le printemps

qui aussitôt nous élargira

sur les épaules nues du don

 

 

 

8.

 

Ne nous racontons pas d’histoires

dormir debout n’enchante guère

le sage qui contemple le réel

infiniment perpétuel

 

La mort il faudra bien l’assumer

là où elle nous surprendra

 

Prions uniquement pour que la peur

soudain  n’éclipse

notre fragile équilibre

  

 

 

9.

 

Pour le moment c’est l’arbre

qui nous évite les errances

que les ombres contiennent

 

Il est prodigieusement ici

devant nous à bâtir un refuge

où bouillonnent les couleurs

de la terre et du ciel

 

à nous éviter aussi d’aller

à la ligne

d’un futur aléatoire

 

 

 

10.

 

Que l’espace de la vie

devienne l’espace du poème

et que le poème transfuse

la vie même en chaque image

 

Comme il sait être le protecteur

des oiseaux de passage

que l’arbre nous soutienne

en cette perpétuelle quête

 

qu’il soit notre maître spirituel

 

et qu’il ne cesse

 

par sa mystérieuse beauté

de nous montrer le ciel

 

 

 

11.

 

Les fleurs aussi sont nos maîtres

 

Exprimer parfums et beautés

en un temps si bref

 

Fragiles, vulnérables, offertes

 

elles sont comme le poème

absolu du don

  

 

 

12.

                                                            (à R.Z.)

 

Sans toi à mes côtés

à partager et embellir les petits évènements

quotidiens qui nous entourent

 

ma vie 

chargée des ombres du passé

serait autrement plus amère

 

Avec toi le présent se présente

comme une fleur légère

un parfum ineffable

 

Nous regardons vers la même source

et c’est comme une grâce offerte

qui se dégage et ne nous appartient pas

 

 

 

ob_e5b9af_img-0830-copie.JPG

photo d’André Campos Rodriguez

 

 

Du même auteur

– Mosaïque d’un cri (M.P.C. 1982)

– Petits je (ux) de rhétorique (Jacques Morin, Polder 30,1985).

– Le bleu de clémence ( Aube 1987)

– Odes à la nuit étale (L’Horizon Vertical, 1989)

– Les douze balises (Jean Le Mauve, L’Arbre 1990).

– Chemin de ronde , (en collaboration avec J.L. Fontaine, C. Hémeryck, et H. Lesage , Éditions Rétro-Viseur 1993).

– L’invisible correspondance (Cahiers Froissart, 1994).

— Pour désigner la cendre (Jacques Morin, Polder 1996).

– Légendes, éclats, approches… (Editinter, Robert Dadillon, 1999).

– « Pour que s’élève  CE QUI N’A PAS DE NOM » / Choix de Poèmes 1985-2016/ préface d’Alain Lemoigne /

volume de 214 pages, Editions de L’Ardent Pays, 2016.

 

Anthologies

– Génération Polder, anthologie de Jacques Morin, Ed. La Table Rase 1992.

– Le Silence parle ma Langue de Jean-Claude Dubois (une présentation critique de 24 poètes du Nord/Pas-de-Calais) Editions Rétro-Viseur 1999.

 

Articles, textes ou poèmes parus dans différentes revues dont :

L’Ivraie, Foldaan, Les Cahiers Froissart, RegArt, RétroViseur, Plis et Déplis amoureux, Jalons, Décharge, Sources, La Bartavelle …(du temps de Pierre Perrin), Phréatique, Noréal,, Friches, Lieux d’Être, Comme en poésie, Le Comptoir des Lettres…etc…

 

ob_10e8d3_img-1004.JPG

 L’ARDENT PAYS, le blog-revue d’ANDRÉ CAMPOS RODRIGUEZ

 

VERS LES RIVAGES VIERGES d’ÉRIC ÉLIÈS (textes) et MAJA BIALON (photographies)

13332843_1113565728701097_3993885120564707459_n.jpg?oh=2d4104edb64fff1be9b511b4f735e774&oe=5AB096CApar Nathalie DELHAYE 

 

 

 

 

 

41HWJCNH41L._SX313_BO1,204,203,200_.jpgInvitation à la méditation

   Étrange mariage que les poèmes et les photographies unis dans cet ouvrage, « Vers les rivages vierges » nous emmène bien au bord de la mer, à pas lents sur le sable ou dans les rochers.

   Les effluves à portée de narine, le bruit des vagues et l’apaisement, tout est là pour inviter le lecteur à la méditation face à l’étendue bleue.

   C’est un moment de plaisir que de lire ces poèmes, on y trouve des images, beaucoup d’images, appuyées par les photographies en noir et blanc, mais qui ne s’imposent pas trop et nous laissent l’occasion d’imaginer encore. Les regrets aussi apparaissent au coin d’une dune, la nostalgie se ressent, mais l’espoir, beaucoup d’espoir surgit de l’écume.

   Cette poésie certes structurée se lit pourtant sans contrainte, l’auteur a su éviter le piège de la poésie cadrée et non fluide, qui peut gêner la lecture et faire fuir les réfractaires à la poésie classique. Ici tout se déroule, va et vient, les rimes sont riches et les poèmes très bien réalisés, de sorte que les jambages et figures imposées n’alourdissent pas la lecture.

   Une image, un poème, un beau mariage somme toute, qu’il est agréable de découvrir, lire et relire.

 

Le livre sur le site de l’éditeur

 

LA SOLITUDE DES ÉTOILES de MARTINE ROUHART

rouhart-solitude-des-etoiles.gif

La distance entre les êtres

 

   « Je déteste les talons hauts, leur vacarme lorsqu’ils martèlent les trottoirs. Ma démarche et légère et silencieuse. J’aime m’approcher des gens doucement, à la manière des chats. » Ainsi débute le récit de Camille, 43 ans, la principale narratrice de La solitude des étoiles, le sixième roman de Martine Rouhart.

Camille est assistante vétérinaire et vit en lisière d’un zoo. L’autre narratrice, c’est Suzanne, elle a 68 ans et c’est la mère de Camille.

   Les deux femmes ont ceci en commun qu’elles ont toutes deux perdu trop tôt leur compagnon. Hormis cela, la mère ne se reconnaît pas en sa fille qu’elle juge « plus fermée qu’une huître ». Même si, au fil de leur récit, on comprendra qu’elles partagent plus d’un trait semblable. Malgré leur lien de parenté, elles restent des énigmes l’une pour l’autre.   

   Camille perçoit les individualités humaines comme des étoiles dans le cosmos: « La foule, un désert, et on n’est pas seul à être seul. Les gens : une nuée de solitudes démultipliées séparées par une distance interstellaire. » Elle s’accommode de sa solitude ; même, elle la cultive. Cela ne la rend ni malheureuse ni heureuse, du moment que les autres demeurent à une distance respectueuse: « En somme, de la majorité de nos semblables, on ne se rapproche que par hasard et sans les rencontrer… » martine-rouhart.jpg

   Après un incident survenu à la clinique pour animaux où elle travaille comme assistante vétérinaire, elle décide de prendre du champ quelque temps en Ardennes dans une maison isolée louée pour l’occasion…

   Martine Rouhart et détaille la mécanique intérieure et scrute les mouvements du coeur. Elle relève les variations d’état d’âme, elle mesure la distance entre les êtres comme elle observe le passage des saisons sur la nature. Elle le fait à coups de notations brèves, poétiques, jamais appuyées ou répétitives. Elle trouve les mots justes, nouveaux, adaptés à chaque nouvelle observation. Une écriture à petits points qui couture, recouvre parfaitement les sujets étudiés, les situations rendues, les petites plaies de l’existence qui menacent de suppurer en affectant notre relation à autrui. Comme ce petit choc d’une pomme de pin trouant la neige, que la narratrice, un moment, signale.

  Dans la maison de campagne, Camille va faire la rencontre d’un homme incongru, Théodore, mystérieux à souhait, qui traversera sa vie avec la fulgurance d’une comète, sorte d’ours ou d’ogre qui ne se livrerait que par sentences, par éclats, avant de retourner dans sa tanière. Elle s’attache vite à ses visites régulières qui raniment les braises d’humanité de son feu intérieur, la reconnecte à son être profond qui est fait d’ouverture au monde du vivant. Comme entre les étoiles et les humains que sépare un espace inimaginable se nouent des liens secrets qui échappent à toute psychologie. 

   Le roman est entrecoupé, sur des pages à part, de notations poétiques et scientifiques de Philippe Jaccottet, Anne Perrier ou Hubert Reeves qui font communiquer les faits narrés par la mère et la fille avec les citations rapportées, l’infiniment petit des rapports sociaux à l’infiniment grand de l’univers.

   Mère et la fille vont se rapprocher à la faveur de cet épisode ardennais. Camille va quitter, dans les faits, sa solitude mais l’énigme Théodore, la place qu’il a occupée, même quand il aura disparu de sa vie manifeste, n’en demeure pas moins sujette au questionnement. Martine Rouhart a cette élégance de ne pas en dire plus, de laisser le lecteur se faire son idée sur la position des êtres par rapport à leurs semblables sur la carte du tendre des relations humaines. 

Éric Allard 

 

23032371_10214113506421358_5566121360965603411_n.jpg

Le livre sur le site de l’éditeur + extrait

Martine Rouhart sur le site de l’AEB