PAULINA 1880 de PIERRE JEAN JOUVE, une lecture de Jean-Pierre LEGRAND

31772903_579825939056371_1865853206358130688_n
par Jean-Pierre LEGRAND

« Découverte de Pierre-Jean Jouve, à travers Paulina 1880. Toujours étonnée, à l’âge qui est le mien, d’avoir encore des continents de pensée, d’expérience humaine à découvrir ».

Ces quelques lignes lues dans Bleu d’octobre de Françoise Ascal m’ont rappelé que ce livre traînait depuis fort longtemps dans ma bibliothèque et que je ne l’avais jamais lu. C’est maintenant chose faite : ravissement.

Paulina 1880 - Pierre Jean Jouve - Folio

Pierre-Jean Jouve a publié ce livre en 1925 : il est écrit dans un style bref, précis et très travaillé à la fois. C’est un roman de poète mais sans la moindre surcharge. Structuré de manière très moderne, ce roman se découpe en 119 chapitres le plus souvent de deux à trois pages finement ciselées : un régal à la lecture.

C’est l’histoire tragique de Paulina Pandolfini, jeune fille belle et ténébeuse, tombée amoureuse d’un ami de son père, le beau Michele Canarini avec lequel elle poursuit des années durant une liaison interdite… Le chapitre 118 décrit avec la précision d’une fiche de police le parcours de Paulina : « Paulina Pandolfini Née à Milan le 14 juin 1849. Fille cadette de Mario Gieuseppe Pandolfini et de Luicia Carolina son épouse. Célibataire sans profession. A séjourné comme novice dans le couvent de la Visitation à Mantoue de 1877 à 1879. a tué à Florence le Comte Michele Canarini. Condamnée par jugement de la Cour de Florence en date du 12 avril 181, à vingt-cinq années d’emprisonnement. A purgé sa peine dans la prison judiciaire de Turin jusqu’au 15 juin 1891, date à laquelle elle fut graciée. »

Derrière la brutalité froide de ces faits, une héroïne, partagée entre d’une part l’appel à l’Unité amoureuse avec l’infinie Présence de Dieu et d’autre part la passion charnelle, la volupté du corps; un corps riche d’une vie nourrie de sang, mais qui, au fond n’est rien de plus que l’ombre d’une apparence. Une recherche névrotique de pureté et de vérité mais qui ne peut faire l’économie du mensonge. Rêve impossible d’unité: rapport à l’autre, qu’il soit amour filial ou celui de deux amants, marqué d’une poésie admirable et terrible qui porte en elle une condamnation sans appel de la vie.

Paulina fuit la perdition dans un couvent. Mais elle cherche le salut par des voies qui sont à elle seule, des voies mystérieuses, comme si elle croyait pouvoir devenir Dieu: orgueil, goût pour les mortifications excessives, esprit de rébellion, autant de sourdes tendances qui rendent impossible la prononciation de ses voeux, sa prise de voile. C’est que derrière la recherche éperdue de pureté, il y a chez elle un petit parfum d’antéchrist. Tout à l’inverse de Jésus grandissant et se fortifiant « tout rempli de sagesse » (Lc 2, 40), notre jeune fille au regard empli de nuit ne cesse, au sortir de l’enfance, de « croître en violence et en esprit souterrain ». Une vie dominée par l’ombre – et non la lumière – d’une Catherine de Sienne qu’aurait rongée l’orgueil.

Paulina reprend donc son errance mais cette fois, Dieu s’est éloigné. Que faire, sinon une dernière tentative et suivre l’ordre (divin?) qu’elle croit percevoir: immoler sa vie, son amour. Elle tuera donc son amant et se donnera la mort ensuite. Mais elle se manque. Exilée de la vie, il ne lui reste plus qu’ à attendre le jugement de Dieu, pauvrement, humblement.

Refermant ce livre me sont revenus en mémoire les propos grinçants de Nietzsche:  » Le Mensonge – et pas la vérité – est divin! « 

Le livre sur le site de Folio/Gallimard

PIERRE JEAN JOUVE (1887-1976) chez Gallimard 

Image associée
Henri le Fauconnier (1881-1946) : Portrait du poète Pierre-Jean Jouve, 1909. Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s