CONFITEOR de JAUME CABRÉ, une lecture de Jean-Pierre LEGRAND

31772903_579825939056371_1865853206358130688_n
Jean-Pierre LEGRAND

Jaume Cabré est un auteur catalan célébré depuis plusieurs années.

« Confiteor » est l’ un de ses derniers livres. C’est un chef d’œuvre de près de plus de 800 pages, impossible à résumer, qui entremêle histoire, philosophie et musique, le tout sur fond d’une très belle histoire d’amour.

Résultat de recherche d'images pour "jaume cabré actes sud confiteor babel"

Le personnage principal et narrateur, Adria Ardèvol est un personnage déroutant. Enfant surdoué et mal-aimé, devenu professeur de philosophie et d’histoire des idées, il est atteint de la maladie d’Alzheimer. Juste avant que sa mémoire ne s’éteigne, il écrit. Au recto de chacune des pages de son manuscrit, son récit prend la forme d’une vaste lettre/confession à l’amour de sa vie, Sara, décédée quelques années plus tôt. Au verso, Adria tente de mettre au clair le « Problème du Mal » œuvre qui le tourmente depuis des années.

Adria se raconte et ce faisant tente d’organiser le chaos qui peu à peu le submerge. Le récit se construit devant nous, patchwork complexe ou s’entre-tissent les souvenirs vécus et quatre siècles d’histoire de l’Occident chrétien avec ses deux pôles démoniaques que sont l’Inquisition espagnole et la Shoah.

Cette tourmente philosophique, historique et amoureuse, Cabré l’organise sans jamais nous perdre grâce à un tour de force narratif centré sur un objet qui peu à peu symbolise toute la richesse et l’ambivalence de l’homme. Cet objet quasi-magique, véritable totem du récit, c’est un violon de grande valeur dont Cabré nous révèle les tribulations en partie authentiques. Réalisé à Crémone en 1764 par Storioni, le rival de Stradivarius puis volé à la suite du meurtre de son premier propriétaire, ce violon est acquis par une famille juive pour lui être bien plus tard confisqué à Auschwitz par un médecin/tortionnaire nazi. Il sera racheté en toute connaissance de cause par le père d’Adria. Collectionneur compulsif et antiquaire, celui-ci bâtit la fortune familiale sur des acquisitions douteuses et sa collaboration avec les autorités franquistes. Œuvre d’un artisan génial fait d’un bois exceptionnel, ce violon suscite les passions. Il possède bien plus qu’il n’est possédé et comme l’or du Rhin de Wagner conduit ceux qui le convoitent à leur perte. Pureté de la musique, beauté du geste et extrême cupidité c’est tout cela que cristallise ce magnifique instrument.

Ce vaste roman aborde de nombreuses questions mais qui, presque toutes, gravitent autour du Mal et de l’énigme de la destinée humaine. Au terme de sa vie dans la confusion de la maladie et peut-être grâce à elle, Adria se rend compte que nous sommes tous, nous et nos affects un « putain de hasard ». Les faits s’embrouillent avec les actes et les événements, les gens se heurtent, se trouvent ou s’ignorent également au hasard. Tout arrive au petit bonheur la chance. A moins que ce ne soit exactement l’inverse et rien n’est dû au hasard, tout étant dessiné à l’avance. .. Impossible de choisir entre ces deux postulats parce que les deux sont vrais… On l’a compris, Adria ne croit en rien mais ne peut totalement s’en satisfaire. N’est-il donc aucun lieu dans cet infini de l’Ouvert comme dirait Rilke où l’on ne puisse retrouver la femme aimée ou l’enfant disparu ?

Au seuil du grand vide que creuse la maladie dans son cerveau, Adria qui toute sa vie a réfléchi et pensé, n’a plus guère de certitudes si ce n’est celle que si l’art peut nous sauver, il ne sauvera pas le monde. Alors, que nous reste-t-il au bout du compte ?

Il faut, comme le dit magnifiquement Yourcenar que cite Cabré, « tâcher d’entrer dans la mort les yeux ouverts ».

Résultat de recherche d'images pour "jaume cabré"
Jaume CABRÉ

Le livre (+ extraits & entretiens) sur le site d’ACTES SUD

JAUME CABRÉ chez Actes Sud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s