130 HAÏKUS à entendre, sentir et goûter de IOCASTA HUPPEN (Bleu d’Encre) – une lecture de Philippe LEUCKX

Résultat de recherche d'images pour "philippe leuckx"
Philippe LEUCKX

Qui ne connaît ce genre, fêté en Orient, décliné par de grands maîtres (je pense à Matsuo Bashô), aujourd’hui bien en vogue chez nous?

Le haïku se porte bien, et on retrouve, ici, les qualités du genre : brièveté, sens de la nature, adhésion philosophique ou réflexive.

L’extrême finesse du travail de Huppen évite les clichés, les redondances, les poncifs car la vraie poésie « embaume/ tout près » (p.34), et on peut même goûter de hardies modernités dans le contexte : « Deux cigarettes/ leurs volutes s’échappent/ d’entre les bruyères » (p.41).

Le peu est une exigence.

« Presque minuit

un renard pousse des cris

dans les fourrés »

(p.25)

On peut grappiller à l’envi : la poète sait varier ses angles et nourrir sa poésie d’un regard aigu sur la « portion de ciel » (p.36) ou des sons de l’été (« au chant des grillons », p.37).

Le recueil est plein de saveurs, de terre, de saisons et d’oiseaux visiteurs.

Belle lecture.

Iocasta HUPPEN, 130 haïkus à entendre, sentir et goûter, éditions Bleu d’encre, 2018, 64p., 10€.

Le recueil sur le site de Bleu d’Encre

LE BLOG de IOCASTA HUPPEN 

Résultat de recherche d'images pour "iocasta huppen"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s