MAISONS HABITÉES et UNE CHÈVRE LIGURE À ISCHIA de PHILIPPE LEUCKX

Lectures d’Éric ALLARD

+++

MAISONS HABITÉES 

PHILIPPE LEUCKX

Bleu d’Encre

Résultat de recherche d'images pour "maisons habitées leuckx bleu d'encre"

Philippe Leuckx a partagé en deux sections son nouveau recueil paru dans la belle édition de Bleu d’Encredépliant ses vers en phrases et ramassant ses phrases en vers au gré de son écriture ultrasensible qui dit la prose des villes et la poésie de la campagne. L’écriture, chez Leuckx, rameute le souvenir et le passé revient comme une rumeur.

Si les voix se perdent dans les creux, je gravis leur silence.

Dans la première partie, J’assume mes greniers (quel belle formule !), c’est le domaine dévolu plus à l’air, à l’avenir, à l’envol tandis que, dans la seconde, intitulée La maison, les gravats, le poète rend davantage compte de l’effondrement, du retour à la terre et de l’attachement à hier.

J’assume mes greniers d’enfance

Poussière frelons trésors

Par la lucarne vers les jardins

Racines et ramure, dirait-on d’un arbre.

Ma poésie je crois a puisé à la terre natale (…) ma poésie vient de cet enfant-là.

Mais la pluie n’est jamais loin, elle est la part menaçante de l’air, la part du ciel qui, en s’égouttant, nous atteint, nous déplore.

La pluie intruse est entrée jusqu’au vif  de nos veines. Avec le sang imbu de notre pauvre passé.

C’est donc sous le signe de la verticalité que s’inscrit cette nouvelle aventure du poète alors qu’il nous parle plus souvent d’espace, d’étendue déclinée en villes et en fleuves. Ou bien il resserre son point de vue, modifie sa manière. Tous le composants de l’habitation, fenêtres, grenier, murs sont (ré)animés sous sa plume pour révéler un nouveau pan d’intériorité.

Dans la seconde partie, la maison se fait tombe, enfonçant la terre natale dans la langue maternelle, remet au jour les sensations ensevelies, ranimant le souffle des êtres qui l’ont habitée et qui l’enchantent désormais. Avec, de même, la lumière pour faire briller les langueurs.

La maison, par le fait même, qu’elle protège, dissimule, est ce lieu où se déploie l’intime, où elle joue à plein, se découvre. Où tombent les masques, la chair du sentiment apparaît.

Une maison qu’incendie tout regard

Elle est là à broyer le noir des combats

La pleine mesure des peines

Engrangées

La poésie de Leuckx qu’on pourrait dire feutrée, chuchotée, ne ménage pas les ardeurs, les cris étouffés, les blessures à vif.

Les enfants pelures d’orages sont griffés de partout ; à la lente venue des nuit, le cœur mêle à l’effroi / toutes nos couleurs.

Le baume voisine avec la blessure ; le souvenir est onguent et plaie. Le poème, ce couteau qui taille dans la langue, entame une part du poète. Si le miracle a lieu, si le poème apparaît, il n’est pas sans sacrifice chez son auteur : l’exercice de la poésie est à ce prix.

Tu recueilleras la moindre trace

L’objet sauvé des joues d’un enfant au jouet

Le plus petit sang d’âme

Qui révèle au grand jour

Sa douce mesure de miracle.

Philippe Leuckx, Maisons habitées, Bleu d’encre, 38 p., 10 €

Le recueil sur le site de BLEU D’ENCRE

 

Résultat de recherche d'images pour "philippe leuckx"
Philippe LEUCKX

UNE CHÈVRE LIGURE À ISCHIA

PHILIPPE LEUCKX

Encres vives (Collection Lieu)

Je me défends du chagrin

Comme le ballon d’un enfant

Pousse devant lui

La vie toute simple

Il n’est rien de plus facile

Que de suivre un chemin d’eau

Ou d’herbe sèche

Comme une chèvre

Ligure

Qui s’égare

À Ischia

Philippe Leuckx est là, tout entier, dès l’entame de ses recueils, avec l’infini nuancier de son écriture, qui scrute, glane et rend tous les degrés de la nostalgie. Ici, à Ischia, il s’attache à une chèvre qui a des syllabes de laine et à la peau qu’éclaire l’été, et qui enseigne la douceur.

C’est une chèvre de toujours / ligure entêtée. Comme le poète, elle se nourrit de temps
et partage avec l’air / le bleu des fonds.

Comme le poète, son chantre, elle est celle qui connecte l’air à la mer, la terre à cette flamme qui ne cesse de l’allumer, de l’animer.

On porte le feu au cœur du monde, on attise la colère, on fend des espérances…

 

Le feu est lié au sang, à la blessure ; il est source de vie et de lumière. Pour y recourir, alimenter la flamme, il faut se faire petit, humble, sacrifier à la caresse de la main, au geste de la parole tendue.

le sang recommence d’alimenter, en vidant les veines.

Une fois de plus, le poète en voyage (comme déjà une dizaine de fois par le passé dans cette collection de chez Encres vives) a tiré tout le bleu de l’été (Et les mots frais sont une eau de recours). Il s’est fait dans une terre étrangère jardinier de sa langue, en accord direct avec l’enfance et en fixant le temps sur la route d’un soir, sur tous les instants qui le constituent comme autant d’harmoniques d’un son. Une fois de plus, la magie du lieu a opéré.

Et Ischia déjà s’éloigne, et la barque vers le phare.

Mais faut-il le rappeler, la critique peine à rendre toute la texture d’un texte quand il est tissé de mille liens et rayonne. Il faut lire et relire le texte, et à chaque lecture tendre l’oreille pour mieux éprouver ce qu’il te raconte de si personnel. jusqu’à ce remuement d’âme que ses mots favorisent.

Parfois, dans un livre, quelqu’un te parle à voix si basse que tu tends l’oreille pour mieux éprouver ce qu’il te raconte de si personnel. (… ) On est au cœur d’une maison (…) Le cœur sait de tout temps que c’est un cri qui vient de loin. De l’enfance et des murs chaulés.

Philippe Leuckx, Une chèvre ligure à Ischia, Encres vives, coll. Lieu,  6,10€

Le site d’ENCRES VIVES

PHILIPPE LEUCKX sur Wikipedia

Toutes les chroniques de Philippe Leuckx sur Les Belles Phrases depuis 2010

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s