DU FEU DANS LES BRINDILLES d’AURÉLIEN DONY (Bleu d’Encre) – une lecture de Philippe Leuckx

Résultat de recherche d'images pour "philippe leuckx"
Philippe LEUCKX

 

Résultat de recherche d'images pour "aurélien dony"

Le don (comme ce poème 13 où il dit : « Je laisse entre ces vers/Un espace /Vide », à combler, à offrir) semble susciter nombre de poèmes, dont les thèmes humains signalent « la route », « en marche », « des jours de violence je ne garderai rien », « nous libérerons les théâtres/ et les temples », « surtout, ne te rendors pas ». Les appels poétiques de ce jeune poète résonnent d’un vitalisme qui pousse l’auteur à dénoncer pour avancer; dénoncer la trahison, la faiblesse des lâches, « la folle entreprise de devenir un homme », le statut des plus faibles (« Nous le laissons mourir/Dans l’obscur de la rue »); missives fortes d’un auteur qui peut dire « poète ne le suis qu’enragé quand bousculé des autres je me remets à vivre, machine de vingt ans usée par  tant d’aigreur ».

Aurélien Dony, vingt-cinq ans au compteur des poètes belges, en ce septième livre, tient un ton, une écriture, en longs thrènes vindicatifs qui bousculent les assurances, les bénis oui oui conventionnels, qui enjoignent à lire/réagir : voilà un jeune auteur en parfaite révolte et dont l’écriture se pose sans faille, créant dans un rythme parfois affolé les motifs de sa saine révolte. Oui, m’sieur, le monde va mal, et il faut le dire, l’énoncer sur le long cours des longs poèmes : le long « Incendie », douze pages entre poésie pure et pamphlet sanitaire : de quoi secouer le cocotier des princes, des poètes, des rassis, des « il ne faut pas trop me déranger ». Cette poésie éructe sainement des évidences sans tomber dans le déjà-lu ou le déjà-pensé : Dony sait mesurer ses effets, tordre le vers, aligner sur des pages des revendications autres que des slogans faciles. Là est la qualité d’un regard et d’une plume.

L’incendie final sonne comme une exigence de pureté dans un monde qui se délite, qui se renie, qui, depuis la grande crise de 2007/2008, jamais résolue, n’en finit pas de sombrer.

Qu’un jeune auteur se soucie de l’énoncer en des pages vibrantes suscite l’admiration.

Aurélien Dony, Du feu dans les brindilles, Bleu d’encre, 2019, 68p., 12€.

Le blog de BLEU D’ENCRE 

AURÉLIEN DONY sur Wikipedia

Résultat de recherche d'images pour "aurélien dony donnay"
Aurélien DONY et son éditeur, Claude DONNAY

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s