QUE VOIT DENIS DUCARME SUR LES PLATEAUX TÉLÉ EN DEHORS DE SES PRISES DE PAROLE ?

Régulièrement, lors de ses interviews, en dehors de ses prises de parole, Denis Ducarme fixe un point lointain, légèrement surélevé, au-delà du cercle composé par l’animateur du débat et les autres participants. Signe de détachement zen, de dédain de la chose politique quand elle est gangrenée par l’opinion publique, fuite hors du champ du débat, paranoïa légère… ?

Résultat de recherche d'images pour "denis ducarme"

Après des mois d’analyse d’enregistrements de débats et rencontres auxquels participait Denis Ducarme en tant qu’intervenant, des experts viennent d’apporter la réponse. Ils ont conclu que l’actuel Ministre fédéral des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale, fixe un territoire du ciel qui coïnciderait (dans l’espace mental du sujet) avec le lieu des idées libérales et du non-travail (hormis le travail parlementaire) dans lequel se mêlent étroitement les figures d’Adam Smith, le visage de son père Daniel, la Thudinie sublimée de son enfance, les faces de Jean Gol et Louis Michel… À ce stade des recherches, les experts n’ont pas encore pu déterminer la part de chacun dans ce portrait composite qui, apparemment, doit avoir quelque chose de rassurant, de protecteur, d’immarcescible.

Parfois, il semble que la figure de Richard Miller vienne s’interposer et Denis a un froncement de sourcils ; il écarte cette interférence du regard et se recentre sur le sujet débattu en attendant de reprendre la parole pour traduire et injecter dans le débat en cours ce qu’il a perçu dans les dessins de l’entité protectrice.

Il est très dangereux, précisent les experts, d’interrompre une personne atteinte de ce syndrome pendant ces échappées hors du réel, d’où parfois une colère sourde de la part du  membre du bureau du MR comme s’il puisait sa force argumentaire à la source de la pureté eidétique et transsubstantielle.

 

Dans les jours qui viennent, les conclusions des travaux de nos experts viendront éclairer d’autres questions cruciales et restées obscures de la campagne électorale en cours en Fédération Wallonie-Bruxelles.

  • Qui sont les (mauvais) comédiens jouant dans les pubs électorales du MR ? Qui a avantage à ce qu’elles soient si mal interprétées ?
  • Pourquoi les hommes et femmes politiques ne reconnaissent comme leurs pairs (et maires) que les politiciens de leur propre parti ? Pourquoi sont-ils formatés à s’unir avec des hommes et femmes de leur parti, sans distinction de genre ?
  • Pourquoi Paul Magnette trouve-t-il déshonorant d’être (seulement) bourgmestre de Charleroi ? Pourquoi, une fois rétabli dans sa fonction, fait-il tout pour s’en défaire ?
  • Qu’est-ce qui pousse des politiciens comme Théo Francken à venir se faire prendre en selfie avec des gens du peuple sur des lieux aussi dangereux que les marchés matinaux ?

À RELIRE : Comment a été conçu le RAOULHEDEBOUW première génération et pourquoi, des années plus tard, la conception assistée par ordiMiller du GEORGESLOUISBOUCHEZ a échoué ?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s