2019 – POUR COMMENCER L’ÉTÉ : ROMANS POPULAIRES / Une chronique de Denis Billamboz

Résultat de recherche d'images pour "denis billamboz"
DENIS BILLAMBOZ

J’ai consacré cette chronique à un genre littéraire que j’ai un peu négligé depuis quelques années, je n’ai pas lu beaucoup de romans de ce type au cours de ces années, j’en avais peut-être trop lu dans d’autres périodes et, ensuite, j’avais éprouvé le besoin d’élargir mon horizon littéraire, de découvrir d’autres formes de littérature… C’est donc avec un brin de nostalgie que je vous propose aujourd’hui deux romans populaires, un qui raconte une histoire fondée sur un fait divers qui s’est déroulé en Savoie au XIX° siècle et un autre, un peu fantastique, qui est un pur produit de l’imagination de son auteur

 

Lily sans logis

Frédérique-Sophie BRAIZE

Editions De Borée

Résultat de recherche d'images pour "lilys sans logis braize editions de borée"

Inspirée par un fait divers réel qui s’est déroulé au début des années mille-huit-cent-soixante en Haute-Savoie, Frédérique-Sophie Braize raconte l’histoire de Lily, une jeune fille devenue orpheline, rejetée par le village qui la croit diabolique car elle élève un enfant, deux si on considère seulement les têtes et les bustes, fruit d’une étreinte adultère. Accompagnée de son fidèle saint-bernard, elle décide de quitter sa montagne natale pour rejoindre Thonon-les-Bains où sa mère lui a dit avoir passé les plus belles heures de sa vie. Elle compte y exhiber les enfants siamois pour gagner les quelques sous nécessaires à sa subsistance et à celle de son, ou ses enfants, selon comme on le, ou les, considère, à l’occasion de la foire de Crête.

La foule se presse pour voir le petit monstre masquant deux individus aux intentions peut-être moins louables que celles des ménagères effrayées et apitoyées se bousculant autour de la charrette le transportant. L’un est un affairiste qui voit très bien comment il pourrait utiliser la jeune fille avec sa fraîcheur et toute sa naïveté, l’autre est un anatomiste ambitieux rêvant de gloire et d’une notoriété internationale qu’il pourrait acquérir en séparant les bébés liés. Les enfants ayant disparu pendant la nuit, la fille accepte l’aide de l’affairiste au risque de tomber dans ses rets. Elle connaît alors une aventure qui la plonge au plus profond de la fange inondant les quartiers populeux de la ville mais croit toujours en la possibilité de sortir du travers dans lequel elle s’est laissé embarquer.

Résultat de recherche d'images pour "frédérique sophie braize"
Frédérique-Sophie Braize

Cette histoire, ou du moins celle que l’auteure a réinventée, raconte l’éternelle lutte du bien et du mal qui s’épanouit encore mieux dans cette société très imprégnée par un syncrétisme issu du mélange des croyances catholiques et de tout un lot de superstitions païennes bien conservée dans ces contrées hostiles où les idées ne voyagent pas plus vites que ceux qui se déplacent à l’aide de leurs seules jambes. N’oublions que Saint François de Sales a vécu dans cette région qu’il a marquée de sa piété religieuse et dont le souvenir est très prégnant. C’est aussi une leçon de foi et de courage à l’intention de ceux qui ne persistent pas assez et croient pas suffisamment en eux et en ceux qui pourraient leur venir en aide.

Par de-là l’histoire qu’il raconte et les messages qu’il comporte, ce livre est aussi un ouvrage très documenté sur la vie en Haute-Savoie au XIX° siècle. L’auteure connait très bien cette région, ses habitants, son histoire, ses coutumes et sa langue et sa culture. Elle a pris le parti, pour que son récit soit plus crédible, plus proche des faits qui l’ont inspiré, d’utiliser un langage comportant beaucoup de mots et d’expressions usités à cette époque dans cette région. Elle a aussi choisi d’utiliser une forme littéraire qui rappelle les livres qui, au XIX° siècle, était souvent publiés sous la forme d’un feuilleton avant d’être éventuellement publiés. En lisant ce texte, j’ai eu l’impression de retrouver des romans aujourd’hui disparus dont je me régalais quand j’étais adolescent sur mes plateaux jurassiens.

Frédérique-Sophie Braize parle de son livre

Les Editions de Borée sur Facebook 

Un portrait de l’auteure

+

Tous pour elle

Laurent MALOT

French pulp éditions

Clémence pourrait trouver un bout de rôle dans la célèbre série américaine Sex and the city, elle n’a plus vingt ans, elle est jolie sans être une bombe, elle a un job valorisant, elle cherche désespérément l’amour depuis dix ans au moins sans jamais trouver chaussure à son pied. Bien qu’elle ne soit pas particulièrement farouche, elle n’a pas connu la plus petite étreinte depuis trop longtemps déjà. Elle va avoir trente ans, il faut qu’elle trouve l’homme de sa vie avant qu’il ne soit trop tard, que son tour soit passé, qu’elle soit rangée en bout de table avec les vieilles filles incasables, parmi les surnuméraires. Elle multiplie les sorties mais, chaque fois qu’elle trouve un garçon qui rentre dans ses critères, il y a un problème rédhibitoire et le dernier qu’elle rencontre en a un vraiment très gros : il rentre dans les ordres, c’est sa dernière virée.

Folle de rage, désespérée, saoule, elle quitte la soirée, s’égare dans le quartier de la Butte aux Cailles (à Paris pour ceux qui ne le connaissent pas) et doit demander son chemin à une femme déjà âgée qui s’inquiète de sa situation. Elle lui raconte son désespoir, la vie solitaire à tout jamais qui se profile devant elle. Voulant la tirer de son embarras, la brave femme lui jette un sort qui lui conférera le pouvoir de séduction sur tous les hommes qu’elle rencontrera mais ce sort s’éteindra à tout jamais à l’heure précise de ses trente ans et son anniversaire est dans trois semaines, il ne lui reste donc que trois petites semaines pour dénicher la perle rare et la séduire.

Elle ne croit pas trop à cette histoire de sort mais quand elle passe à la brocante ou qu’elle court au bois, elle se rend vite compte que les hommes s’intéressent à elle jusqu’au point de se battre pour elle. Elle tente une première expérience qui lui fait rencontrer un archéologue sympathique mais elle veut avoir plus de choix et surtout viser plus haut. Elle forme alors le projet de visiter tous les palaces parisiens en espérant bien y rencontrer le prince non seulement charmant mais aussi richissime. Commence alors une aventure qui la conduira de ravissement en enchantement avant de la plonger dans les pires déboires. Et il lui faut absolument trouver l’homme de sa vie avant d’avoir trente ans…

L’image contient peut-être : 1 personne
Laurent Malot

Une déambulation dans le milieu branché où se rencontrent galeristes, comme son ami de toujours, gens de loi comme sa meilleure copine et autres personnes gagnant suffisamment d’argent pour faire la fête dans ce genre d’endroits. Avec une virée dans les palaces parisiens où le luxe dégouline sans jamais combler les clients qui ont recours à des substances artificielles pour trouver les plaisirs capables de tromper leur ennui. Mais ce texte n’est pas qu’un roman à l’eau de rose comme le laisserait croire l’intrigue, c’est aussi une réflexion sur l’âge qui avance inexorablement, sur la solitude qui pourrait se profiler, sur les couples qui se font et se défont souvent trop vite, sur la façon dont la société évalue ses membres : l’avoir et le paraître passant toujours avant l’être et le savoir. En filigrane, ce texte comporte aussi un zeste de morale en rappelant que tout ce qui brille n’est pas d’or et qu’il faut savoir se satisfaire de ce qui correspond à sa propre personne.

Un livre que vous lirez avec plaisir au bord de la piscine quand le soleil brillera bien fort cet été, un texte alerte, enjoué, pétillant, agrémenté de nombreuses formules imagées, de quelques piques acérées et même de quelques formules de styles. L’auteur ayant un petit faible pour les zeugmes, j’en ai relevé quelques-uns mais ne les ai peut-être pas tous vus. L’auteur a fait le pari d’écrire ce livre au féminin, il y réussit plutôt bien si on considère que l’amour fleur bleue et romantique convient mieux aux filles sans oublier qu’elles peuvent être aussi très pratiques et pragmatiques quand la situation l’impose. Lisez vite ce livre, dans trois semaines Clémence aura trente ans et devra être accompagnée d’un garçon capable d’être un mari fidèle et sérieux mais aussi bon père de famille, car l’envie de maternité commence à la titiller.

Le livre sur le site de l’éditeur

Le site de Laurent MALOT

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s