LA FABRIQUE DES MÉTIERS – 21. (CON)FESSEUR DE FÉE

Résultat de recherche d'images pour "féee fessée"

La fée n’est pas dévergondée, moins coquine qu’il y paraît. Elle hésite à afficher ses aisselles, à lever les ailes pour écarter le string en présence de son prince marchand ou encore à exhiber le fin corail de ses tétons. La fée serait un rien pudique, limite pète-sec voire cul bénit que ça n’étonnerait guère les fabulistes.

C’est mieux ainsi car où irait-on si les fées se défroquaient à chaque coin de fable, à chaque détour de nues, nymphomaniaquaient comme Charlotte Gainsbourg dans un film de Lars Von Trier, Björk dans le clip de Pagan Poetry ou encore Patti Smith sous l’objectif de Robert Mapplethorpe! On rirait de prise en surprise et la fée n’a pas vocation à être marrante.

La fée, pour tout dire, a une réputation à tenir et si on ne la pousse pas à se faire confesser puis corrigée pour des fautes vénielles, des excès bénins (mauvaises prédictions, enlèvement de nouveau-nés contés, Poucettes non autoriséesPeter Pan talonnades…), elle finira par se fustiger toute seule à l’instar des martyrs du folklore chrétien, et ce sera pire.

S’il y a bien un métier utile dans le monde imaginaire, propre à pimenter le genre, c’est fesseur de fée. Puis, dans fessée, il y a fée.

Le fesseur de fée doit avoir la main leste ; il frappe sans fissurer, il distrait sans déchirer. Sa main sait rebondir sur la peau tendue du tambour fessier en un claquement sec – sans abîmer les ailes, sans attenter au concept d’envol. Il marque le temps et la chair pour finir par un frôlement, une brève caresse en guise d’apaisement. Il vise le rouge du feu et le bleu du ciel, il sait s’arrêter quand il faut, avant le jaune du soleil et le violet du crépuscule, quand la créature (qui n’en est pas moins femme – à tenir en reine) au plus fort du spectre des sensations n’a plus la force de crier mais garde de l’idée du plaisir une idée si vive qu’elle la concrétise en dehors des faits.

Alors le fesseur de fées confère au génie ; il entre dans la légende. Même s’il y a peu de chance qu’un auteur Jeunesse encore fonction à un âge avancé en fasse jamais mention et que son lectorat-cible ne se fabrique pour toujours une image punitive, familiale, un peu trop scolaire de la déculottée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s