LA NOUVELLE SAISON LITTÉRAIRE 2019-2020 : LA VÉRITÉ S’ILS MENTENT / Une chronique de Denis BILLAMBOZ

Résultat de recherche d'images pour "denis billamboz"
Denis BILLAMBOZ

À l’aube de cette nouvelle année littéraire, le Cactus inébranlable aborde un sujet bien délicat et toujours d’actualité, même de plus en plus depuis que les populations disposent de moyens de communication de plus en plus performants : le mensonge qui est le moyen le plus efficace depuis des lustres pour convaincre les peuples et les faire adhérer à toutes les théories qui ont pu être inventées depuis que les humains sont organisés en groupes sociaux. THÉOPHILE DE GIRAUD démontre comment la chrétienté renie ses pères fondateurs en faisant croire à ses fidèles qu’il faut se reproduire de plus en plus et DOMINIQUE WATRIN a inventé un recueil de fausses citations pour confondre les beaux parleurs. De quoi parodier la fameux film : La vérité si je mens !

 

La grande supercherie chrétienne

Théophile DE GIRAUD

Cactus inébranlable éditions

Couverture grande supercherie chretienne

Théophile de Giraud est, selon son éditeur, l’un des principaux représentants actuels de l’antinatalisme en langue française. Il a fondé la fête des Non-Parents à Bruxelles. Pour étayer sa thèse, il a exploré les textes fondateurs de la religion chrétienne : Evangiles, Nouveau Testament, et certains écrits de Pères de l’Eglise. Il en a retiré ce petit recueil par lequel, il cherche à montrer que les premiers siècles de la chrétienté étaient parcourus par des courants antinatalistes profonds. Ces paroles extraites du Livre de Jérémie 20 :14-18 : « Maudit soit le jour où je suis né ! Le jour où ma mère m’enfanta, qu’il ne soit pas béni… », en sont une parfaite illustration qui n’est nullement isolée.

Il est remarquable de constater que ce livre sorte justement au moment où des mouvements de plus en plus actifs s’élèvent contre la surexploitation des ressources de la planète par une population de plus en plus nombreuse qu’il conviendrait peut-être de mieux contenir. Mais cette théorie n’a rien de nouveau, Kierkegaard sur lequel s’appuie beaucoup l’auteur écrivait déjà que la mission du Christ était de « … sauver notre espèce, cela veut dire : cette espèce est perdue, on en n’a que trop, il s’agit d’être sauvé en sortant de l’espèce, et par conséquent il faut commencer par faire barrage à notre espèce ». En clair, cela signifie que la population était déjà trop nombreuse et qu’il fallait en contrôler l’expansion.

Résultat de recherche d'images pour "théophile de giraud"
Théophile de Giraud

Mais d’autres forces, a contrario, tendent aujourd’hui à favoriser le développement de la natalité et par là l’accroissement de la population, comme l’ouverture de la procréation à un plus large public par des avancées scientifiques et morales. Cette évolution de l’approche scientifique et morale de la procréation rejoint une théorie déjà en vigueur dans les premiers siècles de l’Eglise qui tend, comme l’écrit l’auteur, à démontrer que « … bénir la procréation permet d’accroître le nombre de « fidèles », d’autant qu’un couple « chrétien » qui fonde une famille nombreuse engendre autant de nouveaux croyants qui feront à leur tour, …, grossir exponentiellement le cheptel des soldats du Christ ». La théorie de l’accroissement démographique a donc toujours existé elle aussi.

Un courant antinataliste dont il est bien difficile d’évaluer la force, semble bien avoir parcouru les premiers siècles de l’Eglise mais pour juger de son importance, il conviendrait de tenir compte de toutes les traductions subies par les textes étudiés, du contexte historique dans lequel chaque texte a été écrit et de mettre chacun de ses écrits en rapport avec ceux qui apparemment les contredisent. Laissons cette tâche aux exégètes, historiens et spécialistes des questions religieuses. Pour ma part, j’ai toujours un peu eu le sentiment que, parmi les premiers chrétiens, il y a eu des mouvements qu’on jugerait aujourd’hui extrémistes qui auraient proféré des thèses radicales et même parfois très apocalyptiques comme d’autres mouvements religieux ont pu le faire au cours des âges.

Théophile de Giraud a soulevé le couvercle de la marmite où un bouillon de culture religieuse mijote toujours à plus ou moins gros bouillon selon les époques, chacun y goûtera et y trouvera les ingrédients qui conviendront le mieux à son goût mais personne ne restera indifférent en lisant ses lignes. Les féroces anticléricaux comme les fervents bigots, les antinatalistes comme ceux qui, comme moi, ont déjà peuplé généreusement leur arbre généalogique, trouveront matière à réflexion et peut-être que certains rejoindront l’auteur dans ces théories. « Le Salut est donc bien dans l’adhésion aux valeurs spirituelles, nullement dans l’enfantement ».

Le livre sur le site du Cactus Inébranlable 

+++

Comme disait l’autre

Dominique WATRIN

Cactus inébranlables éditions

Couverture comme disait l autre

Comme j’ai pu faire rire mes parents quand, enfant encore, je leur avais demandé : « Qui c’est l’autre ? », ce fameux autre qu’ils citaient si souvent dans leurs conversations. J’avais l’impression que c’était un gars qui savait tout sur tout, il devait être très intelligent et connaître une multitude de choses pour pouvoir émettre un avis sur presque tous les sujets que les adultes abordaient. Aussi je fus fort déçu quand mon père me confessa que ce n’était personne, ou peut-être tout le monde, que c’était la formule qu’on employait en général, l’auteur qu’on nommait quand on plaçait une citation tellement usitée, tellement ancienne, qu’on en avait perdu l’origine et l’auteur, s’il y en avait eu un.

Dominique Watrin a dû, tout comme moi, connaître cette expression dans son enfance et en apprécier toute la saveur pour l’utiliser comme titre de ce petit recueil de citations détournées. Las de voir tous les pédants, frimeurs, pseudo érudits, intellectuels de salon ou de comptoir, …, cherchant à épater la galerie par la culture qu’il pense démontrer en employant des formules beaucoup plus vieilles qu’eux-mêmes, usées jusqu’à la corde, rabâchées par plusieurs générations ou alors par des expressions à la mode que tout le monde emploie mais pas forcément à bon escient, il a voulu clouer le bec à tous ces fats, poseurs, faux dandys ; il leur a concocté malicieusement un recueil de citations facile à glisser dans poche, comme un pense-bête qu’on peut consulter en cachette. Toute sa malice réside dans le détournement de pensées tout juste plausibles qui auraient été émises par des personnalités bien réelles pour donner naissance à de nouvelles citations beaucoup plus drôles et originales.

Résultat de recherche d'images pour "dominique watrin"
Dominique Watrin

Il a réparti son recueil en quatre chapitres en fonction de l’âge des auteurs à qui il prête ses fausses citations :

Ceux qui sont morts (ceux qui ne pourront jamais contester la paternité des propos que l’auteur leur prête),

« Comme disait Léon Trotski, en débarquant en exil au Mexique pour échapper à Staline : « Heureux qui communiste a fait un long voyage ! » »

Ceux qui sont très morts (la garantie absolue de n’être jamais contesté),

« Comme disait Armand Peugeot après avoir produit son deuxième modèle de voiture : « Jamais 203 ! » »

Ceux qui ne sont pas encore morts (« à l’heure où j‘écris ces lignes parce que parfois, ça va vite »),

« Comme disait Patrick Sébastien, lors de son premier concert en Russie : « On fait tourner les soviets … » »

Ceux qui ne mourront jamais (La mine d’or ! Ils ont la gloire et la notoriété et ne contesteront jamais)

« Comme disait l’ange Gabriel à propos de Joseph le charpentier qu’il trouvait niais : « Il n’a pas inventé la poutre. » ».

Et comme le dit l’éditeur, si vous ne voulez pas rester muets en société devant les beaux parleurs, « Ce livre est pour vous ! Composé de réflexions 100% fausses prononcées par des personnalités 100% vraies », il vous évitera de passer pour un inculte. Essayez, je suis convaincu que vous ferez votre petit effet en plaçant ces bons mots à bon escient. La dérision mettra toujours les rieurs de votre côté et l’auteur n’a pas lésiné sur cet épice, il a eu la main un peu lourde mais c’est pour le bon goût.

Le recueil sur le site du Cactus Inébranlable

Résultat de recherche d'images pour "s'abonner au petit cactus inébranlable"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s